Dans le Monde #NLQ

Les évêques du Panama invitent à combattre la pauvreté en transformant l’assistanat en promotion humaine

 

Au terme de l’Assemblée de la Conférence épiscopale de Panama (CEP), les Evêques ont envoyé un Communiqué au Peuple de Dieu. Le premier point du document envoyé à Fides concerne l’engagement de la CEP à propos de l’organisation des Journées dans les Diocèses précédant la Journée mondiale de la Jeunesse 2019.

La deuxième partie du document passe en revue différents aspects de la situation nationale qui doivent être contrôlés : la famille, l’instruction publique, l’idéologie du genre, l’aide économique internationale, qui arrive sous diverses conditions.
En réponse à cette analyse, les évêques proposent de combattre la pauvreté au travers de l’engagement à transformer l’assistanat en promotion humaine et la corruption au travers d’une éthique sociale juste.

« Chacun doit être ouvert aux besoins de la solidarité et du bien commun. La pauvreté n’est pas seulement une question économique mais aussi de nature morale et culturelle. Il existe une pauvreté morale et culturelle qui nous a empêché d’entreprendre les changements nécessaires » peut-on lire dans le texte.
« Nous devons avoir à l’esprit le fait que le pays n’est pas une ferme mais un héritage qu’il faut savoir accepter, protéger et agrandir. Il s’agit d’un bien commun et, en tant que tel, ce n’est pas seulement un don mais également une responsabilité » conclut le document

Source agence Fides

Culture #Doctrine / Formation

La démocratie dominicaine un libéralisme rigoureux et fraternel

Alors que nous achevons le jubilé des 800 ans de l’ordre prêcheur, alors que nous entrons dans une période électorale, voici un petit aperçu de la célèbre démocratie dominicaine.

La réputation de l’Ordre dominicain est marquée par un paradoxe. En effet, il encourt le reproche, qui n’est que partiellement exagéré, d’avoir fourni à l’Église une bonne partie du personnel des tribunaux de l’Inquisition. En même temps, il est reconnu comme l’Ordre dont les structures expriment dès l’origine un attachement singulier aux libertés démocratiques. Les constitutions dominicaines rédigées entre 1216 et 1221 ont pu être appelées, à juste titre, une cathédrale de droit constitutionnel (Léo Moulin, Le monde vivant des religieux, Calmann-Lévy, Paris 1964, p. 114).

Les premières constitutions dominicaines furent fondées sur un véritable système parlementaire et sur ce que, plus tard, on pourra appeler l’équilibre des pouvoirs législatif et exécutif. Les législations (constitutions) qui règlent la vie dominicaine, comme l’élection des supérieurs, sont le fruit d’assemblées appelées Chapitres. Ceux-ci se réunissent régulièrement.

À la base, dans chaque couvent, tous les religieux profès participent à l’élection du prieur. Sa fonction est temporaire (3 ans). Elle ne peut être renouvelée qu’une seule fois immédiatement après un premier terme. À leur tour, tous les quatre ans, les prieurs d’une région (appelée Province) élisent un prieur provincial. Son mandat, également, ne peut être renouvelé immédiatement qu’une seule fois. En outre, il n’est pas élu par les prieurs seuls mais par une assemblée formée aussi de délégués que chaque couvent choisit pour cette occasion. Enfin, ce Chapitre électif, élit lui-même des définiteurs, responsables, avec le nouveau Provincial, d’établir le programme de son mandat et éventuellement de fixer des règles particulières nécessitées par la bonne marche de la Province. Enfin et surtout, les Chapitres Généraux représentatifs de l’Ordre tout entier, ont seuls le pouvoir et la mission d’adapter la législation internationale de l’Ordre. Tous les neuf ans, le Chapitre Général élit un Maître de l’Ordre. Deux Chapitres intermédiaires, de trois en trois ans, répondent aux nécessités permanentes de modifier éventuellement les constitutions dominicaines. Ces Chapitres sont formés tantôt par les provinciaux, tantôt par des définiteurs élus pour cette fonction. L’Ordre apparaît ainsi comme un système parlementaire à plusieurs degrés, qui répond au souci permanent d’offrir à ses membres des garanties démocratiques de fonctionnement.

