NLQ #Rome

Egypte – Le pape s’annonce comme messager de paix au pays des prophètes et des patriarches

À quelques jours de son voyage en Egypte  vendredi et samedi prochains, le pape  François s’adresse aux Égyptiens dans un message vidéo aujourd’hui, pour s’annoncer comme ami, pèlerin et messager de paix dans un pays où ont vécu, dit-il, prophètes et patriarches, et où Dieu a fait entendre sa voix.

« Je suis heureux de venir dans le pays qui a donné refuge à la Sainte Famille il y a plus de 2000 ans », dit François dans ce message vidéo diffusé à la télévision égyptienne. « Je voudrais que cette visite soit une accolade de consolation et d’encouragement pour tous les chrétiens du Moyen-Orient », affirme le Saint Père. « Un message d’amitié », de « fraternité » et de « réconciliation » pour tous les enfants d’Abraham, « particulièrement pour le monde islamique ». En mentionnant le monde islamique, « dans lequel l’Égypte occupe une place de premier plan », le Pape souhaite que son voyage soit une « contribution appréciable » pour le dialogue interreligieux. Sans oublier évidemment le dialogue œcuménique avec l’Église copte orthodoxe, victime de deux attentats meurtriers le 9 avril dernier, pendant la messe du dimanche des rameaux.

« Une violence aveugle » déchire notre monde, alors qu’il a besoin d’artisans de paix, de personnes libres, créatrices et courageuses pour construire l’avenir sans s’enfermer dans des préjugés, insiste François, avant de conclure en précisant que le monde a besoin de « bâtisseurs de ponts de paix, de dialogue, de fraternité, de justice et d’humanité ».

 

 Source Radio Vatican

Dans le Monde #NLQ

Enlèvement des Métropolites d’Alep – Quatre ans et toujours pas de nouvelles

 

« Le Christ est ressuscité et le destin de nos frères Archevêques, Boulos et Yohanna, est encore obscur ».

Pâques est cette année très proche du quatrième anniversaire de la disparition des Métropolites d’Alep syro orthodoxe, Gregorios Yohanna Ibrahim et grec orthodoxe, Boulos Yazigi, enlevés le 22 avril 2013. « Ceci est peut-être le temps le plus approprié pour élever encore une fois notre voix et faire parvenir aux oreilles de nos fidèles et du monde entier le cri de douleur de l’Eglise d’Antioche et de tous les affligés de cet Orient ».

 C’est en ces termes que les deux Patriarches orthodoxes d’Antioche, Yohanna X et Ignace Ephrem II, s’expriment dans un message conjoint, appelant tout un chacun à faire mémoire des deux Métropolites d’Alep à l’occasion du quatrième anniversaire de leur disparition.
Les deux Métropolites d’Alep furent enlevés dans la zone comprise entre la ville syrienne et la frontière turque. La voiture à bord de laquelle se trouvaient les deux Evêques fut bloquée par le groupe des ravisseurs et le chauffeur tué d’une balle dans la tête après avoir tenté de fuir. Il s’agissait d’un dénommé Fathallah, catholique de rite latin père de trois enfants.

Depuis lors, aucun groupe n’a revendiqué l’enlèvement. Autour du cas, ont circulé à plusieurs reprises des indiscrétions et annonces de nouveautés qui se sont révélées par la suite peu fondées. Six mois après les faits, le chef de la Sécurité générale libanaise, le Général Abbas Ibrahim, avait été jusqu’à révéler que le lieu de détention des deux Evêques avait été trouvé et qu’avaient commencé des « contacts indirects » avec les ravisseurs afin d’obtenir leur libération, révélations qui n’ont pas été suivies d’effet.

