Dans le Monde #NLQ

Madagascar, le pape érige un nouveau diocèse

Le pape François, en date du 8 février 2017, a érigé le nouveau Diocèse de Maintirano (Madagascar), par démembrement des Diocèses de Tsiroanomandidy, Mahajanga et Morondava, le rendant suffragant du siège métropolitain d’Antananarivo.

Le Pape a nommé premier Evêque de Maintirano (Madagascar) S.Exc. Mgr Gustavo Bombin Espino, O.SS.T., jusqu’ici Evêque de Tsiroanomandidy.

Le nouveau Diocèse de Maintirano comprend le territoire de l’ensemble de la région civile de Melaky, composé de cinq villes : 3 du Diocèse de Tsiroanomandidy, à savoir Maintirano, Ambatomaint et Morafenobe, 1 du Diocèse de Morondava, Antsalova et 1 du Diocèse de Mahajanga, Besalampy et il est limitrophe des Diocèses précités : au nord de celui de Mahajanga, au sud de celui de Morondava et au sud-est de celui de Tsiroanomandidy. Il est suffragant de l’Archidiocèse d’Antananarivo. L’actuelle église paroissiale de Maintirano, dédiée à Notre-Dame de l’Assomption, devient Cathédrale du nouveau Diocèse de Maintirano.

Source et chiffres du diocèse

NLQ #Orient

Les chrétiens réfugiés d’Irak n’ont pas l’intention d’y retourner

Quelques 200 réfugiés chrétiens irakiens ont manifesté symboliquement dans la journée du 13 février devant le siège locale de l’ONU, dans le centre de Beyrouth, afin de demander que soient examinées et accueillies rapidement leurs demandes d’expatriation en direction d’autres pays déposées depuis longtemps auprès des bureaux compétents des différentes représentations diplomatiques étrangères présentes dans la capitale libanaise.

Les affiches brandies par les manifestants et les déclarations faites par certains d’entre eux à la presse locale confirment l’impression qu’une grande partie des réfugiés chrétiens ayant quitté l’Irak n’a aucune intention d’y retourner, pas plus que de s’implanter au Liban mais qu’elle espère émigrer prochainement vers une quelque nation occidentale.

Selon des données fournies par la communauté chaldéenne locale et difficiles à vérifier, les chrétiens irakiens émigrés au Liban, en particulier après la conquête de Mossoul et de la plaine de Ninive de la part de djihadistes du prétendu « Etat islamique », seraient au nombre de quelques 8.000.

Le Président des Etats-Unis, Donald J. Trump, qui a entamé un bras de fer avec des juges américains afin de faire respecter sont décret visant à limiter ou suspendre l’immigration depuis certains pays à majorité musulmane, a en revanche reconnu comme une priorité la concession du statut de réfugié à la catégorie des « chrétiens persécutés ». L’hypothèse de prédisposer une procédure préférentielle en vue de l’entrée de réfugiés chrétiens aux Etats-Unis alors que se ferment les portes aux non chrétiens provenant de pays à majorité islamique, a été qualifiée par le Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, de « piège » pour les chrétiens du Proche-Orient. « Toute politique d’accueil qui discrimine les persécutés et les souffrants sur base religieuse – indique le Patriarche – finit par nuire aux chrétiens d’Orient parce que, entre autres choses, elle fournit des arguments à toutes les propagandes et à tous les préjudices qui attaquent les communautés autochtones du Proche-Orient en tant que corps étrangers et groupes soutenus et défendus par les puissances occidentales ».

Lu sur Agence Fides

Dans le Monde

Madagascar – Initiatives, rencontres et prière pour les infirmes au sein du Diocèse de Fianarantsoa

 A l’occasion de la récente célébration Journée mondiale des malades, la communauté diocésaine de Fianarantsoa s’est réunie dans le cadre de deux retraites au palais de l’enfance dédié à Saint Jean Marie Vianney d’Ambalapaiso.

Un missionnaire camillien raconte que « la première rencontre a eu lieu le 4 février, et a compris une Messe célébrée par le Père Albert Rainiherinoro MI, Aumônier de la Commission diocésaine de la Santé, pour les malades et les handicapés. Le Dimanche 5 février, le Père Garvey Zafindrainimara SI, Aumônier de la Fraternité des Malades et des handicapés, a célébré pour les opérateurs sanitaires.

Le 11 février, Journée mondiale des malades, les deux groupes, en compagnie d’autres pèlerins, se sont donnés rendez-vous sur le parvis de l’église Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus d’Ilena pour y débuter le chemin de croix qui les a conduits à la Tour de Notre-Dame Salus Infirmorum où a été célébrée le Saint Sacrifice de la Messe, au cours duquel a été administré le sacrement des malades ». « La Messe a été très bien animée par les jeunes d’Ilena » ajoute le missionnaire. A l’hôpital public de Tambohobe en revanche, le sacrement des malades a été administré durant une Messe célébrée le Dimanche 12 février en la chapelle Saint Camille.