Cela n’empêche pas un pouvoir exécutif fort. Le Maître Général a le droit d’envoyer en mission n’importe lequel des dominicains, où que ce soit dans le monde. Mais il est caractéristique que ce pouvoir s’exerce dans le cadre des constitutions et n’a pas autorité pour les modifier. C’est pourquoi, chaque religieux, lorsqu’il s’engage dans l’Ordre en faisant vœu d’obéissance au Maître Général le fait suivant les constitutions. Les dominicains racontent volontiers que, il y a une cinquantaine d’années, le pape Pie XII, jugeant ce système trop démocratique et libéral, aurait souhaité le modifier d’autorité. Il se serait heurté à l’objection que non seulement il s’attaquait ainsi à une institution de vie religieuse vieille de sept siècles mais que, ce faisant, il déliait les religieux vivants de leurs vœux. Légende ou vérité, cette histoire indique combien les dominicains sont attachés à leurs traditions démocratiques.

Le prophétisme, pas plus que la liberté, ne s’improvisent pas. La tradition démocratique et libérale des frères prêcheurs est inséparable d’une tradition de vie fraternelle, de rigueur et d’échanges dans la recherche intellectuelle, de vie intérieure et de souffle évangélique. La liberté dominicaine a ses exigences dont elle est le fruit et la récompense.

 

Source

NLH #NLQ #USA

Le rapport du congrès américain confirme que le planning familial a bien vendu des organes de bébés avortés

Le rapport de la commission spéciale du Congrès des Etats-Unis sur le scandale du trafic d’organes de fœtus par le Planning familial américain a été publié mercredi ; riche de quelque 500 pages, il aboutit à la conclusion que Planned Parenthood USA a bien violé des lois et des règlements fédéraux en vendant des tissus et des organes des bébés avortés ou en méconnaissant les procédures du don. Le rapport confirme également que dans des avortoirs du Planning américain, des enfants ont été tués après être nés vivants lors d’une procédure d’avortement.

Lire la suite

Dans le Monde #NLQ

Les Amériques ne sont pas toujours des terres très sûres pour les chrétiens

Dans son dernier numéro, Christianophobie Hebdo relate quelques exemples de « difficultés » auxquels les chrétiens sont soumis. En lisant quotidiennement InfoCatho, ou l’observatoire de la christianophobie, vous pourrez constater que ces exemples sont loin d’être des cas isolés.

Xphobie USA

 

Depuis la parution de cet article, le prêtre mexicain a été retrouvé mort, comme nous vous le signalions la semaine dernière.

 

NLH #NLQ #USA

Immigration – Les évêques américains dénoncent la volte face d’Obama quelques jours avant son départ

La Conférence des évêques catholiques des Etats-Unis (USCCB) a fait part de sa déception suite à l’abolition de la mesure politique qui protégeait les cubains arrivés dans le pays, promettant de travailler avec la prochaine administration de Donald Trump, afin de garantir un « traitement humain » aux demandeurs d’asile.

 

Dans un communiqué, l’évêque d’Austin (Texas), Mgr Joe Vasquez, Président de la Commission pour les Migrations de la Conférence épiscopale, a souligné que ce « changement improviste » décidé par le Président sortant, Barack Obama, créera des difficultés aux groupes vulnérables qui sont à la recherche d’une protection, tels que les demandeurs d’asile cubains, qui sont presque toujours composés d’enfants et de victimes du trafic d’êtres humains.

Source Agence Fides

A la une #USA

Trisomique on ne voulait pas d’elle, elle monte son entreprise…. et ça marche

Vivre avec un handicap n’exclut pas d’aller au bout de ses rêves. Prenez Collette Divitto par exemple. Pâtissière hors pair, cette jeune américaine trisomique a toujours voulu vivre de sa passion. Alors, comme aucun employeur ne voulait d’elle (et surtout pas de son handicap), elle a ouvert sa propre boutique ! Retour sur une success story qui donne des ailes !

Vous pouvez retrouver son histoire ici.

« Mon plus grand succès est de pouvoir tendre la main aux autres. »

Une petite phrase qui en dit long sur l’exclusion des trisomiques.

Asie #NLQ

La vie difficile des chrétiens en Asie et dans le pacifique

Alors qu’une étude montre l’Asie comme une des zones de recrudescence de la persécution chrétienne, nous lisons sur l’observatoire de la christianophobie hebdo

christianophobie asir pacifique

 

Vous pouvez vous abonner et recevoir les 4 premiers numéros gratuitement

 

Notre photo est celle du pasteur  de Andhra Pradesh, Yohan Maria, assassiné en juillet 2016.

NLQ #Points non négociables PNN

Le Kentucky limite l’avortement

Le gouverneur du Kentucky, Matt Bevin, a signé lundi deux projets de loi qui limitent l’avortement dans son Etat. Les dispositions d’urgence entourant ces projets impliquent leur mise en œuvre immédiate.

Le premier demande aux médecins d’effectuer une échographie avant un avortement, de montrer les images à la mère et de lui fournir l’enregistrement audio des battements de cœur fœtaux.