Dans leur Message, les deux Patriarches dont l’un, le grec orthodoxe Yohanna X, est le frère de l’un des métropolites enlevés, Boulos Yazigi, examinent l’enlèvement des deux Evêques ainsi que toutes les autres souffrances des peuples du Proche-Orient à la lumière de l’annonce pascale de la Résurrection. « Les chrétiens de l’Eglise d’Antioche – peut-on lire dans le Message parvenu à l’Agence Fides – sont toujours appelés à se souvenir du fait que le chemin de la Résurrection a commencé sur la croix et s’est accompli à la lumière de la tombe vide. Nous qui suivons le Christ, nous ne craignons ni la mort ni l’adversité mais nous prions dans notre faiblesse comme pria Jésus Christ notre Seigneur Lui-même, afin que passe loin le calice de la souffrance ». Le Message des deux Patriarches orthodoxes exprime également, en des tons véhéments, la volonté et le désir des chrétiens d’Orient de continuer à vivre sur les terres où ils sont présents depuis des millénaires. « Le pouvoir de ce monde – remarquent les deux Patriarches orthodoxes – ne nous fera pas sortir de notre terre, parce que nous sommes fils de la croix et de la résurrection. Nous avons été dispersés pendant toute l’histoire et nous sommes encore dispersés aujourd’hui, mais chacun de nous est appelé à se souvenir que la terre du Christ ne sera pas vidée de ses bien-aimés et de ceux qui ont été appelés à le suivre voici déjà deux mille ans. Si l’enlèvement des deux Archevêques et des prêtres vise à défier notre présence de chrétiens orientaux et à la déraciner de cette terre, notre réponse est claire : quatre ans ont passé depuis l’enlèvement, six ans depuis le début de cette crise et nous sommes ici, à côté des tombes de nos pères et de leur terre consacrée. Nous sommes profondément enracinés dans le sein de cet Orient ».
Dans leur Message, les deux Patriarches orthodoxes profitent de l’occasion pour exprimer des considérations critiques vis-à-vis des lignes politiques et géopolitiques suivies sur les scénarios proche orientaux par les puissances occidentales. « Nous n’avons pas besoin de sympathies pour nous ou de dénonciations adressées à d’autres – écrivent Yohanna X et Ignace Ephrem II – mais d’une volonté sincère et partagée de promouvoir la paix sur notre terre (…). Ne laissons pas nos problèmes entre les mains de ce qu’il est convenu d’appeler le monde civilisé, qui nous a harcelé avec des discours relatifs à la démocratie et aux réformes, alors que notre population est privée de pain et de tous les moyens de survie. Il existe une guerre, qui est imposée à nous tous, en tant que syriens, avec des conséquences qui pèsent sur nous y compris en tant que libanais. Il y a un prix que nous payons nous, dans l’ensemble du Proche-Orient, à cause des guerres et de toutes les opérations et de tous les jeux faits sur notre terre… Aujourd’hui, nous disons assez ! Face à ceux qui financent les terroristes et font semblant de ne pas les connaître, venant les combattre ici ou mieux, avec le prétexte déclaré de les combattre ».

Source Agence Fides

 

NLQ #Points non négociables PNN

Un État peut « légitimement choisir de considérer l’enfant à naître comme une personne et protéger sa vie »

Un État peut « légitimement choisir de considérer l’enfant à naître comme une personne et protéger sa vie », rappelle l’ECLJ dont la pétition recense aujourd’hui plus de 25 000 signatures.

A signer ici

Afrique non francophone #NLH #NLQ

L’université d’al-Azhar est-elle si pacifiste ?

L’université d’al-Azhar, présentée par l’Occident et l’Eglise catholique comme l’exemple d’un islam, non seulement modéré, mais du véritable islam, fait de paix et de respect, vient de publier un communiqué pour démentir les accusations pointant du doigt une nette divergence entre ses propos pacifiques et le contenu extrémiste de ses cours.

Nous avions publié à l’occasion de la tournée française de certains membres de l’université musulmane, une vidéo troublante d’une de ses professeurs  expliquant le droit au viol des femmes captives.

Alors que les attentats se multiplient en Egypte et que le pape doit rencontrer les universitaires lors de son voyage, le patriarche d’Alexandrie lui-même critiquait les enseignements et positions de l’université d’al-Azhar qu’il accusait de ne pas être prête à changer de discours.

 

Il y a bien une ambiguïté sur le positionnement de cette université qui parfois fait figure de contre-feu sinon de cheval de Troie. Que les accusations soient fondées ou non, la prudence reste de mise.

