G. van den Aardweg : “l’idéologie gay mine les enseignements de Humanae Vitae”

Le professeur Gerard van den Aardweg est intervenu en ces termes au Forum sur la vie de Rome, le 19 mai 2018.

Sa thèse consiste à dire que l’homosexualité n’est pas naturelle ou innée mais qu’elle résulte d’un choix.

Le texte de la conférence est disponible en entier.

Extraits :

“En somme, toute approbation ou suggestion d’approbation des faussetés de l’idéologie gay mine les enseignements de Humanae Vitae. Pourtant, depuis environ un demi-siècle, de telles suggestions se trouvent dans des documents importants de l’Église Catholique. Voyons-les :

En 1975, la Déclaration sur certaines questions d’éthique sexuelle de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi écrivait : « Ils font une distinction — et, semble-t-il, avec raison — entre les homosexuels dont la tendance… est transitoire ou du moins non incurable, et les homosexuels qui sont définitivement tels par une sorte d’instinct inné… jugé incurable ». À l’époque, la distinction entre l’homosexualité dite « nucléaire » et celle superficielle était une prétention pseudo-scientifique favorite parmi les normalisateurs gays dans les cercles professionnels. C’est peu de temps après que le lobby gay de l’American Psychiatric Association ait « normalisé » la définition de l’homosexualité passant de « trouble » à la notion de « condition ». La Déclaration du Vatican donnait sans réserve l’autorité aux dogmes homosexuels « nés de cette façon » et « immuables ». C’est peut-être dû à la pure naïveté, mais en tout cas à de l’ignorance blâmable et de l’incompétence. La déclaration « né comme ça » a été suivie dans plusieurs documents de l’Église. [xxvi] Et avec de graves conséquences. Au lieu de s’opposer à la propagande homosexuelle fataliste du monde séculier selon laquelle les penchants homosexuels devaient être acceptés comme un fait de la nature, l’autorité de l’Église versait encore plus d’huile sur le feu. Au lieu d’aider les parents à prévenir l’orientation homosexuelle de leurs enfants, d’enseigner aux parents la sagesse de la féminité et de la masculinité naturelles dans leurs relations conjugales et dans leurs rôles éducatifs, ils sont venus avec le message d’acceptation passif et sans espoir : « Rien ne peut être fait à ce sujet ». [xxvii] Mais en fait, aussi en 1975, la théorie biologique n’avait pas de quoi s’appuyer, car il n’y avait pas un seul élément de preuve solide alors qu’il y avait de nombreuses preuves de la causalité psychologique.

Vraiment troublantes sont les déclarations sur l’homosexualité dans les numéros 2357 et 2358 du Catéchisme de l’Église Catholique de 1992. Ils créent la fausse impression de l’homosexualité comme un mystère complexe et profond de la nature, qui est l’un des atouts des normalisateurs gays. La vue mystérieuse est soulignée dans l’affirmation énigmatique : « Sa genèse psychique reste largement inexpliquée ». Est-ce que cela est destiné à soutenir le mythe de la biologie ? En tout cas, c’est conforme à la politique homosexuelle d’ignorer totalement l’approche psychologique, la considérant comme non scientifique et insignifiante. C’est très trompeur et incorrect. Un texte correct aurait été dans le sens que la causalité psychologique avait les arguments les plus convaincants et scientifiquement les meilleurs. Mais en dehors de cela, l’affirmation « largement inexpliquée » est un ( mauvais ) jugement qui sort du domaine des théologiens. Il appartient à celui des sciences humaines. ( Rappelez-vous la leçon de Galilée ). En vérité, toutes les déclarations de non-moralité sur l’homosexualité doivent être retirées du Catéchisme. Comme dans la parabole, ce sont des mauvaises herbes, semées parmi le blé de la saine Doctrine quand certaines personnes dormaient.

Une autre déclaration douteuse parle du « nombre non négligeable d’hommes et de femmes qui présentent des tendances homosexuelles foncières ». En 1992, c’était un soutien à la propagande de Kinsey que 10 % de la population masculine était homosexuelle, ce qui indiquerait qu’elle était « normale ». Et puis nous lisons cette demi-vérité simpliste : « Ils ne choisissent pas leur condition … ce qui est une épreuve pour la plupart d’entre eux ». De plus, la représentation mélodramatique des homosexuels comme victimes innocentes de la discrimination est très douteuse comme il est suggéré dans l’exhortation suivante : « … Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste ». Cette sur-dramatisation est une affaire de propagande homosexuelle. Précisément l’endoctrinement public massif avec l’image de l’homosexuel victime de l’oppression sociale, en combinaison avec l’illusion du « né comme ça », a été d’une efficacité dévastatrice pour vaincre la résistance publique aux revendications homosexuelles pour des « droits égaux » pour leur sexualité. Pourquoi pas un rappel sobre du devoir normal de la charité ?

