NLQ #Rome

Palestine : le pape offre 100 000 dollars pour les réfugiés palestiniens

Mgr Auza a remis 100 000 dollars de la part du pape François à l’Agence de l’ONU pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient, « en particulier au profit des enfants », en signe de son « respect » et de son « appréciation ». Il a souligné que, sans l’appui soutenu de l’Agence, plus de cinq millions de réfugiés palestiniens « vivraient dans un désespoir encore plus grand ».

Mgr Bernardito Auza, nonce apostolique et observateur permanent du Saint-Siège, est intervenu à la Conférence des donateurs du Comité spécial de l’Assemblée générale pour l’annonce de contributions volontaires à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA), au bureau des Nations Unies, à New York, le 25 juin 2018.

Mgr Auza a exprimé le vœu qu’ « une solution équitable et durable » puisse être trouvée « à travers la reprise des négociations sur le statut final entre les parties intéressées, en vue d’aboutir à une solution de deux États, Israël et un État palestinien vivant côte à côte en paix et en sécurité dans des frontières internationalement reconnues ».

Voici notre traduction de la déclaration de Mgr Auza prononcée en anglais.

HG

Déclaration de Mgr Bernardito Auza

Monsieur le Président de l’Assemblée Générale,

Monsieur le Secrétaire général,

Monsieur le Commissaire général,

Je voudrais saisir cette occasion pour réitérer mon profond respect pour l’engagement et le travail de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), ainsi que les fortes paroles d’encouragement exprimées par le pape François au Commissaire général de l’UNRWA lors d’une audience privée le 17 mars 2018.

En signe concret de ce respect et de cette appréciation, et en plus des contributions directes à travers les travaux des différentes entités de l’Église catholique en faveur des réfugiés palestiniens, le pape François m’a demandé de transmettre aujourd’hui à l’UNRWA sa contribution de 100 000 dollars aux projets de l’Agence, en particulier au profit des enfants dans les camps de réfugiés de Palestine.

Comme l’UNRWA, diverses entités et organisations de l’Église catholique offrent des services d’éducation, de soins de santé et des services sociaux aux réfugiés palestiniens. De généreux donateurs associés à l’Église catholique dans le monde entier rendent ces activités possibles. Les programmes d’assistance ne sont pas limités aux réfugiés de Palestine, mais aussi aux Palestiniens de Palestine. La Mission permanente d’observation du Saint-Siège auprès de l’Organisation des Nations Unies contribue à promouvoir des campagnes annuelles de collecte de fonds pour fournir des milliers de bourses universitaires et des soins médicaux gratuits ou subventionnés.

Tant que le sort des réfugiés palestiniens restera incertain, l’UNRWA sera nécessaire, elle dont le travail continue d’être précieux pour les plus de cinq millions de réfugiés palestiniens qui, sans l’appui soutenu de l’Agence, vivraient dans un désespoir encore plus grand. Le Saint-Siège espère que, tôt ou tard, une solution équitable et durable pourra être trouvée à travers la reprise des négociations sur le statut final entre les parties intéressées, en vue d’aboutir à une solution de deux États, Israël et un État palestinien vivant côte à côte en paix et en sécurité dans des frontières internationalement reconnues.

Merci, Monsieur le Président.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

Source : Zenit.org

Brèves

Reportage : aumôniers militaires – prêtres et soldats

Prêtre aux armées est une vocation méconnue. Homme de Dieu et de paix dans les forces armées. La fonction d´aumônier militaire existe depuis Charlemagne, elle s´inscrit aujourd´hui encore pleinement dans le principe de laïcité à la française. Durant 7 mois, nous avons suivi le quotidien de séminaristes, de diacres et surtout de prêtres aux armées. Certains servent en OPEX (opérations extérieures) comme ceux que nous avons rencontrés, déployés dans le cadre de l´opération Barkhane. D´autres sont aumôniers d´écoles militaires comme celles de Coëtquidan, ou d´unités de gendarmerie… Tous ont choisi de servir le christ auprès de ceux qui risquent leur vie pour la France.

UNE COPRODUCTION KTO/CAIRN PRODUCTION 2017 –

Réalisé par Romain Clément Documentaire du 06/11/2017

Source : Kto.tv

En France #NLQ

Football : le tournoi inter-séminaires, un temps de fraternité !

