Asie

Vietnam – Les religieuses Amantes de la Croix reçoivent un soutien public inattendu

Les religieuses Amantes de la Croix de Thu Tiêm reçoivent le soutien public du consulat du Canada à Saigon

Le Canada vient d’apporter une aide inattendue à la communauté des religieuses Amantes de la Croix, menacée d’être expulsée d’un couvent de l’arrondissement de Thu Tiêm (2ème arrondissement de Saigon), où elles sont installées depuis 177 ans. Le consul général du Canada à Saigon vient d’élever la voix auprès des autorités municipales pour s’opposer à la décision de destruction du couvent des religieuses et de l’église du quartier. Il leur a fait remarquer qu’il s’agissait là de bâtiments historiques, construits en 1840 et donc plus anciens que le Canada qui a 150 années d’existence.

Ces informations répercutées par les réseaux sociaux ont fait l’objet d’un mini référendum qui est venu renforcer l’esprit de résistance de la communauté religieuse. Plus de 12 600 internautes ont approuvé la décision des religieuses de ne pas céder à la menace gouvernementale. Les réactions ont été très nombreuses. Certains ont blâmé les autorités actuelles d’être aussi peu respectueuses des œuvres culturelles que les talibans ou encore que les partisans de l’État islamique.

L’arrivée des religieuses dans la région date du XIXème siècle. À l’époque de l’empereur Minh Mang (1820–1840), la persécution s’était abattue contre les catholiques avec une particulière férocité. Les couvents, les églises étaient particulièrement visés et les religieuses s’étaient dispersées aux quatre coins du pays. Aux alentours de 1840, un certain nombre d’Amantes de la Croix se retrouvèrent dans la région de Thu Tiêm, une contrée encore non défrichée. Une église s’était élevée quelques années plus tard en 1859. Elle accueillait de nombreux fidèles, venus de la région de Gia Dinh – Biên Hoa, pour vivre dans ces nouveaux lieux où les nouveaux habitants y avaient construit leur habitation, après avoir bénéficié de terrains attribués par le pouvoir en place.

Cette histoire explique pourquoi la maison des sœurs et l’église ne représentent pas seulement un simple couvent et lieu de culte. Ils font partie du patrimoine culturel, construit depuis plus de 150 ans et témoignent d’une étape historique dans l’évolution du deuxième arrondissement de Thu Tiêm. Les autorités du second arrondissement, dans le cadre d’un projet de création de zone urbaine, ont décidé de créer sur ces lieux un centre commercial. Elles ont proposé à l’archidiocèse de Saigon de remplacer l’église de Thu Tiêm par une construction élevée sur un terrain de 1000 m². Un autre terrain et une subvention de 52 milliards de dongs (2,13 millions d’euros) sont prévus, afin de remplacer le couvent des Amantes de la Croix.

Cependant dès l’année 2009, époque où les autorités firent connaître leur projet, l’archevêché de Saigon a décidé de ne pas se séparer de l’église et du couvent de Thu Tiêm. Pour l’instant, c’est la seule réponse officielle de l’Église aux exigences du pouvoir local de déplacer l’église et le couvent, afin de pouvoir aménager un centre commercial à l’emplacement des anciens édifices religieux.

Source : Eglises d’Asie

Asie #NLQ

Myanmar – Disparition de deux chrétiens dans l’Etat Kachin, la situation reste très tendue

