« Pourquoi faut-il conserver les trisomiques, qui sont quand même un poison dans une famille ? »

Une virulente pétition, relayée dans les médias, a été lancée par des personnalités qui demandent à l’Etat de retirer à la fondation Jérôme Lejeune sa reconnaissance d’utilité publique.

On y trouve deux sortes de pétitionnaires. Ceux qui enlèvent du ventre des femmes des enfants indésirables et ceux qui n’y introduisent que des enfants désirés. Deux faces, eugéniste et démiurgique, de la même médaille transhumaniste. Souvent des militants de longue date : Emile Beaulieu (pilule abortive RU), René Frydman (pionnier de la FIV), Pierre Jouannet (patron des CECOS), Marc Peschanski (utilisateur de l’embryon dans la recherche), François Olivennes (favorable à la GPA). Des auteurs de propos chocs : Jacques Milliez, dans L’euthanasie du fœtus, justifie un « ordre établi » en faveur de l’avortement des trisomiques. Israël Nisand dans Vivre Ensemble décrit le choix des enfants comme « un programme eugénique » et ajoute « cela ne m’offense pas de l’accepter ». Jean-Didier Vincent lance sur France Inter : « Pourquoi faut-il conserver les trisomiques qui sont quand même un poison dans une famille ? ».

 

 Jean-Marie Le Méné répond dans Famille Chrétienne

On pourra aussi voir la réponse anticipée de Lord Shinkwin

Comments are closed.