En France #NLQ

Le Grand miracle enfin en salle !

« Ce dessin animé catéchétique convainc avec force de l’existence du monde surnaturel qui nous entoure et bouleversera même ceux qui n’en doutaient pas ! »

Trois personnes se retrouvent mystérieusement conduites par leur ange gardien pour assister à une cérémonie dans une grande église. Pour la première fois, il leur est donné de voir ce qui d’ordinaire se cache derrière les apparences d’une liturgie qui leur est pourtant familière… Un dessin-animé initiatique à destination des familles chrétiennes. Sorti hier au cinéma, le film d’animation « Le Grand miracle » permet aux chrétiens de se réapproprier la messe et aux autres de découvrir quelques éléments de catéchisme, donc de culture.

L’équipe de réalisation a rédigé, avec l’aide de deux prêtres, un dossier d’accompagnement du film. Ce dernier développe chacun des thèmes abordés dans le film, avec nombre citations du Catéchisme de l’Eglise catholique à l’appui. Ce dossier sera très utile pour ceux qui veulent organiser une projection spéciale dans leur cinéma de quartier, pour leur paroisse, leur association, leur communauté ou leur école. Vous pouvez le consulter en cliquant ici.

Pour trouver une séance près de chez vous.

En France #NLH #NLQ

Mum, dad and kids : il reste 2 semaines ! Pourquoi il faut signer

L’objectif de l’initiative citoyenne européenne Mum, Dad & Kids est de proposer l’adoption par l’Europe d’une double définition du mariage et de la famille : « Le mariage est l’union durable d’un homme et d’une femme, et la famille est fondée sur le mariage et/ou la descendance. »

Cette définition est partagée par l’immense majorité des habitants des États-membres de l’Union européenne. Mais encore faut-il qu’ils le fassent savoir ! Car les dirigeants européens ont une conception très différente du sujet, et la possibilité d’user de leur situation pour promouvoir un autre « agenda », selon leurs termes.

Les fondateurs de l’Europe n’avaient pas défini ce qu’est la famille, l’Europe n’étant pas supposée intervenir dans ce domaine. Hélas, par de multiples canaux, l’Europe ne cesse de le faire sous la pression de courants ultra-minoritaires mais très influents, qui remettent en cause l’altérité sexuelle et tout ce qu’elle implique (mariage homme-femme, filiation père-mère-enfant).

Un million de signatures doivent être récoltées

Certes, en ce qui concerne le mariage de deux hommes ou deux femmes, il est trop tard pour la France pour le moment en tout cas, n’injurions pas l’avenir ! Mais nous avons un devoir de responsabilité et de solidarité vis-à-vis des autres pays qui pourraient être concernés demain par des « avancées » vers le mariage gay.

Par ailleurs, la France est bien directement concernée par cette initiative citoyenne européenne : l’Europe tente en effet, par tous les moyens, de faire reconnaître partout la PMA sans père (procréation médicalement assistée pour les célibataires et les « couples » de femmes) et la GPA (gestation pour autrui, ou pratique des mères porteuses) au nom de « l’égalité et de la non-discrimination ». Les rapports et recommandations se succèdent à ce sujet : c’est ce que les instances européennes appellent « les droits reproductifs et génésiques », qu’elles traitent notamment avec le volet santé publique : cherchez l’erreur !

Une pression politique et psychologique

Le succès de Mum, Dad & Kids suppose deux conditions : sept pays au moins doivent atteindre un seuil minimum de signatures, lequel dépend du nombre d’habitants. Et un million de signatures doivent être récoltées dans toute l’Europe.

Dix pays ont déjà recueilli ce seuil minimum et plus de 610 000 signatures ont été recensées. C’est immense mais encore insuffisant pour imposer à Bruxelles de statuer sur cette proposition et, plus important encore, pour faire comprendre à l’Europe que son « agenda » rencontre une forte opposition dans tous les pays. Pression politique et psychologique sur l’ensemble des enjeux anthropologiques en somme. Essentiel pour l’avenir !

