Articles #En France #NLQ

Incendie de l’église Saint-Sulpice : la piste criminelle privilégiée

La piste est sérieuse pour les enquêteurs : c’est d’un tas de vêtements stockés dans l’église que l’incendie de Saint-Sulpice de Paris du dimanche 17 mars 2019 dernier est parti. En effet, selon la police, il n’y a rien d’accidentel. « Le feu est parti d’un tas de vêtements et les vêtements ne s’enflamment pas tout seuls », affirme-t-elle. Plus de doute donc sur l’origine de cette incendie qui a touché l’une des plus grandes églises de la capitale.

Source Le Parisien

Articles #En France #NLQ

Communiqué du cardinal Barbarin : “j’ai décidé de me mettre en retrait”

À la suite de la rencontre avec le pape François du lundi 18 mars 2019, le cardinal Barbarin a rendu un communiqué officiel qui a été publié sur le site du diocèse de Lyon. Dans ce communiqué, le cardinal annonce son souhait de se “mettre en retrait”, malgré le refus par le pape d’admettre sa démission.

Voici le texte de ce communiqué daté du 19 mars 2019

Lundi matin, j’ai remis ma mission entre les mains du Saint Père.

En invoquant la présomption d’innocence, il n’a pas voulu accepter cette démission.

Il m’a laissé la liberté de prendre la décision qui me paraît la meilleure pour la vie du diocèse de Lyon, aujourd’hui.

À sa suggestion et parce que l’Église de Lyon souffre depuis 3 ans, j’ai décidé de me mettre en retrait pour quelque temps et de laisser la conduite du diocèse au vicaire général modérateur, le père Yves Baumgarten.

Cette décision prend effet à compter de ce jour.

Lyon, le 19 Mars 2019.

Philippe Barbarin, Archevêque de Lyon

Articles #En France #NLH #NLQ

Le cardinal Barbarin reste archevêque de Lyon

Le pape François a donc préféré attendre le résultat de l’appel qui a été  interjetté par le cardinal Barbarin pour se prononcer sur la démission de ce dernier.

La rencontre a eu lieu le lundi 18 mars, de 10h à 10h30. L’entrevue n’a pas été commentée en raison de l’absence de décision. Le cardinal Barbarin reste donc pour le moment l’archevêque de Lyon. Par ailleurs, le parquet a également fait appel de la décision.

Pour sa part, le cardinal Barbarin a annoncé sa décision de se « mettre en retrait pour quelques temps ».

Articles #Brèves #En France #NLQ

Paris : incendie à l’église Saint-Sulpice

Ce dimanche, un incendie a lieu à l’église Saint-Suplice. L’une des portes de l’église, située sur le transept sud de l’église, a pris feu. L’incendie a été rapidement maîtrisé grâce à l’intervention des pompiers. Les origines du sinistre sont, pour le moment, inconnues. Cette église de grande taille est dans le 6ème arrondissement de Paris.

Sur Twitter, on peut aussi avoir d’autres informations :

 

Articles #En France #NLQ

Tweet de soutien de Mgr Bernard Ginoux au cardinal Pell

Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban, s’est à nouveau exprimé en manifestant son soutien au cardinal Pell, qui fait l’objet d’une procédure judiciaire en Australie :

#Cardinal Pell. Nous pouvons prier pour lui avec confiance car, si on relit l’acte d’accusation, sa culpabilité paraît invraisemblable.

Articles #Dans le Monde #NLH #NLQ

Décès du cardinal Danneels

Le cardinal Godfried Danneels, archevêque émérite de Malines-Bruxelles, est décédé àaujourd’hui à l’âge de 85 ans. La nouvelle a été communiquée par son successeur, le cardinal Jozef De Kesel.

Le cardinal Danneels a été une figure de l’Église belge contemporaine. Né en 1933, il a été ordonné prêtre en 1957. Il obtient en 1961 un doctorat à l’université Grégorienne. Il devient professeur à la faculté de théologie de l’université de Louvain en 1969. Il s’engage dans la formation des laïcs et des diacres permanents.

Le 16 novembre 1977, il est nommé évêque d’Anvers par le pape Paul VI. Il est ordonné évêque le 18 décembre 1977 par le cardinal Suenens, figure de Vatican II. Il est nommé archevêque de Malines-Bruxelles le 21 décembre 1979 par le pape Jean-Paul II, puis devient président de la Conférence épiscopale de Belgique le 4 janvier 1980. Créé cardinal le 2 février 1983, il a participé à plusieurs synodes romains, tout en étant membre de plusieurs congrégations et dicastères romains. Il est remplacé le 18 janvier 2010 par Mgr Léonard, évêque de Namur. Le cardinal Danneels a été électeur lors de deux conclaves : en 2005, puis en 2013.

Le cardinal Danneels était très proche du pape François. Il participera ainsi aux deux synodes romains sur la famille tenus à Rome en 2014 et en 2015. On lui a prêté une réputation de “libéral” et une certaine distance à l’égard du pape émérite Benoît XVI. Il semblait davantage en phase avec l’actuel pontificat et en a partagé certaines de ses ambiguïtés.