Deux responsables chrétiens d’ethnie kachin ont disparu dans l’Etat Kachin où se poursuivent les combats entre groupes indépendantistes et armée birmane, et d’où le flux de réfugiés continue. Dumdaw Nawng Lat et Langjaw Gam Seng ont disparu à Noël dernier et on craint qu’ils aient pu être enlevés par les militaires birmans. Les deux chrétiens s’étaient déplacés de la ville de Mong Ko à celle de Muse, dans l’Etat Shan, afin de discuter avec les militaires déployés sur place du cas de l’arrestation d’un homme de leur connaissance.
Selon des sources locales, la responsabilité de la disparition des deux hommes doit être attribuée à l’armée. Dumdaw Nawng Lat et Langjaw Gam Seng avaient également travaillé comme guides locaux, accompagnant des journalistes dans l’Etat Kachin et leur montrant une église catholique bombardée et endommagée par les militaires birmans. Leur enlèvement, selon les sources, pourrait constituer une rétorsion de l’armée en réponse à cet acte de « mauvaise propagande ».
Interrogé par Fides, le Père Joseph Yung Wa, prêtre du Diocèse de Myitkyina, capitale de l’Etat Kachin, raconte : « La situation est encore très tendue. Les combats se poursuivent et la souffrance de la population civile est encore un fait. Les évacués voient leur nombre augmenter et ont des difficultés à vivre. La population est désespérée. A Myitkyina, en tant qu’Eglise locale, nous nous occupons de deux camps d’évacués et assistons plus de 5.000 personnes se trouvant dans cette situation ».
Dans la zone, on nourrissait beaucoup d’espoir après la conférence sur la réconciliation avec les minorités ethniques organisée par le gouvernement birman en septembre dernier : « Cette conférence n’a pas eu d’impact sur notre réalité. La présence des militaires est envahissante. Nous espérons que le gouvernement birman s’intéressera avec sollicitude à l’instauration d’une véritable paix et qu’il restituera une vie digne et sereine à la population locale, composée d’agriculteurs » conclut le prêtre.
« Au cours de cette nouvelle phase de la démocratie en Birmanie, il est choquant d’apprendre la disparition de deux responsables kachins chrétiens et l’existence d’autres violations des droits fondamentaux encore commises par des militaires. Nous demandons aux autorités du Myanmar d’intervenir et de faire la lumière immédiatement dans cette affaire » demande l’ONG Christian Solidarity Worldwide (CSW). Le texte demande la constitution d’une Commission d’enquête spéciale de l’ONU pour le Myanmar « où se commettent impunément des crimes contre l’humanité » indique CSW. La demande de constitution de cette Commission est appuyée par un réseau de 40 organisations de la société civile birmane qui l’a présentée au rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits fondamentaux dans le pays, la coréenne Yanghee Lee, qui achève demain une visite au Myanmar, débutée le 9 janvier dernier.

Source : Agence Fides

Asie

Philippines – Huit pêcheurs chrétiens exécutés en pleine mer par des pirates

Portes Ouvertes a signalé hier une nouvelle abomination commise contre des chrétiens. Ce n’est pas la première fois que des chrétiens sont “sélectionnés” parce que chrétiens et exterminés dans un contexte maritime. 

« Selon la police, il était environ 20 heures ce 9 janvier au large de Zamboanga lorsque les 12 hommes lourdement armés répartis sur quatre bateaux à moteur ont arraisonné [un] bateau de pêche pour racketter son propriétaire. Après une vive discussion, les pirates ont ordonné aux hommes d’équipage musulmans de se séparer des chrétiens et de les ligoter. Après quoi, les musulmans ont reçu l’ordre de sauter par-dessus bord pour gagner à la nage l’île la plus proche, tandis que les chrétiens étaient froidement abattus. »

Si les Philippines est un pays à forte majorité catholique, il demeure cependant dans le Sud de vives tensions. Les huit pêcheurs qui viennent d’être assassinés appartiennent au peuple Sama (qui signifie crachat), une ethnie pauvre et méprisée, établie dans la partie musulmane de l’île de Mindanao.

Sources : Portes Ouvertes et Observatoire de la Christianophobie.