Le délai courant jusqu’au 3 avril 2017, il est tout à fait possible d’atteindre, et même de dépasser, ce million de signatures. La démarche est simple : il suffit de se rendre sur le site www.mumdadandkids.eu et de signer en ligne ou sur papier. Ce processus de certification est assorti d’une confidentialité maximale : personne n’aura accès aux informations fournies par les signataires. Les générations d’enfants à venir ont besoin de nous : accordons-leur deux minutes de notre temps pour montrer en acte que la défense de la famille est incontournable.

Ludovine de La Rochèreprésidente de La Manif pour tous et d’Europe for Family *

Source

Asie #NLH #NLQ

Bangladesh – Indignation de l’Eglise après le vote de la loi sur le mariage des enfants

L’Eglise catholique du Bangladesh n’a pas caché son malaise et son indignation face à une loi récemment votée qui autorise les mariages avec des enfants mineurs dans le cadre de « circonstances spéciales ». Impliquant que les mariages précoces peuvent être acceptables sous certaines conditions, cette loi est perçue par de nombreux critiques comme un pas en arrière dans la lutte contre une pratique qui, au Bangladesh, reste un véritable fléau.

La Commission ‘Justice et Paix’ de la Conférence des évêques catholiques du Bangladesh (CBCB) a ainsi estimé que cette loi constituait « une grave erreur ». Cité par le site d’informations catholiques AsiaNews, son président, Mgr Gervas Rozario, évêque de Rajshahi, a exprimé son inquiétude face à la clause spéciale que comporte le texte adopté le 27 février par le Parlement du Bangladesh et ratifiée ce 11 mars par le président Abdul Hamid.

« Sauvegarder l’honneur de la jeune fille »

La loi, intitulée « Child Marriage Restraint 2017 », continue néanmoins à interdire le mariage avant l’âge de 21 ans pour les hommes et de 18 ans pour les femmes, et instaure des peines plus sévères pour les adultes épousant des mineurs. Mais elle ferme les yeux sur des « situations particulières », notamment dans le cas de «  grossesses accidentelles ou illégales ». Le texte estime ainsi que le mariage peut s’avérer être un moyen de « sauvegarder l’honneur de la fille » lorsque cette dernière est tombée enceinte ou a été violée.

«  J’attendais du gouvernement l’abolition du mariage d’enfants au Bangladesh, a dénoncé Mgr Gervas Rozario. A l’inverse, avec la provision des « circonstances spéciales », le nombre de mariages impliquant des enfants va augmenter. » Selon lui, l’Eglise catholique ne peut cautionner cette permissivité : « Nous ne pouvons pas accepter cette loi. Nous continuerons à considérer que 18 ans est l’âge minimum du mariage pour les femmes et 21 ans pour les hommes. »

L’Eglise catholique n’est pas la seule à faire part de son indignation. Les associations de défense des droits de l’homme avancent que cette clause va légaliser le mariage des adolescentes dont les grossesses sont le résultat de violences sexuelles, allant jusqu’à laisser ainsi la jeune fille sous le joug de son agresseur. « Girls not brides Bangladesh » (‘Filles, pas épouses’), une coalition de 650 organisations travaillant dans le domaine des droits des enfants, a alerté sur l’impact potentiel de cette loi qui ouvre la voie à des abus et pose un « risque » pour les enfants.

Un nombre record de mariages de mineurs

Le mariage d’enfants est pourtant illégal au Bangladesh depuis 1929, et l’âge minimum du mariage a été établi dans les années 1980. Mais le pays continue à afficher le nombre record de mariages de mineurs en Asie. Pour des parents pauvres et vulnérables, marier une adolescente peut être perçu comme un moyen d’assurer sa sécurité. Selon l’Unicef, 52 % des épouses ont moins de 18 ans au moment du mariage (contre 68 % il y a quinze ans), et 18 % d’entre elles sont âgées de moins de 15 ans.

