NLQ #Sorties/Animations

« Le Baroque des Lumières » : exposition des chefs-d’œuvres des églises parisiennes au XVIIIe siècle

“Le baroque des Lumières”, exposition rendue possible grâce à la Fondation Avenir du Patrimoine à Paris, sous égide de la Fondation Notre-Dame, présente notamment des œuvres prêtées par les églises parisiennes.

Le Petit Palais présente pour la première fois au public un spectaculaire ensemble de peintures religieuses réalisées au XVIIIe siècle pour les églises de Paris. À travers près de 200 œuvres, le musée a l’ambition de révéler l’importance et la diversité de cette production artistique parisienne de la Régence à la Révolution : des héritiers du Grand Siècle, comme Largillière et Restout, aux tenants du goût rocaille, de Lemoine à Carle Van Loo, au meilleur du néo-classicisme, de Vien à David. L’exposition réalisée prolonge ainsi celle du musée Carnavalet consacrée en 2012 à la peinture des églises parisiennes du XVIIe siècle, à la redécouverte de cet immense patrimoine pictural trop méconnu.

Dans une scénographie spectaculaire suggérant l’intérieur d’une église et ses espaces annexes (chapelles, sacristie…), le parcours met en valeur de nombreux chefs-d’œuvre, souvent de très grands formats, qui ont bénéficié d’une campagne de restauration sans précédent.

Du 21 MARS AU 16 JUILLET, au Petit-Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Avenue Winston Churchill, Paris 8°.

Source

NLQ #Sorties/Animations

Les catholiques de l’Isère pendant la Grande Guerre : exposition à Grenoble

« La mort était prêt de nous, mais aussi le bon Dieu »

A l’initiative du Mgr Guy de Kerimel – sous l’impulsion de la Conférence des évêques de France -, le service diocésain des Archives historiques propose une exposition itinérante de documents et d’objets d’époque sur la guerre de 14-18.

Jusqu’au 31 mars à la cathédrale Notre-Dame à Grenoble

Dans La Joie de l’Evangile, le pape François rappelle que commémorer appartient à la mission de l’Eglise : « La mémoire est une dimension de notre foique nous pourrions appeler « deutéronomique « par analogie avec la mémoire d’Israël.Jésus nous laisse l’Eucharistie comme mémoire quotidienne de l’Eglise,qui nous introduit toujours plus dans la Pâque.  » (§13)

Dans l’exposition  » La mort était près de nous mais aussi le Bon Dieu », vous (re) découvrirez :

  • le contexte historique dans lequel débute la Première Guerre mondiale (relations internationales – une France marquée par la Séparation de l’Eglise et de l’Etat – un évêque de Grenoble défenseur de la position du Saint-Père)
  • le temps de la mobilisation dans le diocèse de Grenoble
  • un clergé isèrois bien engagé au front
  • un diocèse qui continue à vivre et à s’organiser
  • une participation de tous à l’effort de guerre
  • une victoire fructueuse
  • L’ Eglise diocésaine d’après-guerre

Source

Sorties/Animations

Vitré – Exposition « La Grande Aventure des Chrétiens d’Orient »

Vitré accueillera l’exposition « La Grande Aventure des Chrétiens d’Orient », du 23 mars au 2 avril 2017, tous les jours de 11h à 18h et le dimanche de 14h à 18h, Salle du Temple, Place Notre-Dame.

A travers cette exposition, l’Œuvre d’Orient présente un parcours didactique, largement illustré pour découvrir la richesse et la diversité des Églises et des Chrétiens d’Orient :

— Histoire : de la naissance de l’Église à Jérusalem aux séparations et réconciliations avec l’Église de Rome.

— Traditions et  rites : maronite, chaldéen, copte, melkite, syriaque, arménien, gréco-catholique, malabar…

Une invitation à mieux connaître l’Œuvre d’Orient et ses missions aux côtés des évêques, des prêtres et des communautés religieuses, du Moyen-Orient jusqu’en Inde, d’Ukraine en Éthiopie.

Source

NLQ #Sorties/Animations

Vergèze – « La grande aventure des chrétiens d’Orient » en exposition

Les trois églises d’Aimargues, Vauvert et Vergèze accueillent l’exposition « La Grande Aventure des Chrétiens d’Orient » du 11 mars au 5 avril 2017 de 10h à 17h. Les messe des dimanches 19 et 26 mars seront célébrées par l’Abbé Verdier et l’Abbé Bastidon pour les chrétiens d’Orient. 

L’exposition est accueillie simultanément par trois églises sous forme d’exposition itinérante ; Aimargues, Vauvert et Vergèze de 10h à 17h (sauf pour Notre-Dame d’Accueil : de 10h à 12h et de 14h à 17h, le dimanche de 9h30 à 11h).