Dans le Monde

Rappel – Vendredi Saint – Collecte pour la Terre Sainte

Comme chaque année, les catholiques du monde entier sont invités en ce vendredi Saint 14 avril 2017 à participer à la Collecte de Terre Sainte. Le cardinal Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales, a lancé un appel à « notre humanité commune, à la foi chrétienne » pour donner lors de cette quête. Les bénéfices sont répartis entre la Custodie de Terre Sainte confiée aux Franciscains, qui en reçoit 65 %, et la Congrégation pour les Églises orientales, à hauteur de 35 %. L’argent est destiné à l’entretien des sanctuaires, des lieux de pèlerinage et de célébrations, ainsi qu’aux « pierres vivantes qui représentent la communauté chrétienne, leurs besoins, leur évangélisation, leur éducation, leur justice et leur promotion sociale », a précisé le cardinal Sandri.

Dans cette région mouvementée qu’est la Terre Sainte, l’objectif de cette collecte instaurée par le pape Paul VI en 1974 est aussi de « contribuer à la paix dans la région de Jésus ». Aujourd’hui, elle permet ainsi de soutenir des projets en Israël, en Palestine, en Jordanie, au Liban, à Chypre, mais aussi en Syrie, où 33 projets vont être lancés grâce à la Collecte de cette année.

 

 Source Radio Vatican

NLQ #Orient

Syrie – Réaction de l’archevêque d’Hassakè-Nisibi sur les frappes américaines – Un calcul de politique intérieure

« Le Président Trump pense comme un homme d’affaires et se comporte comme un homme d’affaires. Au travers de l’attaque contre la base (aérienne NDT) syrienne, il gagne également l’appui de secteurs influents du pouvoir américain qui pouvaient lui être contraire, alors qu’à l’étranger, il rassure la Turquie, l’Arabie Saoudite et les pays du Golfe ».

Mgr Jacques Behnan Hindo, archevêque syro catholique d’Hassakè-Nisibi

Pour l’archevêque syrien, l’attaque américaine « était déjà prévue ». C’est pourquoi ils n’ont voulu prendre en aucune considération les demandes d’enquête plus approfondie concernant les responsabilités des victimes de l’empoisonnement à l’arme chimique intervenu en province d’Idlib.

S’agissant des « preuves irréfutables » dont la CIA disposerait concernant la responsabilité de l’armée syrienne, elles font penser à celles que Colin Powell montra à l’ONU pour justifier l’intervention en Irak. Dans tous les cas, Mgr Hindo ne croit pas que la nouvelle phase de tension pourra porter à un affrontement direct entre les puissances mondiales sur le territoire syrien.

« Les russes – fait remarquer l’Archevêque, dans le cadre d’un entretien accordé à l’Agence Fides, ont voulu faire savoir que, sur un total de 59 missiles lancés par les destroyers américains, pas même la moitié n’a atteint un quelconque objectif. Cela me fait penser que les autres pourraient avoir été interceptés par les instruments de lutte anti-missiles russes. Dans tous les cas, depuis des années en Syrie, les puissances se livrent à une guerre par procuration mais je ne crois pas au passage à un affrontement direct entre les Etats-Unis et la Russie en Syrie. Ils rechercheront un compromis parce que pas même les Etats-Unis ne veulent qu’en Syrie ne se crée un Etat aux mains des islamistes de Jabhat al Nusra. Ils préfèrent stabiliser la situation puis, à moyen long terme, penser à l’après Assad »

Source Agence Fides

A la une #NLQ #Orient

Ninive – Les Chrétiens ne reviennent toujours pas

Plusieurs mois se sont écoulés depuis que les villes et villages de la plaine de Ninive abandonnés en 2004 par leurs habitants chrétiens suite à l’avancée des milices djihadistes du prétendu « Etat islamique » ont été libérés. Malgré la reconquête de cette zone par les forces anti-djihadistes, aucun flux conséquent de chrétiens en direction de cette zone n’a été enregistré.