Malgré l’ampleur des faits, les différents gouvernements du Bangladesh ont négligé le problème. En 2014, la Première ministre Sheikh Hasina s’était engagée à mettre fin au mariage des enfants d’ici 2041. Mais elle avait alors favorisé une proposition controversée : abaisser l’âge minimum du mariage pour les filles. Si le pas n’a pas été franchi, l’esprit du nouveau texte de loi cherche de la même façon à s’adapter à la réalité du pays. Pour la ministre des Femmes et des Enfants Meher Afroze Chumkstate, il s’inscrit dans « la réalité économique et sociale » des villages, où vivent 70 % de la population du Bangladesh (160 millions d’habitants). Cherchant à calmer les critiques, la ministre a également expliqué que les mariages de mineurs nécessiteraient une permission et une enquête spéciales, afin de s’assurer que l’adolescente concernée n’est pas soumise à des abus. Cette vision entend protéger les filles contre la discrimination et l’exclusion sociale, car une adolescente ayant eu une relation sexuelle hors mariage se retrouve marginalisée par la société et rares sont les hommes qui voudront l’épouser.

« Affaiblir la loi est un retour en arrière pour le combat contre le mariage des enfants, a réfuté Heather Barr, de Human Rights Watch. Cette loi envoie aux parents le message que le gouvernement pense qu’il est acceptable dans certaines conditions. » Pour de nombreux défenseurs des droits de l’homme, la lutte contre le mariage des enfants passe au contraire par un strict respect de l’âge légal au mariage et par un combat contre les racines sociales et culturelles complexes de cette réalité.

Source : Eglises d’Asie

En Europe

« Une goutte de lait » : Demande urgente de l’AED Belgique pour les enfants d’Alep

« Une goutte de lait » : demande urgente de l’Aide à l’Église en Détresse pour aider les enfants à Alep.

Les combats dans la partie orientale d’Alep ont, pour l’instant, cessé, et compte tenu du calme relatif, les gens reviennent lentement pour voir ce qui reste de leurs maisons. Les destructions et l’impact sur les infrastructures sont importants, et les besoins énormes : nourriture, combustible pour le chauffage, eau et électricité. La Fondation pontificale « Aide à l’Église en Détresse », qui a continuellement fourni des fonds aux chrétiens de Syrie depuis le début de la guerre, s’attèle maintenant, avec ses partenaires locaux, à l’une des principales préoccupations des familles chrétiennes à Alep : du lait pour leurs enfants.

En ces temps de disette, le lait est essentiel pour la croissance et le bien-être de ces enfants. Le projet appelé « Une goutte de lait » vise à assurer chaque mois aux enfants chrétiens d’Alep de moins de dix ans un approvisionnement en lait.

Le projet œcuménique, mis en œuvre depuis mai 2015, a été grandement apprécié et continue de l’être par toutes les Églises chrétiennes d’Alep, car c’est le seul programme qui aide tous les chrétiens indépendamment de leur rite ou de l’Église à laquelle ils appartiennent. Mais le financement de ce projet très important est en péril. Bien qu’Alep soit calme et ne soit donc plus au cœur des préoccupations des médias internationaux, les conditions de vie y sont épouvantables : 80 % de la population d’Alep a été déplacée et 70 % vit en dessous du seuil de pauvreté. Le nombre de familles ayant besoin de colis alimentaires rien que pour survivre a considérablement augmenté.

Le docteur Nabil Antaki, un gastro-entérologue syrien qui est resté auprès de la population pendant les bombardements et qui coordonne maintenant ce projet, a instamment demandé davantage d’aide pour que le programme de fourniture de lait soit maintenu. « Nous distribuons du lait chaque mois à environ 2.850 enfants : 2.600 enfants reçoivent du lait en poudre, et 250 reçoivent du lait spécial pour nourrissons. Les bébés non allaités par leur mère reçoivent un lait qui leur est spécialement destiné. Le nombre total de bénéficiaires varie chaque mois en fonction du nombre de naissances et de l’émigration des familles », explique le docteur Antaki.