A travers cette exposition, l’Œuvre d’Orient présente un parcours didactique, largement illustré pour découvrir la richesse et la diversité des Églises et des Chrétiens d’Orient :

— Histoire : de la naissance de l’Église à Jérusalem aux séparations et réconciliations avec l’Église de Rome.

— Traditions et  rites : maronite, chaldéen, copte, melkite, syriaque, arménien, gréco-catholique, malabar…

Une invitation à mieux connaître l’Œuvre d’Orient et ses missions aux côtés des évêques, des prêtres et des communautés religieuses, du Moyen-Orient jusqu’en Inde, d’Ukraine en Éthiopie.

Source

NLQ #Sorties/Animations

La Suze-sur-Sarthe : Exposition itinérante « La grande aventure des chrétiens d’Orient »

Le doyenné de la Couronne-Ouest du Mans accueille l’exposition « La grande aventure des chrétiens d’Orient », du 2 mars au 12 avril 2017. Elle est itinérante et accueillie dans cinq clochers.

LIEUX :

  • Du 2 mars au 9 mars — La Suze (salles préfabriquées)
  • Du 10 mars au 16 mars — Église de Fillé
  • Du 17 au 23 mars — Église de Louplande
  • Du 24 mars au 30 mars — Foulletourte (maison paroissiale)
  • Du 31 mars au 11 avril — La Suze (salles préfabriquées)

 

A travers cette exposition, l’Œuvre d’Orient présente un parcours didactique, largement illustré pour découvrir la richesse et la diversité des Églises et des Chrétiens d’Orient :

— Histoire : de la naissance de l’Église à Jérusalem aux séparations et réconciliations avec l’Église de Rome.

— Traditions et  rites : maronite, chaldéen, copte, melkite, syriaque, arménien, gréco-catholique, malabar…

Une invitation à mieux connaître l’Œuvre d’Orient et ses missions aux côtés des évêques, des prêtres et des communautés religieuses, du Moyen-Orient jusqu’en Inde, d’Ukraine en Éthiopie.

Source

NLQ #Sorties/Animations

Exposition d’une reproduction du Linceul de Turin au sanctuaire du Laghet

Durant tout le Carême : exposition au Sanctuaire de Laghet (diocèse de Nice)
d’une reproduction du LINCEUL DE TURIN avec des panneaux explicatifs.

Le sanctuaire de Laghet : 

Sur un éperon rocheux, dans le vallon de Laghet, existait depuis le XVème siècle une petite chapelle qui servait d’abri tant aux hommes qu’aux bêtes,entourée de quelques maisons où vivaient des paysans ou des bergers. Elle avait été restaurée en 1625 par les soins de Don Jacques Fighiera, prêtre d’Eze, dont dépendait le territoire de Laghet. En 1652, la Vierge Marie manifeste sa présence invisible par des signes de sa bonté : guérisons « spectaculaires », délivrances de prisonniers et de possédés se multiplient. La nouvelle se répand. On vient de tout le voisinage.

Don Jacques Fighiera possédait une belle statue de la Vierge qu’il décida de donner au Sanctuaire. Elle fut portée en procession par les Pénitents Blancs d’Eze, le 24 juin 1652. C’est cette statue que l’on peut voir dans l’église au-dessus du maître autel.

Les miracles se multiplient et les pèlerins accourent en foule de Nice, de Monaco, de la Provence et de la Ligurie voisine (Vintimille, San Remo…). Le sanctuaire est construit en 3 ans. L’église est inaugurée le 21 novembre 1656. Devant ce mouvement de pèlerins, l’évêque de Nice, Monseigneur de Palletis, réunit une commission de théologiens pour examiner les « faits de Laghet ». Le 20 décembre 1653 cette commission conclut à l’authenticité des miracles.

En 1674, Mgr Provana de Leyni, lui-même Carme, confie le monastère aux Pères Carmes déchaux qui assurèrent une présence de prière et de travail dans la pauvreté au service des pèlerins attachés à Notre-Dame de Laghet, jusqu’à leur expulsion par les lois contre les congrégations en 1903.

1792 fut une année mémorable pour le Sanctuaire. Les troupes révolutionnaires françaises passent le pont du Var, entrent dans le Comté de Nice ; nobles et religieux fuient. Les pères Carmes abandonnent le monastère pour Turin. La vénérable statue fut cachée à La Turbie, les bâtiments furent saccagés et tous les ex-voto brûlés.

Il fallut attendre 1797 pour que la chapelle soit à nouveau ouverte au culte. Les Pères Carmes revinrent en 1815.