Yonadam Kanna, Secrétaire général du Mouvement démocratique assyrien, tenté  de pointer certaines des causes de ce non retour des chrétiens. Parmi elles, il a notamment mentionné l’incertitude concernant la future organisation politique et institutionnelle de la région, toujours disputée entre le gouvernement central de Bagdad, qui revendique le plein contrôle politique, et le gouvernement de la Région autonome du Kurdistan irakien, qui vise à  pour objectif une autonomie toujours plus forte par rapport au gouvernement central faisant du Kurdistan irakien le premier noyau internationalement reconnu d’une nation kurde indépendante.

Parmi les autres causes citées par Yonadam Kanna pour justifier l’absence de retour des chrétiens – chaldéens, assyriens et syriaques – dans la plaine de Ninive, se trouve la présence persistante sur le territoire de forces militaires et de groupes armés de différentes natures, en théorie unis dans la lutte contre le prétendu « Etat islamique » mais ayant également l’intention de revendiquer des prérogatives contrastantes sur les territoires libérés de la présence des miliciens djahidistes.

Il faut également mentionner les innombrables cas d’expropriation illicites de maisons et biens immobiliers, perpétrés à leur encontre par de véritables organisations et clans bénéficiant de complicités jusqu’au sein des bureaux du cadastre.

Selon Michael Benjamin, Directeur du Centre d’Etudes Ninive, les plaintes déposées, y compris devant les autorités de la Région autonome du Kurdistan irakien au cours de ces dernières années n’ont produit aucun changement. Les terrains soustraits illégalement à leurs propriétaires chrétiens dans différentes zones, villes et villages, y compris au sein des provinces de Dohuk et Erbil représentent des milliers d’acres. Déjà l’an dernier, quelques centaines de chrétiens syriaques, chaldéens et assyriens, provenant de la région de Nahla, en province de Dohuk, dans le nord du pays, avaient organisé une manifestation devant le Parlement de la Région autonome du Kurdistan irakien pour protester contre les expropriations illégales de leurs biens immobiliers subies ces dernières années de par l’action d’influents notables kurdes, expropriations déjà plusieurs fois dénoncées, mais jusqu’à présent sans résultats, devant les tribunaux compétents.

A propos de l’avenir de la présence chrétienne dans le nord de l’Irak, il faut remarquer la prise de position du cheikh Abdul Mahdi Karbalai, représentant officiel de l’Ayatollah Ali al Sistani, plus haute autorités chiite en Irak, qui, dans le cadre d’une récente rencontre avec une délégation de chrétiens de Mossoul, a exprimé sa pleine disponibilité à lutter contre l’ensemble des tentatives de fausser la composition ethnique et religieuse qui caractérisait la région avant l’arrivé des djihadistes du prétendu « Etat islamique » et à soutenir toutes les initiatives requises pour favoriser le retour des chrétiens de la plaine de Ninive dans leurs maisons et leurs villes.

Source Agence Fides

Dans le Monde #NLQ

Iraq – Marche pour la paix au cours de la Semaine Sainte pour invoquer la fin de toute violence

Une marche de plus de 140 Km aura lieu au cours de la Semaine Sainte entre Ankawa, faubourg d’Erbil, et Qaraqosh, petite ville abandonnée par ses habitants chrétiens à l’été 2014 lors de l’avancée des djihadistes du prétendu « Etat islamique », afin de demander le don de la paix et la fin de toute violence.

L’initiative, soutenue par le Patriarcat de Babylone des Chaldéens, attend la participation d’au moins 100 personnes, en grande partie irakiennes, mais également provenant d’autres pays. Les marcheurs se donneront rendez-vous le 9 avril à Erbil où ils participeront ensemble à la Messe du Dimanche des Rameaux. Le parcours de la marche traversera des centres urbains et des villages de la plaine de Ninive, un temps habités en majorité par des chrétiens. Certains d’entre eux, après avoir été libérés de l’occupation djihadiste, se présentent actuellement comme des villes fantômes et des doutes et des incertitudes commencent à se lever à propos du possible retour à leur domicile de nombre des chrétiens évacués, se trouvant actuellement au Kurdistan irakien ou ayant trouvé refuge à l’étranger.