Ce sont les futurs prêtres de l´Eglise ! Et en ce WE de l´Ascension, ils sont plus de 200 séminaristes à se rencontrer pour un tournoi exceptionnel. Au foot ou à la pétanque, les séminaristes s´affronteront sur la plaine de l´hippodrome d´Auteuil. Venus de plusieurs séminaires et de communautés de toute la France, les équipes se retrouvent pour ce moment dans une ambiance sportive et conviviale. En 2016, l´équipe de la Communauté Saint-Martin avait remporté la coupe de football, et le séminaire d´Orléans le tournoi de pétanque. Qui gagnera cette année ? Entre sport et prière, rencontre avec nos prêtres de demain !

Reportage du 01/06/2017 de Kto.tv

A la une #En France #NLH #NLQ

A la découverte de quatre lieux spirituels de la Drôme

Du site du diocèse de Valence, dans la Drôme :

Nous avons déniché quatre lieux spirituels de la Drôme qui nous ont particulièrement touchés, par leur particularité, leur qualité historique, artistique ou simplement leur cadre naturel enchanteur :
– dans le Nyonsais, nous avons repéré la chapelle Sainte-Perpétue à Venterol ;
– Près de Montélimar, l’église Saint-Jean-Baptiste de Rac que nous avons visitée lors de la visite pastorale.
– L’église Saint Martin d’Hostun, la chapelle des pénitents
– Et enfin le monastère orthodoxe Saint-Antoine-le-Grand, dans le Vercors.
C’est une joie de mettre en valeur ces lieux trop peu connus !

Anne-Véronique Blete
Service Église en dialogue dans la Drôme

Église Saint-Martin d’Hostun

C’est en quittant Hostun et en prenant la petite route qui contourne l’église que nous découvrons le pittoresque hameau de Saint-Martin niché sur les hauteurs. Là, au cœur du village, une petite place pavée de galets et sa fontaine, et devant nous, une petite église, de style roman.
Autour de cette église, sont regroupés :
– Le prieuré : connu depuis 1249 et dont l’histoire est liée à celle de l’abbaye bénédictine de La Chaise-Dieu.
– Le cimetière : témoignage de ce qu’il fut jusqu’à la fin du 19e siècle, époque des dernières inhumations. Il était en usage depuis la période gallo-romaine.
– La Chapelle des Pénitents : elle est construite au début du 17e siècle. Au 18e siècle la création d’une confrérie de pénitents du Saint Sacrement fait évoluer la chapelle pour lui donner son aspect actuel. La chapelle des Pénitents d’Hostun est la seule chapelle des pénitents du Département de la Drôme demeurée intacte, avec l’intégralité de son mobilier.
– Le jardin botanique : créé devant la Chapelle des Pénitents, il est composé de huit massifs de huit plantes médicinales ou aromatiques. On le surnomme « le jardin des simples » du nom donné à ces plantes médicinales et aromatiques. Dès le Moyen-Age ces plantes étaient cultivées dans les jardins des monastères pour être transformées en remèdes (Hildegarde de Bingen, religieuse bénédictine et médecin, dans son ouvrage De la nature nous montre les vertus curatives des plantes et minéraux qui nous entourent. (voir le guide des visites : http://hostun.patrimoinart.free.fr/articles.php?lng=fr&pg=23)
Cette église a trouvé, par l’action de l’association patrimoin’art, son essor culturel à travers des concerts, des expositions… (http://hostun.patrimoinart.free.fr/)
Elle essaye de rester, par une présence active des chrétiens de la communauté paroissiale et de leur curé, lieu de prière et de foi, dans la fidélité à ce riche passé religieux.

Pour les visites, contacter Mr. Jean-Pierre Ovion – jpovion@orange.fr

Philippe Lucciani

Église Saint-Jean-Baptiste de Rac

 

Sur une colline un peu perdue, se situe la charmante petite église de Saint-Jean-Baptiste de Rac. Le site domine la vallée du Rhône à la hauteur de Malataverne et le regard se perd au loin vers les reliefs de Rochecolombe et du Vercors. Comme il fait bon s’imprégner de ce magnifique paysage souriant et serein de la Drôme provençale ! Ensuite, nous pourrons nous émerveiller devant cette église romane du Ve siècle restaurée avec soin tout en respectant le style et l’histoire du lieu.