Source Agence Fides

NLQ #Orient

Retour des familles chrétiennes à Mossoul

Dans les quartiers est de Mossoul récemment repris par l’armée irakienne aux milices du prétendu « Etat islamique », les premières familles chrétiennes commencent à revenir. Selon ce qu’indique le site Internet ankawa.com, au moins trois familles arméniennes sont déjà revenues dans leurs maisons, au sein de zones urbaines à peine libérées des djihadistes et ce malgré une situation générale d’insécurité qui continue à peser sur la ville dans son ensemble.

 

Ces jours derniers, les zones libérées ont également été le théâtre d’attentats suicides ayant fait au moins 9 morts parmi les civils.
Les djihadistes du prétendu « Etat islamique » avaient pris le contrôle de Mossoul le 9 juin 2014. Au cours des semaines suivantes, tous les chrétiens présents dans la ville avaient abandonné leurs maisons – nombre desquelles étaient immédiatement expropriées par les djihadistes – pour chercher refuge d’abord dans les villages de la plaine de Ninive puis à Kirkuk et surtout à Erbil et dans les villages du Kurdistan irakien. Les 10 derniers chrétiens âgés, raflés dans les villages de la plaine de Ninive et transférés à Mossoul au second semestre 2014, avaient été expulsés par les djihadistes le 7 janvier 2015, après qu’ils aient refusé d’apostasier. Le groupe de personnes âgées, dont certaines présentaient de graves problèmes de santé, avait été accueilli à Kirkuk après avoir passé deux jours au froid dans le no man’s land se trouvant entre les villages occupés par les milices du prétendu « Etat islamique » et la zone contrôlée par les milices kurdes.

 

Source Agence Fides

Brèves

Attentat de la Saint-Sylvestre à Istanbul : l’auteur présumé visait les chrétiens

L’auteur présumé de l’attaque contre une discothèque d’Istanbul qui a fait 39 morts dans la nuit du Nouvel an a déclaré devant des juges qu’il visait des chrétiens, rapporte lundi le quotidien turc Hürriyet. Au cours de la même audition, qui s’est déroulée à huis clos ce week-end, il a redit qu’il avait d’abord envisagé de passer à l’action dans le secteur de la place Taksim mais que les mesures de sécurité renforcées l’avaient décidé à se replier sur le Reina, une boîte de nuit huppée au bord du Bosphore.

Source

Afrique non francophone #NLQ

Meurtre d’une religieuse, l’épiscopat demande justice au gouvernement du Soudan du Sud

Il faut « que justice soit rendue à Sœur Veronica Rackova » a demandé S.Exc. Mgr Erkolano Lodu Tombe, Evêque de Yei, au Soudan du Sud, s’interrogeant sur la raison du silence du gouvernement de Juba à propos du meurtre de la religieuse.

Le 16 mai dernier, Sœur Veronica Rackova, religieuse slovaque des Sœurs missionnaires de l’Esprit Saint (SSP) et Directrice du Centre médical Sainte Bakhita de Yei, avait été grièvement blessé à un barrage contrôlé par les forces armées du Soudan du Sud (SPLA). Sœur Veronica Rackova avait rendu son âme à Dieu le 20 mai, au Kenya, au Nairobi Hospital, où elle avait été transportée.

 

L’enquête sur la mort de la religieuse est à un point mort et maintenant l’évêque de Yei demande au nom de la famille de la religieuse la raison du silence des autorités alors même que, dans un premier temps, elles avaient annoncé des arrestations.

Source

A la une #NLQ #Orient

Les chrétiens à Alep ne dépassent pas les 35000 personnes constate le patriarche Yohanna X

Les chrétiens de toutes les confessions présents aujourd’hui à Alep ne dépassent pas les 35.000 personnes. C’est ce qu’a déclaré le Patriarche grec orthodoxe d’Antioche, Yohanna X, en rencontrant une délégation de parlementaires russes qui visite, depuis le 6 février, la République arabe de Syrie.

Selon ce qu’indiquent les moyens de communication russes, le Patriarche, lors de la rencontre avec la délégation de parlementaires russes – qui comprend le Président du Comité de la Douma pour le Développement de la société civile, les questions sociales et les associations religieuses, Sergei Gavrilov – a souligné la nécessité de ne pas laisser seule la Syrie dans l’œuvre de reconstruction après la guerre, une œuvre qui passe également au travers d’un long chemin nécessaire pour soigner les blessures intérieures.