 

La marche pour la paix veut témoigner de l’espérance en la renaissance des villes et villages de la plaine de Ninive, ainsi que de la volonté de surmonter toute violence – y compris les possibles rétorsions à l’encontre de la population civile dans le cadre des combats encore en cours à Mossoul – et de lancer des processus de réconciliation au sein d’une population déchirée par des années d’affrontements sectaires.

Lu sur Agence Fides

Dans le Monde #NLH #NLQ

Mystère inexpliqué – Entre le tombeau des pharaons et celui du Christ il y aurait la vie…

Hormis dans les romans d’Agatha Christie, les scientifiques n’ont guère été ennuyés par des phénomènes mystérieux lors des fouilles des tombeaux des Pharaons. Tombe on ne peut plus « mortes ». En revanche, nous évoquions récemment ces phénomènes mystérieux qui avaient mis en panne les appareils électromagnétiques de l’équipe de restauration du Tombeau du Christ. Le phénomène est si inexpliqué qu’un journal comme 20 minutes relate le fait le plus sérieusement du monde.

Il faut dire que le professeur (nous corrigeons la petite faute d’orthographe genrée du journal)  Antonia Maropoulou est elle-même très sérieuse face à ce que les scientifiques n’expliquent pas.

 « Quand nous avons essayé d’explorer la cavité de la pierre sainte, les appareils qui analysent la résonance électromagnétique sont tombés en panne », « La tombe du Christ est une tombe vivante… Il y a des phénomènes naturels qui peuvent perturber les champs électromagnétiques. Il faut simplement admettre que la force avec laquelle on croit, ou on pense, en fait partie. »

Ne parle-t-on pas d’un phénomène de forte radiation qui aurait imprimé le linceul de Turin au moment de la résurrection ?

Asie #NLQ

L’Eglise chaldéenne fait part de son effarement face aux victimes innocentes de Mossoul

Les massacres de civils innocents qui marquent actuellement les opérations militaires en cours dans le cadre de la libération de Mossoul de l’occupation des djihadistes du prétendu « Etat islamique » ont provoqué « une profonde douleur et un grand effarement » au sein de l’Eglise chaldéenne. Dans un communiqué diffusé par les canaux officiels du Patriarcat de Babylone des Chaldéens, il est fait mention des 500 victimes innocentes au moins tombées ces derniers jours à cause des combats et il est rappelé à toutes les forces militaires engagées dans l’offensive pour la libération de Mossoul qu’elles doivent à tout le moins respecter les règles et procédures internationalement reconnues pour limiter au minimum les pertes de vies humaines dans les conflits. Dans le document, le Patriarcat chaldéen indique suivre avec attention les développements de l’intervention militaire conjointe pour la libération de Mossoul, et exprime même de la gratitude pour le sens du devoir des militaires irakiens et sa satisfaction s’agissant de l’avancée des forces militaires irakiennes dans les quartiers de la deuxième ville d’Irak, aux mains des djihadistes depuis près de trois ans. Dans le même temps, le texte diffusé par le Patriarcat chaldéen – et parvenu également à l’Agence Fides – manifeste « douleur et effarement » suite aux « plus de 500 victimes innocentes » provoquées ces derniers jours par les opérations conduites par la coalition luttant contre le prétendu « Etat islamique ». Le Patriarcat chaldéen fait savoir également que des Comités ecclésiaux locaux ont été activés et chargés de fournir une assistance alimentaire à la multitude d’évacués qui fuit actuellement Mossoul. Il rappelle surtout à tous la nécessité de respecter les lois de la guerre et toutes les obligations morales et religieuses imposant de protéger et de défendre les vies innocentes, y compris sur les théâtres de guerre.

Le Message, qui porte la signature du Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, s’achève en invoquant Dieu Tout-Puissant afin qu’Il « protège l’Irak et hâte le retour de la sécurité, de la paix et de la stabilité ».

 

Hier, Dimanche 26 mars, les forces américaines ont reconnu être responsables de l’attaque aérienne sur Mossoul qui a provoqué le 17 mars dernier la mort de 150 innocents, y compris des femmes et des enfants.

Source