Vous êtes invités à consulter le site de l’Association pour la Rénovation de la Chapelle de Rac (ARCR) sur lequel vous découvrirez de nombreux détails passionnants tant sur l’histoire, la traversée de l’époque médiévale, la famille Adhémar, la révolution… que sur la restauration de la chapelle elle-même : la toiture, un nouveau vitrail dans le chœur, restauration de l’autel et de la chapelle de la Vierge… Aujourd’hui, la chapelle vit par des nombreuses animations paroissiales ou culturelles.

Alors surtout, n’hésitez pas, et courez grimper sur cet éperon rocheux pour vivre un moment inoubliable !

Avec la paroisse Notre-Dame du Rhône : www.notredamedurhone.fr/

Avec l’association : https://malataverne.fr/rac-berceau-de-malataverne/
Jean Girard-Claudon – 04 75 90 79 10 – Mél : rac.culture26@gmail.com

Anne-Véronique Blete

Monastère chrétien orthodoxe Saint-Antoine-le-Grand

Pour ceux qui ne partiraient pas en vacances cet été…
Dépaysement total garanti avec le monastère chrétien orthodoxe de Saint-Antoine-le-Grand !
À seulement quelques kilomètres de Saint-Laurent-en Royans, dans la petite commune de Combe-Laval, le soleil se montrera à cette saison de l’année sur cette dépendance (métochion) du monastère de Simonos Petra, au Mont Athos (Grèce).
À voir absolument !
Fondé en 1978 par le Révérend Père Placide Deseille (un moine cistercien qui a fait le choix de l’orthodoxie) et son compagnon d’ascèse le Père Séraphin, ce monastère vous accueille.
Son église Saint-Silouane, de style byzantin, est une merveille…
Les peintures murales de l’ensemble des murs intérieurs (soit 600 m2) ont été réalisées par l’un des meilleurs peintres d’icônes russes contemporains : Yaroslav Dobrynine et son épouse Galina.
Ce style, toujours utilisé traditionnellement dans les pays orthodoxes depuis le 6e siècle, est très proche du style roman occidental. Nos églises romanes étaient d’ordinaire, elles aussi, entièrement décorées de fresques, dont il ne reste malheureusement aujourd’hui que de rares vestiges. La conception architecturale d’une église byzantine est symbolique. Alors que les églises occidentales ont habituellement un clocher en forme de flèche, qui évoque l’effort de l’homme pour s’élever vers le Ciel, la partie centrale d’une église byzantine est couverte d’une coupole, qui symbolise la descente du Ciel sur la terre, de Dieu vers les hommes, mû par son amour miséricordieux.
Une belle découverte en ce temps si ouvert à l’œcuménisme…

Horaires des visites, du 1er mai au 30 septembre : de 14h à 17h30 du lundi au samedi
Monastère St-Antoine-le-Grand – Font de Laval – 26190 St-Laurent-en-Royans
http://monasteresaintantoine.fr/ – 04 75 47 72 02

Armelle Guiard

Chapelle Sainte-Perpétue à Venterol (Route de Vinsobres)

Sainte-Perpétue n’est pas la Sainte Patronne de l’église du village et pourtant son culte est prédominant surtout au XIXe siècle et marque aujourd’hui encore la piété venterolaise.
La modeste chapelle que vous découvrirez cachée dans un vallon sur la route de Vinsobres, est mal datée. Faite de matériaux locaux, elle a été en travaux très souvent au cours des siècles. Il n’y pas ou peu de traces archéologiques, malgré une occupation gallo-romaine importante dans le secteur des Estangs. Ses origines restent donc mythiques ; les archives ne mentionnent que la présence d’un ermitage et un culte vivace au XVIIe siècle.

Cette Sainte, d’origine carthaginoise, a été persécutée le 7 mars 203 ; associée à sa servante Félicité, elle a été vénérée très tôt par l’Église naissante et son culte s’est diffusé dans le bassin méditerranéen (Catalogne-Nîmes jusqu’à Vierzon).

Son culte à Venterol se manifestait à travers des messes, trois fois par an. Mais c’est le pèlerinage du 7 mars qui marqua le plus la piété venterolaise. Cette journée, chômée, commençait par une procession qui partait du village. La messe, où étaient invités tous les curés du secteur, se terminait par un apéritif avec un verre de vin blanc et cette pâtisserie provençale appelée brassadeaux.
Aujourd’hui, toute la population est invitée à la messe reportée au dimanche le plus proche du 7 mars.

