« L’amour de Dieu est un trésor que nous devons partager », Frère Charles, franciscain du Bronx

Invités en Vendée pour le Festival missionnaire en pays yonnais en décembre dernier, frère Charles et frère Séraphin, franciscains du Renouveau (ordre plus connu sous le nom de « Franciscains du Bronx »), témoignent de l’incroyable trésor qu’ils ont reçu et qu’ils partagent avec ceux qui en ont besoin.

Frère Séraphin nous rappelle tout d’abord que « la vie est un pèlerinage de foi, d’espérance et de charité, notre vraie patrie c’est le ciel« .

Puis frère Charles explique la nécessité du témoignage  :

« Ce qui m’a beaucoup attiré c’est l’aspect fraternel de notre vie, avec une vie de prière solide également. (…) C’est en étant au séminaire, en philosophie, que je me suis rendu compte que j’avais un désir profond de vie communautaire, de vie fraternelle. Pour moi, être franciscain, en résumé, c’est être un témoin joyeux de l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous. Et c’est vraiment l’expérience que j’ai faite quand j’avais 14 ans de l’amour du Père pour moi, à un moment où je n’allais vraiment pas bien, c’est vraiment dans cet endroit très noir que j’ai fait une expérience incroyable de l’amour de Dieu pour moi. Et donc maintenant j’essaye de partager ce trésor avec les autres, et c’est justement le but de ce festival : On a un trésor incroyable ! On a un trésor incroyable et on doit le partager. D’accord, c’est un peu difficile, mais ça nous brûle les doigts (positivement !) : on doit le faire passer. Si on ne partage pas ce trésor avec ceux qui en ont le plus besoin, et bien on leur vole quelque chose de très très précieux. Ils ne sont pas forcément ouverts, mais notre responsabilité c’est d’au moins essayer. Après, qu’ils acceptent ou pas, c’est leur problème, mais partageons ce trésor avec eux ».

L’intégralité de l’émission est à écouter sur RCF.

Pour récouvrir davantage le charisme particulier de ces franciscains du Renouveau, nous vous invitons à lire, ou à relire, ce magnifique livre de Luc Adrian : Des Fleurs en enfer : fioretti du Bronx. Il y décrit avec poésie et délicatesse ce que vivent au quotidien les membres de cette communauté, au milieu des quartiers parfois les plus violents de nos grandes métropoles urbaines.

Comments are closed.