70 communautés nouvelles problématiques, 15 fondateurs sous enquête

Ce n’est pas nouveau, les fondations ont de tout temps suscité la mefiance et la prudence des autorités ecclésiastiques. Le foisonnement de communautés nouvelles au XXème siècle peut réjouir le fidèle plutôt habitué à la grisaille d’une Eglise qu’on ne cesse de nous présenter comme mourante.

Nous connaissons nombre de communauté “bizarres”, dont le fondateur tient plus du gourou, mais aussi, bien des fondations discrètes et persécutées, comme de nombreux saints, par la hiérarchie ecclésiastique elle-même.

Il n’en demeure pas mois que le chiffre de 70 communautés pointées du doigt par Rome comme problématiques est impressionnant. Sur fond d’affaire douloureuse des franciscains de l’immaculée, le cardinal Joao Braz de Aviz, responsable de congrégation pour les Instituts de Vie consacrée, rapporte  à propos de la rencontre avec le pape de novembre 2016 : 

–          Le Pape s’est étendu sur les nouvelles fondations. Pouvez-vous nous dire combien d’entre elles sont actuellement sous enquête de la part de la Congrégation pour les religieux ?

–          « Il y en a environ 70 nouvelles familles religieuses sur lesquelles nous avons porté notre attention. Nous avons fait des visites et quelques unes révèlent vraiment des cas préoccupants, avec de graves problèmes de personnalité dans les fondateurs et des phénomènes d’emprise, de fort conditionnement psychologique des membres. Il y a des fondateurs qui se sont révélés de vrais propriétaires des consciences. Le critère n’est plus l’unité avec l’Eglise, l’unité avec Pierre. Ce n’est pas pour rien que les fondateurs les plus rigides se sont montrés comme des personnes incapables d’obéir, des personnes qui doivent rester au pouvoir. Il s’agit clairement de dynamiques déséquilibrées et inacceptables. Il y a aujourd’hui une quinzaine de fondateurs qui sont sous enquête. Et quand nous nous mettons en mouvement – et nous le faisons après avoir reçu des signalements et des dénonciations – c’est qu’en général il y a un vrai problème, et quelques fois très grave. Le pape désire la transparence ; il veut la clarté et il nous a exhortés à faire un discernement courageux sur ce qu’est un charisme et sur ce qui ne l’est pas. Il nous soutient totalement. Il arrive même que des évêques locaux se sentent appelés aussi à la vigilance sur les formes de la vie consacrée qu’ils accueillent dans leur diocèse. Les omissions dans ce sens rendent les problèmes plus difficiles à affronter : si, en fait, on intervient quand un problème n’en est qu’au début, c’est toujours plus facile de le gérer. »

 

 

Comments are closed.