3 février 2018 : Quatre futurs diacres permanents ordonnés à la Cathédrale de Nantes (44)

 

Ordination diconale en 2015Le samedi 3 février 2018, à 15h, en la Cathédrale de Nantes, auront lieu quatre ordinations au diaconat permanent. A quelques semaines de cette étape importante, les futurs diacres ont accepté de se présenter.

Frédéric Dupin ( La-Chapelle-sur-Erdre )

Frédéric et Anne DupinAnne est mon épouse depuis 27 ans. Nous nous sommes rencontrés à New-York, où nous travaillions à l’époque. Anne est originaire de Picardie et, moi-même d’Arcachon. Nous avons quatre enfants, Céline religieuse dans l’ordre de la Visitation à Metz, Julie qui travaille dans une entreprise de services à la personne, Sophie, étudiante en langues et Martin en classe de quatrième. Je dirige une entreprise de services en ressources humaines et Anne s‘occupe de notre foyer.

J’ai été interpellé en 2010 par le père Gilles Priou, alors curé de la paroisse de Saint-Jean-d’Erdre-et-Gesvres. En septembre de la même année, Anne et moi avons rejoint un groupe de sept couples pour une année de discernement, avant d’entrer en formation en vue du diaconat. La découverte de la fraternité diaconale et des merveilles de la parole de Dieu ont nourri notre cheminement en couple.

La mission diaconale constitue le début d’une nouvelle aventure. C’est très excitant, et un peu intimidant. Avec l’aide de l’Esprit Saint, c’est dans la confiance et l’humilité que nous
avançons : il nous reste tant à apprendre et à découvrir.

Tony Aubert ( Ancenis )

Tony et Patricia AubertJe suis marié avec Patricia et nous avons deux enfants Lisa 13 ans et François, 11 ans. Mon épouse travaille au CHU de Nantes comme délégué du personnel , et moi comme technicien de maintenance dans un lycée d’Ancenis et comme secrétaire du CHSCT (hygiène, sécurité et condition de travail ) pour l’ensemble des lycées de la Région des Pays de la Loire. En paroisse, j’anime l’Equipe Baptême, et mon épouse le partage d’Evangile pour les jeunes enfants. Mon discernement a commencé en septembre 2011 et j’ai vécu le parcours de formation diaconale avec mon épouse comme un authentique cadeau, car cela résonnait en moi avec ce que je vivais au quotidien dans mon travail. Pourquoi devenir diacre ? Pour moi la foi se vit « DANS le monde » et au contact de nos contemporains. Les catholiques ne sont pas des petits cubes posés hermétiquement au milieu du monde, je les vois comme des pièces de puzzle, qui s’insèrent parfaitement au restant de l’ensemble du puzzle que forme l’humanité. Le diacre est pour moi, un ministre « du lien » et du « seuil » Un lien de bienveillance, social, professionnel et paroissial que le diacre tisse entre L’Eglise et le monde, entre Dieu et les hommes. Par sa présence discrète, le diacre doit être accessible et humble de coeur. Les peines et les joies de tous, confiées au diacre la semaine, sont portées à l’autel et sont offertes au Seigneur.

Alain Crespel ( Sainte-Pazanne )

Alain et Stéphanie CrespelJ’ai 44 ans, je suis marié avec Stéphanie depuis 2002. Nous avons quatre enfants : Thomas 11 ans 1/2, Sarah 10 ans, Zacharie 6 ans et Nathan, notre aîné qui est décédé de la mort subite du nourrisson. Nous habitons à Sainte-Pazanne au cœur du Pays-de-Retz. Je suis chargé d’affaires en tuyauterie chez GRTgaz et Stéphanie est professeur des écoles.

