Après l’assassinat d’un prêtre, les évêques congolais dénoncent les attaques contre les paroisses

Un prêtre a été tué dans le sud de la République démocratique du Congo. Il s’agit du père Joseph Mulimbi Nguli, 52 ans, vicaire de la paroisse Saint Martin de la commune de Katuba, à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut Katanga.

 

Dans la nuit du 21 au 22 octobre, des inconnus lui ont tendu une embuscade alors qu’il rentrait chez lui. Le prêtre a été blessé au ventre par un tir de kalachnikov.

La détérioration des conditions de sécurité dans de vastes zones du pays a été dénoncée par les évêques congolais dans le message publié au terme de la réunion du Comité de la Conférence épiscopale chargé de suivre le processus électoral.

 

« Nous sommes préoccupés par la situation politique et inquiets par des informations faisant état de l’insécurité dans plusieurs endroits à travers notre pays : les massacres à répétition au Nord Kivu, en particulier dans la ville et territoire de Beni, et ce, en dépit des cris d’alarme ; les tueries au Kasai Central dues aux affrontements entre les forces de l’ordre et les miliciens du chef coutumier Kamuina-Nsapu ; les conflits intercommunautaires entraînant mort d’hommes dans plusieurs provinces, notamment au Katanga ; les tristes événements des 19 et 20 septembre 2016 à Kinshasa et la recrudescence du banditisme ».

Les évêques dénoncent en outre des « attaques des paroisses et de certaines communautés religieuses, notamment à Kinshasa, à Kananga et à Bukavu ».

 

Source

Comments are closed.