En 1965, Cristobal Orti, peintre d’origine catalane, installé à Venterol, propose d’illustrer les murs de la chapelle par des épisodes de l’Ancien et du Nouveau Testament, de la création du monde à la fin des temps. L’artiste a résolu les problèmes de support en utilisant une peinture utilisant la cire d’abeille, les pigments naturels et l’essence de térébenthine.
Le temps et les intempéries ont malheureusement altéré les peintures restaurées récemment avec beaucoup d’habileté par François Morand. La chapelle a retrouvé sa beauté initiale grâce au travail du restaurateur.

La visite de la chapelle est libre, il suffit de demander la clé à la mairie de Venterol qui vous la confiera contre une pièce d’identité. La mairie est ouverte le matin de 9 h à 12 h, les lundi, mercredi et vendredi.
La chapelle sera également ouverte avec un accueil les samedis 25 juillet, 11 août et 25 août de 15 h à 18 h.

Renée Laurent

Asie #Dans le Monde #NLQ

L’Eglise des Philippines lance une initiative spirituelle contre les provocations du président Duterte

Aux Philippines, le président Duterte multiplie les provocations contre l’Eglise, l’une des seules forces dans le pays à lui tenir tête. En réponse, l’épiscopat lance une nouvelle initiative spirituelle, prévue sur trois jours.

Entretien réalisé par Manuella Affejee pour Vatican News

La prière, le jeûne, l’aumône : trois armes évangéliques « pour invoquer la miséricorde de Dieu sur ceux qui blasphèment, qui diffament et apportent de faux témoignages, sur ceux qui commettent des meurtres, et les justifient en disant qu’il s’agit de combattre la criminalité dans le pays ». Et c’est la réponse que proposent les évêques dans l’exhortation pastorale publiée à l’issue de leur 117e assemblée plénière, et intitulée « réjouissez-vous et soyez dans la joie ».

Bâtisseurs de paix dans un monde de violence

L’épiscopat y encourage les fidèles philippins à rester solides dans leur vocation et mission, à être des « bâtisseurs de paix » dans une société enténébrée par la haine et la violence. L’archipel vit en effet depuis des mois au rythme de la guerre anti-drogue menée tambour battant par des forces de police jouissant d’une totale impunité. D’abord discrète, l’Eglise a choisi de se dresser contre cette féroce répression, en prenant la parole, en lançant diverses campagnes de sensibilisation. Une attitude qui n’a pas l’heur de plaire au président Rodrigo Duterte qui multiplie les provocations à son encontre, allant même jusqu’à parler publiquement de la « stupidité de Dieu ».

Une « collaboration critique », sans compromis
Bien que les divergences soient de plus en plus patentes, que le fossé semble se creuser, l’Eglise offre sa « collaboration critique » au gouvernement Duterte, assurant « respecter l’autorité publique », et attendant d’elle qu’elle respecte à son tour les principes spirituels et moraux intangibles qui sont au cœur de son enseignement : la sacralité de la vie humaine, la dignité des personnes, la sauvegarde de l’intégrité de la création… Autant de lignes rouges sur lesquelles les évêques ne concèderont aucun compromis.

Le père Matthieu Dauchez est un prêtre Français rattaché au diocèse de Manille, président de la fondation ANAK-Tnk (Tulay ng kabataan), qui agit depuis 20 ans auprès des enfants des rues de la capitale philippine. Il revient avec nous sur la réponse éminemment évangélique et courageuse des évêques au président Duterte.

Source : Vatican News

A la une #Amérique latine #Dans le Monde #NLH #NLQ

Le gouvernement du Nicaragua intensifie les attaques contre l’Eglise

Au Nicaragua, les images des sœurs qui prient devant des militaires sont devenues le témoignage emblématique d’un peuple qui prie et espère dans le dialogue malgré le drame des violences. La campagne de répression conduite par le gouvernement, avec l’intention de retirer les barrières élevées par les manifestants dans différentes régions du pays, a coûté la vie à de nombreuses personnes. Il y au moins 300 morts, et à ce bilan tragique s’ajoute un nombre imprécis de disparus, de blessés et de personnes arrêtées.

Interrogé par la section hispanophone de Vatican News, le père Victor Rivas, secrétaire de la conférence épiscopale du Nicaragua, rappelle que l’Église a cherché à effectuer une médiation avec l’exécutif nicaraguayen pour résoudre la crise. Si l’opposition répondait avec la même violence, a-t-il ajouté, ce serait un massacre aux proportions encore plus graves.