J’ai reçu le sacrement de la confirmation en 2003. Quelques mois plus tard, en janvier 2004, j’ai ressenti dans mon cœur la présence et l’amour du Seigneur. Cela a été un grand bouleversement dans ma vie car je ne comprenais pas ce qui se passait. Puis, en 2005, nous avons vécu le décès de notre premier enfant. J’ai alors rencontré un prêtre du diocèse qui m’a beaucoup aidé à faire le deuil par la prière… . C’est en 2007 que j’ai commencé à recevoir un appel intérieur sans vraiment savoir ce à quoi le Seigneur m’appelait et c’est en allant à une ordination diaconale que j’ai eu un éclairage sur cet appel. J’ai ensuite fait les démarches auprès du service diocésain du diaconat et en 2009, avec Stéphanie, nous avons commencé une année de discernement puis nous sommes entrés en formation l’année suivante. Toutes ces années de formation nous ont été nécessaires, indispensables, pour discerner afin que notre réponse soit entière. Un groupe d’accompagnement nous soutient dans notre parcours.

Des propositions de missions m’ont été faites. C’est en cours de réflexion.
Je me sens plus appelé vers une mission concernant l’accompagnement des catéchumènes mais je reste ouvert à d’autres missions qui pourraient me faire aller sur des sentiers inconnus, qui me feraient sortir du confort des engagements dans lesquels je suis présent depuis plusieurs années. Comme Marie à l’Annonciation, je dis en toute confiance : « Que tout m’advienne selon ta parole. » Dieu appelle tous les hommes à le suivre pour le service de leurs frères, de l’Eglise et du monde.

Yvonnick Cheraud ( Saint-Brévin-les-Pins )

Yvonnick et Claudine CheraudJ’ai 44 ans, je suis marié avec Claudine, nous avons trois enfants de 4, 10 et 12 ans et nous habitons Saint-Brévin-les-Pins (paroisse Saint-Nicolas). Je suis enseignant-chercheur
en biologie à l’Université de Nantes dans le service de psychophysiologie. J’ai également une activité de recherche dans un laboratoire rattaché au CNRS. D’une famille catholique pratiquante, j’ai vécu de la vie de l’Église : ACE, un peu de JOC, puis le renouveau charismatique qui a porté ma jeunesse. Il y a sept ans, le prêtre de ma paroisse m’a appelé au nom de la communauté. J’étais très heureux de cet appel qui faisait écho à un premier appel qui avait résonné en moi lorsque j’étais jeune homme, au moment où j’ai rencontré ma future épouse. Pendant un an, nous avons réfléchi en couple, puis nous avons effectué une année de discernement avant d’entamer la formation au diaconat. Le chemin vers le diaconat a été rapide, très riche et aussi exigeant pour toute la famille. Ma plus grande découverte durant cette formation, c’est sans aucun doute le sens profond de Vatican II…
Un cadeau incroyable que nous n’avons pas encore fini de découvrir.

Quelle mission m’attend ? Je ne le sais pas encore, j’ai le profond désir d’être attentif à mes enfants, à ce que leur foi grandisse. Ensuite, il y aura sans doute à développer une présence attentive dans mon environnement professionnel, dans le respect bien sûr de la laïcité. Ce n’est pas banal d’être diacre permanent lorsque l’on est enseignant-chercheur ! Mais, à mon sens, être biologiste et croyant ce n’est vraiment pas incompatible. Il y a toujours quelque chose qui nous dépasse, plus on étudie, et plus on s’émerveille devant la vie.

Source : Article paru dans ELA n° 78 – janvier 2018

Messes/Prières/Pèlerinages NLQ
Cathédrale, Centre Ville, Nantes, Loire-Atlantique, Pays de la Loire, France métropolitaine, 44000, France Carte

Cher lecteur
Chaque jour, Infocatho vous fournit des nouvelles pertinentes de l'Église catholique au sens le plus fort du terme, à travers les actions concrètes de chacune des Eglises locales.
Infocatho a besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.
Il faudrait que d’ici le 31 décembre 200 personnes donnent 50 € pour financer Infocatho.
Pourriez-vous être une de ces personnes aujourd’hui ?
L’équipe de Infocatho

Faire un don

Comments are closed.