Brèves

Le pape François soutient la Marche pour la vie

Après le soutien de plusieurs évêques français, la nonciature apostolique vient de transmettre les encouragements du Pape François et son soutien à la Marche pour la Vie de dimanche prochain : 

Le Saint-Père rappelle que « l’Eglise ne doit avoir de cesse d’être l’avocate de la vie, et ne doit pas renoncer à annoncer que la vie humaine doit être protégée sans condition, depuis le moment de la conception jusqu’à la mort naturelle« . (discours aux évêques allemands en visite ad limina, le 20/11/2015)

Au-delà de la légitime manifestation en faveur de la défense de la vie humaine, le Saint-Père encourage les participants de « La Marche pour la vie » à oeuvrer sans relâche pour l’édification d’une civilisation de l’amour et d’une culture de la vie. »

 

 

En Europe

Suisse romande – Vers une nouvelle organisation du pèlerinage d’été à Lourdes

Ce samedi 21 janvier, une Assemblée générale va dissoudre l’organisation du pèlerinage d’été romand à Lourdes. Elle sera suivie d’une deuxième AG au cours de laquelle sera créée la nouvelle Association du pèlerinage d’été de la Suisse romande à Lourdes (APESRL), une structure unifiée et simplifiée, présidée par Mgr Denis Theurillat, évêque auxiliaire du diocèse de Bâle

L’association actuelle, composée d’un comité central et de fédérations cantonales, présentait de réels problèmes de fonctionnement, générant parfois des tensions.

Cette nouvelle association sera donc composée d’un pôle “Coordination”, englobant l’administration, l’organisation logistique et la communication. Un deuxième pôle “Pastorale” travaillera sur le thème, les chants et les prières du pèlerinage pour les différentes catégories de pèlerins : les familles, les ados, les enfants et les jeunes, … “Ainsi tout sera unifié au niveau romand : les inscriptions, les tarifs et l’administration”, explique Pierre-Yves Maillard, directeur spirituel.

Source 

Asie #NLQ

Cambodge – L’Eglise catholique lance un nouveau cycle de trois années consacré à la Famille

Après trois années dédiées à la charité, Mgr Olivier Schmitthaeusler, vicaire apostolique de Phnom Penh, a annoncé le lancement d’un nouveau cycle de trois ans, consacré cette fois-ci à la Famille. Dans sa nouvelle lettre pastorale distribuée aux fidèles catholiques, lors de la fête de l’Epiphanie, il souligne plusieurs défis à relever : celui du fléau de la pauvreté, de l’émigration, des mariages interreligieux et celui de pouvoir offrir à la jeunesse cambodgienne, un modèle familial inspiré des valeurs évangéliques.

En rappelant que les trois dernières années de charité se sont achevées avec le Jubilé de la Miséricorde, Mgr Schmitthaeusler a repris les propos du Pape François, qui appelle à « faire grandir une culture de la miséricorde, fondée sur la redécouverte de la rencontre des autres : une culture dans laquelle personne ne regarde l’autre avec indifférence ni ne détourne le regard quand il voit la souffrance des frères ». L’évêque a invité chacun des fidèles à vivre de cet appel, en rappelant que Dieu a besoin de « chacun de nous pour faire le grand miracle de la miséricorde… source de la paix. Paix des cœurs. Paix dans le monde ». Puis, le vicaire apostolique de Phnom Penh a annoncé que les trois prochaines années (2017, 2018 et 2019) sont dédiées à la Famille, invitant les croyants à s’inspirer de « l’Enfant-Dieu de la crèche » afin de vivre ces années « avec enthousiasme, le cœur rempli de la Miséricorde de Dieu qui nous aime tant ! »
Offrir à la jeunesse cambodgienne un modèle familial

Mgr Schmitthaeusler rappelle qu’après la forte instabilité politique qui a suivi la guerre civile de 1970 et le régime des Khmers rouges de 1975 à 1993, l’éducation, la culture, la religion et l’économie ont été en grande partie détruites. «  Aujourd’hui, 60 % de la population est âgé de moins de 22 ans. Cette jeune génération est née de parents qui ont vécu dans un mode de survie », marquée par « une coupure dans la transmission des valeurs ». « Cette nouvelle génération cherche un nouveau modèle familial, souvent inspiré des séries télévisées de Corée du Sud ou de Thaïlande, des réseaux sociaux : un modèle familial dans une société de consommation, avec un seul enfant, un modèle souvent égoïste et replié sur lui-même, cherchant son propre bonheur. Comment pouvons-nous donner aux jeunes un modèle familial qu’ils puissent suivre ? », interroge-t-il.

