Indonésie – Première place du candidat chrétien dans le cadre des élections à Djakarta

Malgré une campagne de haine sectaire menée contre lui et le procès pour blasphème dans le cadre duquel il est inculpé, Basuki Tjahaja Purnama dit Ahok, candidat chrétien protestant d’ethnie chinoise, a remporté le premier tour des élections régionales.
Basuki Tjahaja Purnama, par ailleurs gouverneur sortant, a été pris pour cible par différents rassemblements massifs et manifestations organisés dans les rues de Djakarta par des groupes musulmans tels que l’Islamic Defenders Front (FPI). Différents responsables islamiques ont exhorté les électeurs à ne pas élire un non musulman comme gouverneur de la capitale d’un pays à majorité musulmane.
Toutefois Basuki Tjahaja Purnama a survécu aux attaques sectaires lancées contre lui. Les résultats des premiers décomptes du scrutin du 15 février montrent qu’il a été soutenu par un nombre énorme de citoyens de la capitale, dont de nombreux musulmans. Sur la base des projections, différents sondages Basuki Tjahaja Purnama et son vice, Djarot Saiful Hidayat, de religion musulmane, auraient obtenu environ 42 % des voix contre 39 % à Anies Baswedan et Sandiaga Salahuddin et 17 % à Harimurti Yudhoyono et Sylviana Murni.
Attendu que Basuki Tjahaja Purnama ne devrait pas obtenir plus de 50 % des suffrages exprimés, un ballottage sera nécessaire, la Commission électorale l’ayant fixé au 19 avril.
Selon le Père Benny Susetyo, Secrétaire du Setara Institute for Democracy and Peace, centre d’études bien connu de Djakarta, « la victoire d’Ahok est due à son image d’honnêteté et de transparence. Toutefois, la lutte idéologique croissante, qui a été mise en évidence dans le cadre de cette campagne électorale, demeure dangereuse pour l’avenir de la démocratie indonésienne ».
Par ailleurs, Jimmy Leo, laïc catholique, indique que « Les citoyens de Djakarta ont pris part avec enthousiasme au scrutin pour élire leur gouverneur. La majeure partie des personnes nourrit l’espoir d’avoir un gouverneur comme Ahok. Malgré l’accusation de blasphème, de nombreux musulmans ont voté pour lui et le feront de nouveau. Ahok dispose d’un solide soutien parmi la population et nous espérons qu’il remportera le second tour ». « Les habitants de la capitale – ajoute-t-il – apprécient ce qu’Ahok a fait pour la ville alors que certains musulmans ont peur de voter pour lui à cause de la fatwa émise par le Conseil des oulémas indonésiens, qui interdit de voter pour un non musulman ».
Au plan politique, le soutien du candidat exclu du ballottage pourrait maintenant résulter décisif. 

Source : Agence Fides

Comments are closed.