Georgina, mère de trois enfants, explique à l’Aide à l’Église en Détresse combien ce projet est important pour elle et sa famille : « Myriam a dix ans, Pamela a six ans. Nous faisons partie des bénéficiaires du projet “Une goutte de lait”. Myriam et Pamela reçoivent chacune un kilo de lait en poudre par mois. La santé de Pamela était critique du fait qu’elle avait été touchée par des éclats de bombe dans le dos, et maintenant qu’elle a récupéré, elle a besoin de lait pour améliorer sa santé et se renforcer. Ce projet est très important pour moi et ma famille, et je tiens vraiment à ce qu’il continue ».

Les enfants d’Alep ont déjà été privés d’une enfance paisible et épanouissante. Il ne faudrait pas qu’ils soient privés du lait nécessaire à leur croissance et à leur santé. L’Aide à l’Église en Détresse a donc assuré le docteur Antaki de notre aide aux enfants d’Alep.

L’Aide à l’Église en Détresse donnera 18.750 € par mois pendant toute l’année 2017, soit un total de 18.750 € x 12 = 225.000 €  

Source

Brèves #NLH

Focus – Afghanistan – Ces enfants, enlevés, vendus, utilisés comme espions

En Afghanistan, les défenseurs des droits fondamentaux exercent depuis des années des pressions sur les autorités gouvernementales afin qu’elles interviennent pour éliminer et punir sévèrement les responsables de l’usage cruel de ce qu’il est convenu d’appeler les bacha-bazi. Il s’agit d’une pratique d’esclavage sexuel des enfants très répandue, notamment chez les chefs de guerre, les militaires et la police mais également parmi certains hommes politiques et personnes riches et influentes. Habillés en femmes, des garçons de 10 à 18 ans sont enlevés et vendus pour être utilisés comme danseurs et esclaves sexuels durant des orgies homosexuelles. En langue farsi, le terme bacha-bazi signifie en effet jouer avec les enfants. Les talibans, qui combattent les forces régulières afghanes, se servent des bacha-bazi pour infiltrer des enfants au sein des forces de sécurité de manière à pouvoir obtenir des informations et cibler leurs attaques. Sous la pression des activistes qui dénoncent cette pratique, le gouvernement a approuvé une loi qui punit sévèrement les coupables et prévoit la peine de mort dans les cas les plus graves, comme le viol des enfants. « Dans le nouveau Code Pénal, un chapitre entier criminalise cette pratique » a déclaré dans une note l’un des conseillers du Président afghan. « Le Code devrait être applicable à partir de ce mois-ci et il constituera un grand pas vers la fin de cette pratique terrible » a-t-il ajouté.

Lu sur Fides

Livres #NLQ

Pour permettre à vos enfants de vivre le centenaire des apparitions à Fatima

«  Je souhaite donc que ce beau livre soit lu dans les familles pour que le soleil de Fatima brille toujours plus dans les cœurs des enfants et de leurs parents.” (Cardinal Sarah)

 

En cette année où nous fêtons le centenaire des apparitions à Fatima, nous sommes heureux de vous présenter ce très beau livre, qui présente le message de Fatima de manière éminemment pédagogique. Il s’adresse particulièrement aux enfants et jeunes adolescents (9 à 12 ans).

En effet, préfacé par le cardinal Sarah, ce livre raconte les neuf apparitions de Fatima, en reprenant les neuf étapes de la pédagogie céleste adaptée à tous les enfants. Chaque apparition est ainsi présentée en trois volets :

• « J’écoute » : l’enseignement de l’Ange ou de Marie à travers le récit des apparitions.
• « Je comprends » : explications sur le sens de ce qui est révélé.
• « Moi aussi » : invitation à mettre en pratique les demandes du Ciel et à prendre des résolutions.

Le but de ces pages est d’introduire les enfants dans la dévotion au Coeur Immaculé de Marie, « ultime moyen », selon les paroles de Lucie, donné par Dieu pour obtenir de Lui le salut des âmes et la paix dans le monde.

