Decodex à l’assaut de l’information alternative

Le Monde, caricature de la bien-pensance médiatique, vient de lancer son arme contre les médias alternatifs : le Decodex. L’outil est un petit bijou de reprise en main par la nomenklatura !

Il permet tout simplement de savoir quel site est « fiable » et quel site ne l’est pas. Inutile de vous dire que tout ce que vous consultez sur internet (Infocatho entre autre) figure dans la deuxième catégorie ! Nous progressons. Voici quelques années, « on » avait lancé des chasseurs de rumeurs (de hoax comme on dit sur la toile). Personne ne savait bien qui gérait ces sites, mais ils étaient pratiques pour pister le point de départ d’une rumeur ou d’une information. On pouvait évidemment ne pas les suivre en tout. On pouvait continuer à croire et à diffuser une information, dénoncée comme un « hoax », mais nous en savions plus sur le site qui l’avait publiée en premier et sur son circuit de diffusion. Et, parfois aussi, certaines informations nous étaient démontrées fausses et nous pouvions alors bloquer, pour ce qui nous concernait, la diffusion de ces fausses informations. Mais, désormais, ce n’est plus l’information qui est fausse ou tendancieuse, c’est le site éditeur lui-même. Et comment sait-on qu’un site est « peu fiable » ? En lisant Le Monde, naturellement.

C’est-à-dire que le Decodex, produit par Le Monde, vous dit que tel site est peu fiable en puisant dans les archives… du Monde qui ont eu l’occasion de critiquer naguère le site en question ! Même Libération, organe peu suspect de sympathie pour la soi-disant « fachosphère », a moqué l’initiative, constatant que Le Monde y était à la fois juge et partie. Peut-être est-il, en effet, possible de ne pas partager les convictions gauchistes du Monde sans être nécessairement un affabulateur !

Mais si vous « feuilletez » le Decodex, vous allez être encore plus ébahis : pratiquement tous les « grands journaux » y sont dits fiables, et pratiquement tous les sites alternatifs recensés dans cette base de données y sont dits peu fiables – y compris parfois sur la base d’informations mensongères !

Il est vrai que Le Monde n’a pas toujours été un modèle d’objectivité, ni d’érudition. Jean Madiran avait dénoncé naguère un ahurissant canular paru dans ce très sérieux quotidien de la bien-pensance. Un journaliste y avait pointé du doigt des nationalistes qui avaient pour slogan : « La vérité vous rendra libres » – slogan nazi, selon lui ! Le journaliste en question ignorait (ou cachait) que cette phrase était issue de l’Évangile de saint Jean – confondant avec le « Arbeit macht frei » de l’entrée d’Auschwitz. Le plus beau, c’est que Madiran fut poursuivi en diffamation pour avoir osé mettre en doute la parole sacrée du Monde ! Au train où vont les choses, dans quelques années, consulter un site classé « rouge » dans le Decodex nous vaudra les foudres de la justice. Les procès staliniens que connaît la France d’aujourd’hui permettent déjà de condamner un citoyen suisse, directeur de la publication du site Riposte laïque, pour avoir laissé publier sur son site des propos que la bien-pensance française réprouve. Il fut un temps où le droit français de la presse prévoyait « l’exception de vérité » : si vous étiez capable de prouver que les choses désagréables que vous aviez écrites sur quelqu’un étaient vraies, vous n’étiez pas coupable de diffamation. Progressivement, nous nous dirigeons vers une nouvelle sorte d’exception de vérité : la vérité sera la seule « opinion » qui n’aura plus droit de cité dans le débat public !

Guillaume de Thieulloy

 

 Source Les 4 Vérité hebdo

Abonnez-vous et recevez les 4 premiers numéros gratuitement

Comments are closed.