Source : Eglises d’Asie

Asie

La Marche pour la Vie, c’est aussi à Manille !

« Nous voulons dire à notre gouvernement que nous sommes contraires à cette culture de mort ».

Alors que se déroule actuellement à Manille le IV° congrès apostolique mondial de la Miséricordedifférents groupes ecclésiaux de laïcs ont annoncé qu’ils descendront dans les rues de Manille, notamment pour stigmatiser la vague d’exécutions sommaires en cours dans le pays, dans le cadre de la Marche pour la Vie du 18 février. Les laïcs en question exprimeront leur ferme opposition à la campagne qui a fait pour l’heure plus de 6.200 morts parmi les criminels supposés et les petits trafiquants de drogue.

« Nous, laïcs catholiques philippins, désirons protester contre toutes les formes de menaces pesant sur la vie et la dignité humaine promues par des organisations et autorités économiques, sociales et politiques. »

Source : Agence Fides

Brèves

Les nouveaux évêques en formation à Paris

C’est Famille chrétienne qui nous informe que du 16 au 18 janvier, 14 évêques récemment ordonnés (nommés depuis le 1er février 2015) sont en session de formation à la Conférence des évêques de France à Paris.

Trois journées durant lesquelles ils s’interrogent sur la façon d’entrer dans la vie d’un diocèse, sur la relation entre l’évêque et ses collaborateurs ou encore entre le diocèse et société civile. Ces journées seront aussi l’occasion pour ces évêques venus de toute la France, d’échanger sur leur nouveau ministère.

Asie #NLQ

Philippines – IV° Congrès apostolique mondial de la Miséricorde

Après Rome en 2008, Cracovie en 2011 et Bogota en 2014, c’est donc à Manille qu’est organisé le IV° Congrès apostolique mondial de la Miséricorde sur le thème : « La communion dans la miséricorde et la mission pour la miséricorde ». Le cardinal français Philippe Barbarin, archevêque de Lyon a été nommé envoyé extraordinaire du pape François à ce congrès. Ouvert hier lundi, ce congrès qui s’achèvera vendredi 20 janvier le enregistre une participation massive de baptisés

A cette occasion, S.Exc. Mgr Ruperto Santos, évêque de Balanga, a rappelé que « la miséricorde est liée à la vie, aime et défend la vie. Elle est toujours centrée sur la vie ».

Au programme de ces journées : 

1er jour, lundi 16 janvier, cathédrale de Manille
Ouverture du Congrès, avec des cardinaux, l’ensemble des évêques des Philippines, et des évêques de plusieurs continents

2ème jour, mardi 17 janvier, Université Saint Thomas – Manille
La Miséricorde de Jésus pour toutes les souffrances et détresses des hommes est l’image de la Miséricorde du Père. L’Église est appelée à annoncer l’Évangile de la Miséricorde.

3ème jour, mercredi 18 janvier, Batangas, ville portuaire à une centaine de kms au sud de Manille, au Sanctuaire national du Padre Pio
La Miséricorde de Dieu nous est donnée tout particulièrement dans le sacrement de la Réconciliation.

4ème jour, jeudi 19 janvier, Bulacan, au nord de Manille, Sanctuaire national de la Divine Miséricorde
Le Seigneur entend le cri des pauvres. Une Église de pauvres appelée les œuvres corporelles et spirituelles de la miséricorde.

5ème et dernier jour, vendredi 20 janvier, Balanga (Bataan), à l’ouest de Manille, de l’autre côté de l’immense baie de Manille
L’Église est envoyée pour annoncer la Miséricorde de Dieu. C’est le cœur de la mission de l’Église et de la Nouvelle Évangélisation demandée par le Pape François.

Agenda / Annonce

Première fête du bienheureux père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus

La première fête du bienheureux père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus sera célébrée le samedi 4 février prochain. Une journée de ressourcement est organisée à Sainte-Garde ce jour-là, avec une messe à 12h à la chapelle Sainte Emérentienne à Notre-Dame de Vie, après une conférence sur le bienheureux.

Programme et inscriptions sur le site de l’institut Notre-Dame de Vie.