 

Un très beau livre à offrir, à s’offrir : pour simplement faire grandir nos enfants, pour les éducateurs, les enseignants, les prêtres … Un cadeau de Profession de Foi, de première Communion, un prix de fin d’année pour les écoles, un cadeau de mariage…

 

Élisabeth Tollet et Jeanne-Marie Storez, Fatima : Marie te confie les secrets de son cœur, Ed. Traditions Monastiques, 2016 (préf. du Cal Sarah)

 

 

Le site de l’Evangile de la Vie publie une interview de Stanislas Muel, à l’origine du livre :

 

– Comment est venue cette idée de publier ce livre sur Marie comme éducatrice, à travers les apparitions de Fatima ?

L’idée est venue lors d’un pèlerinage en famille à Fatima. Le message marial a touché le cœur de nos jeunes enfants de 4 et 5 ans à tel point que je me suis demandé pourquoi. Pourquoi ? La réponse est simple. Marie est venue enseigner à trois enfants : Jacinthe, Lucie et François. A Fatima, Marie est donc éducatrice. Ce postulat a excité ma curiosité et je n’avais plus qu’une idée en tête : mettre en lumière cette pédagogie.


– Personne n’y avait pensé avant, pourquoi ?

Il y a eu de nombreux ouvrages sur Fatima ; beaucoup portent sur l’histoire des apparitions et des trois enfants mais aussi sur l’aspect prophétique des apparitions, sur Fatima face à l’histoire du XXème siècle, sur le 3ème secret… Mon idée a été de redécouvrir le cœur même du message. Le texte des apparitions est un véritable diamant ; il faut le désencombrer de tout ce qui l’entoure et le faire briller à la lumière. C’est objet de ce livre.


– Que nous confie Marie à Fatima ?

Marie est venue nous confier un secret : elle nous révèle comment obtenir de Dieu le salut des âmes et la paix dans le monde. La mission confiée est enthousiasmante, et tous les membres de l’Eglise sont sollicités ; en échange de notre dévouement, Marie promet une place extraordinaire au Ciel : sur le trône de Dieu Lui-même.


– Comment ce livre a-t-il été réalisé ?

J’ai souhaité un livre pédagogique et accessible aux enfants. Il a donc été rédigé avec la participation très active de deux mamans Mmes TOLLET et STOREZ. Chaque page est illustrée avec grande finesse, des couleurs chaudes et lumineuses, car Fatima c’est la lumière, la lumière de Dieu.


– Permettez-moi cette question plus personnelle. Dans votre vie de couple, vie de famille, qu’est-ce que cela a changé ?

Fatima a donné du sens à notre vie et défini notre place dans l’Eglise. Oui Marie donne une mission à chaque foyer chrétien et les moyens pour y parvenir ! Quelle sécurité et sérénité pour nous, parents ! La générosité des enfants est émouvante. En imitant Jacinthe, Lucie et François, tous les enfants peuvent suivre avec confiance le chemin tracé par la Vierge Marie et balisé dans ce livre.

 

Sorties/Animations

Paris – Les ateliers de février : « Le roi David »

Ateliers pour enfants pendant les vacances scolaires 

Il s’agit d’une semaine communément appelée « catéchétique et ludique ». Il est proposé aux enfants non seulement de se divertir mais encore de développer leurs capacités de réflexion et d’intériorité. Tous les enfants sont les bienvenus, leurs convictions personnelles étant respectées.

La notion d’appartenance à un même groupe, celui de leurs vacances, se crée grâce au choix qu’ils font chaque jour de leurs ateliers : du chant, la réalisation commune d’un projet (théâtre, fresques), des jeux et activités manuelles variés, un temps de prière.

Les enfants expérimentent la vie d’une communauté plus large lors d’un rassemblement : les quelques 600 enfants de tous les centres peuvent se retrouver dans un même lieu pour jouer, exposer leurs réalisations et vivre un moment particulier en lien avec le thème.