Le XIXe. siècle vit la naissance à Camporosso (à côté de Vintimille) de celui qui devait devenir Saint François-Marie, le  » Padre Santo » de Gênes. Jeune enfant il avait été guéri par l’intercession de Notre-Dame de Laghet et devint frère capucin à Gênes, où il se rend très populaire, parlant à tous, donnant de sages conseils, distribuant des médailles de Notre Dame de Laghet. Il offre sa vie, lors de l’épidémie de choléra, et quand il meurt, le 17 septembre 1886, le fléau cesse. Il fut canonisé par le Pape Jean XXIII le 9 décembre 1962.

Le Roi Charles-Félix de Sardaigne-Piémont et la Reine viennent deux fois à Laghet (1826 et 1830) et offrent des lampes à huile en argent qui sont toujours dans le chœur.

Le 19 avril 1900, la statue de Notre-Dame de Laghet est couronnée solennellement par Mgr Lecot cardinal archevêque de Bordeaux. En 1903, les Pères Carmes sont expulsés. L’église est fermée, le monastère vendu aux enchères. Le Chanoine Daldéra, de Cantaron, le rachète pour le diocèse, Mgr Chapon, évêque de Nice, obtient la réouverture de l’église, comme paroisse du village de Laghet, y installe le Petit Séminaire (qui y restera jusqu’en 1930) et les pèlerinages reprennent.

En 1930, le Petit Séminaire est transféré à Cannes, le sanctuaire, toujours animé par des prêtres du diocèse, devient maison d’accueil pour des retraites spirituelles.

En 1952, les fêtes du Tricentenaire sont présidées par Mgr Roncalli (futur Pape Jean XXIII), alors nonce à Paris et par Mgr Rémond, archevêque-évêque de Nice.

A partir de 1964, l’église est restaurée sous la diligence du recteur, le Père Pierre Silvy ; son successeur, le Père Pierre Lanza, avec l’Association des Amis de Notre Dame de Laghet, restaure l’ensemble des bâtiments.

1978 marque une étape  dans la vie du Sanctuaire : les sœurs bénédictines du Sacré Cœur de Montmartre viennent se mettre au service du diocèse.

Comme au temps des Pères Carmes, la Liturgie des Heures est chantée tous les jours, l’adoration du Saint Sacrement est aussi quotidienne.

Le Chapelet y est médité tous les jours mais le point culminant de cette vie de prière est l’Eucharistie. Peu à peu, les fidèles découvrent la beauté de l’office divin et la louange de l’adoration silencieuse.

Dans un site champêtre propice à la méditation et à la détente, la foule des citadins « monte » jusqu’au sanctuaire pour implorer « la Madone de Laghet » ou pour remercier des grâces reçues et célébrer en foule les fêtes de pèlerinage, principalement :

  • Le 8 septembre : Nativité de la Vierge Marie
  • Le 15 octobre : Sainte Thérèse d’Avila
  • Le 8 décembre : l’Immaculée Conception
  • Le 25 mars : l’Annonciation
  • Le 31 mai : la Visitation
  • Le 16 juillet : Notre-Dame du Mont-Carmel
  • Le 15 août : l’Assomption

Source

NLQ #Sorties/Animations

Vosges – Exposition itinérante « La grande aventure des chrétiens d’Orient »

Du 11 mars au 9 avril, la paroisse Saint-Amé des Trois Vallées accueillera l’exposition « La Grande Aventure des Chrétiens d’Orient » tous les jours de 9h00 à 18h.

L’Œuvre d’Orient présente un parcours didactique, largement illustré pour découvrir la richesse et la diversité des Églises et des Chrétiens d’Orient :

— Histoire : de la naissance de l’Église à Jérusalem aux séparations et réconciliations avec l’Église de Rome.

— Traditions et  rites : maronite, chaldéen, copte, melkite, syriaque, arménien, gréco-catholique, malabar…

Une invitation à mieux connaître l’Œuvre d’Orient et ses missions aux côtés des évêques, des prêtres et des communautés religieuses, du Moyen-Orient jusqu’en Inde, d’Ukraine en Éthiopie.

Dans le cadre de la retraite de Carême autour des chrétiens d’Orient organisée par le Père Piotr Wilk, cette exposition itinérante, voyagera dans les quatre clochers de Saint Amé.

CONTACT :  Père Piotr Wilk — 06 88 76 35 56 — paroisse.saintame@orange.fr

 

NLQ #Sorties/Animations

Reims – Exposition « Chrétiens persécutés dans le monde »

En marge de « LA NUIT DES TÉMOINS 2017 », veillée de prière et de témoignages qui aura lieu le jeudi 23 Mars à l’église Saint Jacques de Reims, sous la présidence de Monseigneur Bruno Feillet et la participation exceptionnelle du Père Jacques Mourad, moine syrien de la communauté de Mar Musa, l’AED (l’Aide à l’Église en Détresse)  propose une exposition inédite sur la persécution des chrétiens d’hier à aujourd’hui :

du lundi 6 au mercredi 22 Mars 2017

à la Maison diocésaine Saint Sixte – 6 rue du Lieutenant Herduin à Reims

Dans de nombreux pays, les chrétiens souffrent de discrimination due à leur appartenance religieuse et paient parfois de leur vie la simple pratique de leur foi. Selon la Commission des épiscopats de la communauté européenne (COMECE), 200 millions de chrétiens à travers le monde sont discriminés à cause de leur foi, 75 % des persécutions religieuses touchent des chrétiens. Après des siècles de lutte, la liberté religieuse semble aujourd’hui un droit acquis et protégé en Occident … Qu’en est-il ailleurs ? La persécution des chrétiens reste plus que jamais d’actualité !