Quoi qu’il en soit, la rhétorique de la compassion et du mélodrame a été complètement développée dans les documents de l’Église pour créer une atmosphère où l’objection aux pratiques homosexuelles commence à se sentir non Chrétienne. Un exemple typique est le « message » des Évêques Américains aux parents d’enfants ( prétendument ) homosexuels dans leur document Always Our Children (1997). C’est toute de l’onction pastorale, de la dramatisation et du bavardage sur le fait : « D’accepter et aimer votre enfant comme un don de Dieu », « L’identité sexuelle aide à définir la personne unique que nous sommes », « La chasteté signifie … intégrer ses pensées etc… d’une manière qui valorise et respecte sa dignité et celle des autres », « Toutes les personnes homosexuelles ont le droit d’être accueillies dans la communauté », « Un nombre choquant de jeunes homosexuels finissent dans la rue à cause du rejet par leurs familles… », « Acceptez et aimez-vous comme parents … ne vous blâmez pas pour une orientation sexuelle ». Le rapport intérimaire du Synode sur la Famille du Vatican en 2014 continue dans le même style geignard typique de la propagande homosexuelle sur la victimisation de l’homosexuel répudié, mais maintenant son intention de légaliser les relations homosexuelles et de bricoler Humanae Vitae est plus évident. « Les homosexuels », est-il dit, n’excluent pas clairement la pratique et l’auto-normalisation des homosexuels qui « ont des dons et des qualités à offrir à la communauté Chrétienne » ; les fidèles doivent « leur garantir un espace de fraternité dans nos communautés » parce qu’ils « souhaitent souvent rencontrer une Église qui soit une maison accueillante ». Ce sont donc de pauvres parias ; mais avec le droit d’être chaudement accepté dans l’Église. Ce sont les fidèles qui doivent être éduqués, qui doivent être instruits de leur manque de miséricorde, pas ceux qui vivent immoralement : « Nos communautés peuvent-elles l’être en acceptant et en évaluant leur orientation sexuelle ? » L’union gay est présentée comme un amour respectable : « … il existe des cas où le soutien réciproque jusqu’au sacrifice constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires ».

***

Pour conclure, il n’est pas étonnant que tant de propagande gay très subtile et parfois moins subtile soit reprise dans les documents de l’Église. Depuis les scandales des prêtres, la réalité selon laquelle, au moins depuis les années 1950, un pourcentage disproportionnellement élevé de séminaristes et de prêtres sont homosexuels est apparu. Beaucoup d’entre eux ont dû « normaliser » leurs sentiments pour eux-mêmes. Et beaucoup d’entre eux doivent être arrivés aux échelons supérieurs de l’Église et aussi parce que beaucoup de prêtres homosexuels tendent à aspirer ambitieusement aux carrières ecclésiastiques et y réussissent. [xxviii] Il y a eu des réseaux homosexuels subversifs au sein de l’Église, même à des niveaux élevés, pour normaliser l’homosexualité. Les théologiens moraux fournissent des arguments, certains ouvertement comme Charles Curran : « L’Église devrait accepter la valeur normale et la bonté des relations homosexuelles ». En général, les prêtres homosexuels ou pro-homosexuels s’opposent à Humanae Vitae , et inversement, beaucoup de dissidents à Humanae Vitae sont pro-gay, bien qu’ils ne montrent pas leurs couleurs.

En fait, d’après ce qui s’est passé dans le monde, nous pouvons apprendre que la promotion du sexe contraceptif a été en grande partie le fait de personnes motivées par le désir de normaliser leur propre anomalie et d’imposer leur immoralité à la société dans son ensemble. Maintenant, il est plutôt probable que les tentatives existantes au sein de l’Église d’amender la Doctrine de Humanae Vitae sont également fortement motivées et orchestrées par des prêtres homosexuels. Pas par compassion envers les parents pour qui observer Humanae Vitae serait trop difficile. Parce que les hommes gais, ayant peu d’affinité et de compréhension avec l’amour conjugal adulte, sont motivés dans cette question par des sentiments plus centrés sur l’ego : Humanae Vitae fait obstacle à leurs propres idéaux douteux.”

Source : Dieu et moi le nul sans lui

Website:

Comments are closed.