Dates : Du 6 au 18 février

Horaires
Habituellement, les centres accueillent les enfants entre 9 heures et 18 heures.
La fourchette d’âge des enfants varie entre 6 ans et 12 ans.

Nous vous conseillons de contacter le centre qui vous intéresse pour plus de précisions.

Pour en savoir plus

Sorties/Animations

Vacances de février : école de prière pour les enfants à Pontmain

Depuis maintenant 6 ans, plusieurs centaines d’enfants de 8 à 10 ans ont participé avec joie à l’Ecole de Prière : 3 jours de bonheur à vivre ensemble à Pontmain.

Une Ecole de Prière, c’est se reconnaître enfant bien-aimé de Dieu, accueillir la Parole, écouter l’Esprit qui habite nos cœurs, chanter et célébrer le Seigneur, découvrir le chemin du silence et de la prière… devenir ami de Jésus. Que du bonheur à recevoir et à donner !

Une équipe de jeunes et d’adultes animent cette école, soutenue par la bienveillance et la présence de notre évêque Monseigneur Thierry Scherrer.

A nouveau, nous invitons vos enfants de 8 à 10 ans du mardi 21 au jeudi 23 février 2017 à se retrouver sous le regard de Marie, Notre-Dame de Pontmain.

 

Contact : ecoledepriere53@gmail.com ou secretariatedp53@gmail.com ou au 02.43.49.55.10

Sorties/Animations

Pont-Audemer – 16ème colonie Katorin

Une colonie pour aider votre enfant à grandir sous le regard du Seigneur, soutenu par le témoignage des animateurs et la joie de découvrir de nouveaux compagnons de route !

 

Les enfants sont répartis en deux tranches d’âge, avec des activités spécifiques :

 les SAMUEL (il faut avoir 8 ans et moins de 12 ans le 31 juillet 2017)

 les GOLIATH (il faut avoir 12 ans et moins de 16 ans le 31 juillet 2017),

NB : Les enfants qui auront 12 ans entre le 14/08/2017 et le 31/12/2017, peuvent être Samuel

ou Goliath.

Dates : Du 31 juillet au 14 août pour les Samuel

Du 31 juillet au 20 août pour les Goliath

Lieu : saint Jean de Monts (Vendée). Le centre est situé à 600 mètres de la mer, près d’une pinède.

Activités : jeux de plein air, jeux d’intérieur, jeux collectifs et jeux en petites équipes, baignade, travaux manuels, veillées, la Cinéscénie du Puy du Fou, la découverte de la Vendée …

Pour les Goliath : vélo, jeux et bivouac nécessitent une bonne forme physique ! Un entraînement est à prévoir avant la colonie, Voile ou char à voile, randonnées en vélo,…

La colonie est déclarée à la Direction Départementale de la cohésion sociale.

 

Sur le site Internet, vous trouverez des informations relatives à KATORIN et à la colonie, notamment une présentation des lieux.

Et en attendant ces camps,  KATORIN propose pendant l’année des animations :

  • à Pont-Audemer (11 février, 8 avril avec un grand jeu avec les familles) de 15 heures – 18 h : messe
  • à Evreux (4 mars et 17 juin 2017 à Saint François de Sales)

Sorties/Animations

Elbeuf – Patronage pour enfants/adolescents pendant les vacances de février

Patronage Notre-Dame  pour tous les enfants et jeunes de la paroisse (7-15 ans) du lundi 13 au vendredi 17 février.

Voir le site de la paroisse pour les inscriptions.

La paroisse recherche des animateurs BAFA ou non pour renforcer l’équipe d’animation pour le patronage de février mais aussi celui de Pâques (Semaine Sainte) et de l’été (15 jours en juillet).

 Notez dès maintenant :

 Camp diocésain de prière (pour les 8-15 ans) organisé du 18 au 21 avril, il aura lieu à Evreux.

 Pélé VTT (9-14 juillet) au Mont Saint Michel ?

titre-patronage-elbeuf-copie