Exposition ouverte à tous – Entrée libre

NLH #NLQ #Sorties/Animations

Exposition « Le Linceul de Turin » à Masevaux (68290)

« Une provocation à l’intelligence. » (st Jean-Paul II)

Une copie grandeur nature

exposée du 5 mars au 4 juin

Sur ce drap en lin ancien nous pouvons voir le visage et le corps d’un homme flagellé et crucifié, présentant exactement les mêmes blessures que celles de Jésus de Nazareth, telles que les évangiles nous les décrivent. La copie grandeur nature du Linceul de Turin et les deux « hommes-debout » représentant les négatifs photographiques de face et de dos, constituent les pièces maîtresses de l’exposition.

Le parcours du linceul retracé

Au fil des siècles et en dépit de nombreuses recherches scientifiques, le Linceul de Turin reste un mystère controversé. En tout cas, ce linge unique ne laisse pas indifférent. Pourquoi cette relique, apparue en Champagne en 1357 comme nous le disent les historiens, suscite-t-elle une telle ferveur ? D’où vient-elle ? Quelle est son authenticité ? Que voyons-nous sur cette image ? Comment a-t-elle pu se former ? D’où vient que le visage du Christ sur bon nombre d’icônes du VIe siècle offrent les mêmes caractéristiques que celles du visage de l’homme du Linceul ?

En 1988, une datation au carbone 14 avait conclu à une origine médiévale du Linceul. Ces résultats ont depuis été contestés. Qu’en est-il exactement ?

Autant de questions que les 12 panneaux de l’exposition, qui se tiendra à l’église de Masevaux du 5 mars au 4 juin, tenteront d’éclaircir. Ensuite, ce sera à chacun de se faire sa propre opinion.

Une aide à la foi et à la prière

Cette exposition prend tout son sens dans une ville où chaque année, la Passion du Christ est jouée du 2e dimanche de carême jusqu’aux Rameaux. Pour l’Equipe d’Animation Pastorale de la communauté de paroisses, l’objectif est aussi spirituel. En la regardant avec les yeux de la foi, chacun pourra se recueillir devant cette icône du Serviteur souffrant. Elle nous parle à chacun d’un homme flagellé atrocement, d’un roi couronné d’un casque d’épines, d’un homme aux mains et aux pieds percés par des clous, au côté droit transpercé.

« La relique parle, miroir de l’Évangile, reflet de la souffrance et de l’impuissance humaine, image de l’Amour de Dieu, au-delà du péché de l’homme » (saint Jean-Paul II)

Vernissage le dimanche 5 mars à 16 h 00 (conférence à l’église suivie de la visite) suivi des vêpres à 17h

  • L’exposition est visible aux heures d’ouverture de l’église.
  • Les enfants peuvent découvrir l’exposition de façon ludique à travers un support vidéo et en répondant à des questions sous forme d’enquête.
  • Visite guidée les mercredis de Carême de 16 h à 17 h et les dimanches en mars de 15 h à 16 h
  • Possibilité de visites guidées sur rdv.
  • Renseignements : 03 67 11 96 97 – paroissecatholique.masevaux@gmail.com

Sorties/Animations

Paris – « La Grande aventure des chrétiens d’Orient » en exposition à l’église Saint Augustin

L’exposition « La Grande aventure des chrétiens d’Orient » est présentée à partir de ce jour et jusqu’au 15 mars à l’église Saint Augustin, Paris 8°.

Horaires d’ouverture : du lundi au vendredi de 9h15 à 18h30, le samedi de 9h15 à 12h30 et le dimanche de 16h30 à 19h00.

L’Œuvre d’Orient présente un parcours didactique, largement illustré pour découvrir la richesse et la diversité des Églises et des Chrétiens d’Orient :

— Histoire : de la naissance de l’Église à Jérusalem aux séparations et réconciliations avec l’Église de Rome.

— Traditions et  rites : maronite, chaldéen, copte, melkite, syriaque, arménien, gréco-catholique, malabar…

Une invitation à mieux connaître l’Œuvre d’Orient et ses missions aux côtés des évêques, des prêtres et des communautés religieuses, du Moyen-Orient jusqu’en Inde, d’Ukraine en Éthiopie.

Source