Le second interdit les avortements au-delà de 20 semaines de grossesse, exception faite des grossesses à risque pour la santé de la mère.

 

 Source Généthique.org

NLH #NLQ #USA

USA – Évêques, Trump, bras de fer ou coopération ?

L’électorat catholique n’est pas pour rien dans l’élection de Donald Trump. Ses positions pro-vie lui ont valu soutiens et sympathies et à n’en pas douter l’épiscopat américain n’était pas mécontent de le voir emménager à la Maison Blanche.

Le président élu lui-même à tout de suite après son élection publié une vidéo assurant les catholiques qu’ils pourraient désormais compter sur son administration. Un grand changement qui n’occulte pas pour les évêques l’inquiétude quant aux immigrés.

Du 8 au 14 janvier, l’Amérique vit une semaine nationale des migrations. L’occasion pour l’épiscopat de rappeler au président Trump qu’ils seront aux côtés des familles de migrants.

« Nous sommes à vos côtés »  affirme le texte de la conférence éiscopale publié à l’occasion de cette semaine.

Pour les évêques, les migrations sont une espérance.

« La migration  est un acte de grande espérance. Nos frères et sœurs qui sont contraints à émigrer, souffrent des séparations familiales dévastatrices et souvent doivent affronter des conditions économiques désespérées… En tant que catholiques aux Etats-Unis, la majeure partie d’entre nous peut trouver des histoires au sein de nos familles concernant des parents, des grands-parents ou des arrière-grands-parents qui ont quitté leur antique pays pour un avenir prometteur aux Etats-Unis ».

« Cette Semaine nationale des Migrations constitue l’opportunité de poursuivre le travail important visant à accueillir l’étranger et à servir les plus vulnérables, comme partie intégrante d’une politique humanitaire de l’immigration »

Cette déclaration fait écho à la lettre envoyée par les évêques à Donald Trump le 15 novembre dernier pour exprimer le souhait qu’il commence son mandat en reconnaissant la contribution des immigrés à la nation et en ne séparant pas les familles au travers de son plan d’expulsions massives annoncé au cours de la campagne électorale.

Nul doute que l’Eglise américaine sera très attentive et se voudra un interlocuteur de poids tout au long du mandat Trump sur cette délicate question.

Source

Dans le Monde #NLQ

La pastorale des prisons au Brésil craint une bombe à retardement

« Parler de prison signifie évoquer une fabrique de tortures, qui produit de la violence et génère des monstres. Il s’agit d’un environnement stressant et la barbarie y est constante »

affirme le Père Valdir Joao Silveira, Coordinateur national de la Pastorale des prisons du Brésil. Après la nouvelle de la tragédie intervenue le 4 janvier au Pénitencier d’Anísio Jobim (Compaj), à Manaus, où, selon le Secrétariat de la Sécurité d’Amazonie, sont mortes 56 personnes, nombreuses sont les plaintes des familles et des institutions qui collaborent à l’assistance des détenus dans ce centre et dans d’autres pénitenciers du pays.

« Nous pouvons trouver seulement des personnes blessées, des cellules pleines et une très mauvaise alimentation. Ce qui s’est passé à Compaj arrive depuis longtemps en différents lieux du Brésil, à Rio Grande do Norte, à Rondonia et à Parana… Il s’agit d’une bombe à retardement qui pourrait exploser à tout moment, dans l’ensemble du pays » a réaffirmé le Père Silveira en parlant aux journalistes.

Selon le prêtre, chaque jour ont lieu différents désordres dans le pays mais seuls les plus importants sont rapportés par la presse. Les révoltes sont motivées par le surpeuplement et peut-être pourront-elles voir leur nombre diminuer seulement après que le gouvernement ait pris une série de mesures. La première (à prendre NDT) devrait consister à fournir une assistance légale aux détenus, qui passent trop de temps dans l’attente, avant d’être jugés. Le prêtre a souligné que de nombreux détenus en attente de jugement se trouvent en cellule avec des prisonniers déjà condamnés.

 

Selon les dernières nouvelles d’agences d’information locales, la situation n’est pas tranquille et le gouvernement a autorisé, voici quelques heures, l’envoi de forces fédérales dans trois Etats du Brésil – Amazonas, Rondonia et Mato Grosso – afin de contenir des révoltes au sein de prisons de ces régions. Après le cas de Manaus, a eu lieu un massacre à Monte Cristo a Boa Vista (Roraima), où 33 détenus ont été tués le 6 janvier, la presse locale estimant qu’il s’est agit là de représailles après les événements de Manaus.

Source Agence Fides