L’Église cible d’attaques et de menaces

L’Église continue à croire dans le dialogue et cherche à secourir toutes les personnes victimes d’attaques. Mais maintenant, explique le père Rivas, le gouvernement nicaraguayen considère l’Église comme son ennemi. Des attaques militaires visent maintenant les lieux de culte, qui étaient jusqu’alors considérés comme un refuge sûr.

Le Nicaragua a besoin de prières

L’espérance est que le dialogue ne s’éteigne pas, car c’est seulement à travers cette voir que « l’on peut trouver un peu de lumière dans cette obscurité ». Le dialogue, rappelle le père Rivas, est l’unique solution pour mettre fin au conflit. Le secrétaire de la conférence épiscopale du Nicaragua rappelle ensuite que la communauté internationale a donné son soutien au peuple nicaraguayen. Même si « le gouvernement est sourd », il ne faut pas perdre l’espérance, car « Dieu nous sauvera », estime le père Rivas. Il invite tous ceux qui le peuvent à prier pour le Nicaragua : « Nous avons encore besoin de ces prières, parce qu’elles nous donneront la force et la paix dans nos cœurs. »

L’appel de l’archevêque de Managua
Le cardinal Leopoldo José Brenes Solorzano, archevêque de Managua, a lancé un nouvel appel à travers l’Aide à l’Église en Détresse. « Exercez des pressions sur le gouvernement, afin qu’il ait du respect pour les évêques, pour les prêtres et pour la population ». Le cardinal a rappelé en particulier la situation difficile à Masaya, une localité située à 30 kilomètres au sud de Managua, et devenue un symbole de la résistance au gouvernement du président Daniel Ortega.

L’Église en première ligne pour secourir les blessés

La fondation de droit pontifical a rappelé aussi que l’Église au Nicaragua est sous attaque : « Le 9 juillet, le cardinal a été agressé par des paramilitaires dans la basilique de Saint-Sébastien, à Diriamba, avec son auxiliaire, Mgr José Silvio Baez, et le nonce apostolique, Mgr Waldemar Stanislaw Sommertag. Le 16 juillet, l’évêque d’Esteli, Mgr Abelardo Mata, s’est miraculeusement sauvé d’une attaque armée attribuée à des forces paramilitaires. »

« En écoutant l’invitation du Pape François à être un hôpital de campagne, a expliqué l’archevêque de Managua, beaucoup de nos paroisses ont donné refuge à ceux qui cherchaient la sécurité et ont prêté secours aux blessés. Ceci n’a certainement pas plu au gouvernement », a précisé le cardinal Brenes, en lançant cette exhortation : celle de « lancer une chaine de prière et de soutenir concrètement les prêtres à travers les intentions de saintes messes ».

Source : Vatican News – P. Ynestrosa, A. Lomonaco

Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

La Lituanie a besoin de la visite du pape !

La Lituanie a « besoin » de la visite du pape François, affirme le p. Mykolas Sotničenka, secrétaire général adjoint de la Conférence épiscopale. Sur le site de l’agence SIR de la Conférence épiscopale italienne, il évoque les préparatifs de ce voyage dans les pays Baltes, du 22 au 25 septembre 2018.

Vingt-cinq ans après la visite de Jean-Paul II dans le pays, en septembre 1994, il se souvient de cet événement qui a eu lieu peu après la dislocation de l’URSS : « Quand Jean-Paul II est venu… il a beaucoup parlé de notre passé… et il nous a dit que nous devions accepter notre passé, réfléchir, prier, mais il a beaucoup parlé de l’accueil des blessures de notre histoire. Maintenant le pape François nous parlera de l’avenir, peut-être nous dira-t-il de cesser de penser au passé et de regarder le présent et le futur ».

Pour le p. Mykolas Sotničenka, responsable pour la pastorale universitaire, la devise de la visite « Jésus-Christ notre espérance » est prophétique : « La Lituanie est un pays sans espérance », avec le nombre de suicides le plus élevé d’Europe et un grand nombre de départ en émigration. « Nous avons besoin de beaucoup d’espérance ; c’est pourquoi nous sommes en train de nous préparer intensément et tout le programme tournera autour de la croissance de l’espérance. » Ainsi le pape visite la Lituanie « parce que la Lituanie a besoin de cette visite et le pape sait qu’elle est nécessaire ».