Le 7 février, la délégation de parlementaires russes a visité le Monastère orthodoxe de la Mère de Dieu, sis à Saydnaya. L’Higoumène Febronia, recevant la délégation, a adressé par son intermédiaire, une invitation au Patriarche orthodoxe de Moscou, Cyrille, à se rendre en visite en Syrie et a fait savoir que les moniales de la communauté prient « pour la prospérité de la Russie et pour la santé du Président russe, Vladimir Poutine ».

Au cours de ces derniers jours, Amnesty International a diffusé un rapport pour dénoncer d’innombrables exécutions sommaires que les services syriens auraient perpétré dans la prison de Saydnaya au cours des années de la guerre civile.

Lu sur Fides

Afrique non francophone #NLQ

Mobilisation de l’armée et de la population pour retrouver la religieuse enlevée au Mali

 « Le gouvernement a mobilisé les forces armées pour ratisser la zone dans laquelle Sœur Cecilia Narváez Argoti a été enlevée. La population elle-même s’est mobilisée pour aider les recherches » déclare le Père Edmond Dembele, Secrétaire général de la Conférence épiscopale du Mali.

Entre temps, l’enquête de la police se poursuit. « Deux suspects ont été arrêtés hier et sont actuellement interrogés » déclare le Père Dembele.
L’hypothèse qui est faite est que les ravisseurs aient fui au Burkina Faso. « Karangasso n’est en effet pas très loin de la frontière avec le Burkina Faso – explique le prêtre. L’une des hypothèses est que les ravisseurs se soient rendus au Burkina Faso avec leur otage mais il existe aussi l’hypothèse selon laquelle il s’agirait d’un dépistage. Dès lors, les ravisseurs se seraient rendus en direction de la frontière pour ensuite se diriger vers la zone boisée, en territoire malien, où ils auraient trouvé refuge. Dans cette zone forestière, limitrophe de la Côte-d’Ivoire, avait été signalée voici deux ans la présence d’un groupe djihadiste. Pour le moment donc, il n’existe aucune confirmation du fait que Sœur Cecilia Narváez Argoti aurait été emmenée au Burkina Faso » indique le prêtre, qui confirme que « au moment de l’enlèvement, les hommes qui ont prélevé la religieuse ont déclaré être des djihadistes ».

« Y compris dans ce cas, deux hypothèses peuvent être faites : qu’il s’agisse effectivement de djihadistes ou que des bandits se soient faits passer pour tels afin de dépister l’enquête » déclare le Père Dembele. Cette dernière hypothèse est renforcée par le fait qu’outre du liquide et la voiture des religieuses, les ravisseurs ont également volé des ordinateurs et du matériel informatique.

L’enlèvement de Sœur Cecilia Narváez Argoti a suscité une forte émotion en Colombie. Certains moyens de communication colombiens ont contacté la rédaction de l’Agence Fides pour obtenir des informations sur le sort de la religieuse. « Nous espérons que les efforts de tous pourront aboutir bientôt à la libération de Sœur Cecilia Narváez Argoti » conclut le Père Dembele.

lu sur Agence Fides

Afrique non francophone #NLQ

Une religieuse enlevée au sud du Mali

 Une religieuse colombienne de la Congrégation des Sœurs franciscaines de Marie Immaculée a été enlevée mardi soir, 7 février, à Koutiala, dans le sud du Mali. « Nous ne savons pas qui sont les ravisseurs. La gendarmerie et la police mènent actuellement l’enquête. Les évêques sont également sur zone pour obtenir des informations » indique le Père Edmond Dembele, Secrétaire général de la Conférence épiscopale du Mali. « La zone dans laquelle la religieuse a été enlevée est tranquille et le fait surprend. Cette région du pays n’a pas encore été touchée par l’insécurité qui frappe d’autres zones du Mali » déclare le prêtre, qui confirme la nationalité colombienne de la religieuse enlevée.

mardi soir, aux alentours de 21.00 locales, un groupe d’hommes armés a fait irruption dans la Paroisse de Karangasso, à Koutiala, prenant en otage la religieuse et s’enfuyant à bord de la voiture appartenant à la Paroisse.

Source Agence Fides

NLQ #Orient

Mgr William Shomali nouveau vicaire patriarcal pour la Jordanie

Après la démission la semaine dernière de Mgr Maroun Lahham de son poste de vicaire patriarcal pour la Jordanie, Mgr Pierbattista Pizzaballa, administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, a nommé ce mercredi 8 février 2017 pour le remplacer, Mgr William Shomali, jusqu’alors vicaire patriarcal pour Jérusalem et la Palestine. Mgr Pizzaballa a pris cette décision après avoir consulté le Conseil des évêques et le Conseil des consulteurs du Patriarcat latin.

 

Mgr William Shomali est né le 15 mai 1950, à Beit Sahour en Palestine. Il a été ordonné prêtre le 24 juin 1972. Il était évêque auxiliaire de Jérusalem depuis le 27 mai 2010.

Lu sur Radio Vatican