Australie : le cardinal Pell acquitté

Australie : le cardinal Pell acquitté

Au terme de plusieurs mois d’emprisonnement, le cardinal Pell a été acquitté par la Haute Cour d’Australie, juridiction suprême australienne, qui statuait en dernier ressort. En effet, le cardinal Pell avait été emprisonné pour des faits de pédophilie qu’il a toujours nié avoir commis. Ce matin, la Haute Cour l’a acquitté des cinq chefs d’accusation portés à son encontre. Le cardinal Pell était en effet accusé de viol et d’abus sexuels sur deux enfants de chœur de 13 ans commis en 1996 et en 1997 dans la cathédrale Saint-Patrick de Melbourne, à l’époque où il était l’archevêque de cette ville. Proche collaborateur du pape François, le cardinal Pell avait été nommé par ce dernier Secrétaire à l’économie du Saint-Siège en 2014. Il avait dû cependant renoncer à l’exercice de cette fonction pour se rendre disponible auprès des juges à la suite d’accusations divulguées par la presse en 2016.

En 2019, le cardinal avait condamné en appel à six ans d’incarcération, alors que le jury avait déjà quelques doutes sur la culpabilité du prévenu. La Cour d’appel de Victoria avait elle-même confirmé la décision d’un jury de décembre 2018. Cette fois-ci, la procédure judiciaire se termine par une décision en faveur de l’intéressé. Elle met fin à une polémique de plusieurs années, qui laissait entendre que le cardinal Pell était réellement coupable, alors que de sérieux doutes apparaissaient au fur et à mesure que la procédure se déroulait.

Les termes de la décision de la Haute Cour d’Australie sont sévères. Elle considère qu’il y avait « une possibilité importante qu’une personne innocente ait été condamnée parce que les preuves n’ont pas établi sa culpabilité selon le niveau de preuve requis ». C’est donc à l’unanimité que les sept magistrats de cette cour suprême estiment que la cour d’appel avait « omis de se pencher sur la question de savoir s’il restait une possibilité raisonnable que l’infraction n’ait pas été commise, de sorte qu’il aurait dû y avoir un doute raisonnable quant à la culpabilité du demandeur ». 

Articles liés

Partages