La Lituanie est à 95 % catholique « mais nous sommes catholiques par tradition, précise le secrétaire général : tout le monde veut se marier à l’Eglise, fait baptiser ses enfants … mais c’est tout, rien de plus : il n’y a que 10 % de catholiques pratiquants, qui vont à la messe le dimanche ».

Le p. Mykolas souligne cependant que la présence des jeunes est très forte dans l’Eglise : « Nous avons plus de jeunes que de personnes âgées dans les paroisses. Aujourd’hui notre espérance ce sont eux ». Le pape les rencontrera à Vilnius pendant une heure et demi : après des témoignages, « nous chanterons ensemble un chant très ancien, il y aura une danse moderne et le pape parlera aux jeunes ».

Une rencontre très personnelle

Durant ce voyage, le pape rencontrera aussi la présidente de la République Dalia Grybauskaitė et le corps diplomatique, pour les 100 ans de l’indépendance du pays en 1918. Il se rendra au sanctuaire marial Marie Porte de l’Aurore où il rencontrera les malades et les enfants, et priera le chapelet. Il est prévu qu’il s’arrête aussi au Musée des victimes de l’occupation, ancien siège du KGB.

« Nous voudrions que la rencontre avec le pape soit très personnelle, c’est pourquoi nous encourageons les personnes dans les diocèses et dans les paroisses à venir aux rencontres… et non pas les regarder à la télévision par crainte des foules », explique le p. Mykolas. « Nous demandons aussi de ne pas apporter les portables aux rencontres : vous devriez regarder le pape dans les yeux. Ce sera peut-être seulement pour une seconde, mais ce sera personnel ».

Durant ces quatre jours, le pape François visitera Vilnius et Kaunas en Lituanie, Riga et Aglona en Lettonie et Tallinn en Estonie. C’est à Vilnius qu’il logera.

Source : Zenit.org – Anne Kurian

En France #NLQ

Mgr Ginoux défend la liberté d’expression de Zemmour et de Taddéï

Mgr Ginoux, a publié 2 tweets successifs pour défendre d’une part Eric Zemmour, évincé de RTL et, d’autre part, Frédéric Taddéï, viré d’Europe 1. Ces deux  personnalités ont le grand défaut d’être politiquement incorrects…

Source : riposte-catholique.fr

Culture #Doctrine / Formation

Le sens de la vie selon J.R. Tolkien

L’avantage, pour une gamine dont le père est éditeur, c’est qu’elle peut lui demander l’adresse d’un de ses auteurs pour que celui-ci l’aide à faire un devoir de classe. C’est ce que fit un jour déjà lointain en Angleterre la jeune Camilla Unwin, fille de l’éditeur de Tolkien, alors déjà ? mondialement connu : « Cher Monsieur Tolkien, que répondriez-vous à la question : “Quel est le but de la vie ?” ». Tolkien prit au sérieux la demande et répondit par une longue lettre. Après une réflexion sur le sens de la question pour autant qu’elle en ait un, il lui donna non pas son opinion personnelle, mais plutôt son engagement personnel – en ce domaine une simple opinion importe peu si l’on va au fond de la question, le but de la vie en soi ne peut être que celui qu’a voulu son Créateur. Pour Tolkien, il ne peut donc y avoir de doute : le but de la vie, c’est pour nous « d’accroitre selon nos capacités notre connaissance de Dieu par tous les moyens dont nous disposons pour être conduits à le louer et à lui rendre grâce. Faire comme nous le disons dans le Gloria : nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions, nous te rendons grâce pour ton immense gloire ».

Lire la suite sur l’Homme Nouveau

En France #NLQ

Un Trophée de l’engagement chrétien décerné à “La PATATE”, une association à destination des étudiants en difficulté

Un groupe d’amis a constaté que la solitude et les difficultés à se nourrir touchaient un nombre non négligeable d’étudiants. Conscients que les organismes actuels ne sont pas les plus adaptés à ce public, ils ont décidé de se retrousser les manches et en janvier dernier, ils lançaient la PATATE. En quoi consiste leurs actions ? Pour un euro symbolique, les étudiants peuvent récupérer de quoi se nourrir et surtout, créer des liens, établir des contacts et rompre la solitude autour d’un café.