Le parcours de Mgr Danneels a également été terni par quelques affaires de mœurs de la part de l’un de ses collègues, Mgr Roger Vangheluwe, évêque de Bruges, qui avait commis des abus sexuels sur des enfants. Le cardinal Godfried Danneels affirmera avoir fait “une erreur de jugement” en ne demandant pas la démission de son confrère. Cela a conduit à des enquêtes judiciaires. Ainsi, le palais archiépiscopal de Malines, la crypte de la cathédrale Saint-Rombaud et le domicile privé du cardinal ont fait l’objet de perquisitions de la part de la justice belge le 24 juin 2010. Peut-être aura-t-il été confronté aux errements de certains membres de l’Église catholique, dans une période fort indécise ; à l’instar d’un grand nombre de sociétés occidentales,  la Belgique a connu la crise de l’Église.

Source LaLibre.be

Articles #Brèves #Dans le Monde #NLQ

Le cardinal Pell condamné à six ans de prison

La décision du juge australien vient de tomber. Le cardinal Pell a été condamné pour pédophilie à six ans de prison, ce mercredi 13 mars. C’est une décision assez lourde de conséquences, qui intervient dans un contexte tendu. Les victimes d’abus estiment que c’est justice, mais d’autres personnes considèrent que la décision est faussée, alimentée par des preuves faibles.

Les deux victimes avaient 13 ans au  moment des faits.

C’est seulement en juin que l’on saura si le cardinal Pell pourra faire appel. Le verdit avait déjà été jugé « déraisonnable ».

Source Ouest France 

Articles #Dans le Monde #NLH #NLQ

1,313 milliard de catholiques dans le monde

Le Saint-Siège a rendu public l’édition 2019 de son Annuaire statistique. C’est une précieuse mine de renseignement sur la situation de l’Église catholique dans le monde. D’après les données contenues dans l’Annuaire, le nombre de catholiques dans le monde serait de 1,313 milliard, ce qui constitue une augmentation de 1,1 % par rapport à 2016 (1,299 milliard de catholiques cette année). Par ailleurs, on apprend que la moitié des catholiques serait sur le continent américain (48,5 %). L’Europe représenterait 21,8 % de catholiques et l’Afrique, 17,8 %. C’est dans ce dernier continent que l’on note une forte augmentation de fidèles de 2,45 % par rapport à l’année 2016. Elle est même de 4,5 % au Moyen-Orient.

Concernant les chiffres particuliers, on note quelques situations, comme la baisse du nombre de prêtres. Ce nombre serait de 414 969 en 2017 contre 414 969 en 2016. Le nombre de prêtres diocésains serait en diminution, passant de 281 831 (2016) à 281 810 (2017). La baisse n’est donc plus que chez les seuls prêtres religieux. Mais on constate également la baisse du nombre de séminaristes. En revanche, on enregistre peu de renvois de l’état clérical (705 en 2017).

Source La Croix

 

Articles #En France #NLQ

Message de Mgr Jacques Benoit-Gonnin aux religieuses, religieux et personnes consacrées du diocèse de Beauvais

Voici un message de l’évêque de Beauvais, Mgr Jacques Benoit-Gonnin, sur les récents abus :

Depuis quelques temps, l’actualité accumule des nouvelles consternantes concernant l’Église. Certaines personnes ayant autorité (évêques, prêtres, religieux) ont abusé de leur condition et de l’autorité qui lui est attachée pour perpétrer des actes inimaginables et absolument condamnables à l’encontre de personnes mineures ou fragiles. L’émission « Religieuses abusées, l’autre scandale de l’Église », mardi 5 mars dernier, sur Arte, a asséné un nouveau coup, d’autant plus redoutable qu’elle exposait les abus subis par des femmes consacrées, allant jusqu’à l’avortement commandé. Des abus de pouvoirs et de position ont humilié des femmes à qui des abuseurs, eux-mêmes consacrés, ont volé le bien précieux d’un corps qu’elles voulaient offrir à Dieu seul. L’ampleur du phénomène, à l’échelle du monde, les complicités mises en œuvre, les silences gardés par tant de personnes et durant des années, mettent l’Église au cœur d’un cyclone diabolique qui en atteint la sainteté, en ternit l’image et en discrédite le message.

Je vous imagine dans vos communautés, abattus par ces faits, ce qu’ils révèlent, ce qu’ils mettent en jeu et en cause. Je vous imagine honteux et dans la souffrance avec les victimes connues et inconnues. Je vous imagine près du Seigneur Jésus-Christ, humiliés, souffrants, aimants. Je vous imagine et je vous rejoins dans cette souffrance, dans le silence et dans la prière.

Nous savons, nous baptisés, que votre consécration résulte non seulement d’un appel, mais aussi d’une offrande totale de vos vies. Nous savons que cette offrande, nous devons la recevoir comme un signe de la sainteté de Dieu, comme un don qu’Il fait de sa générosité pour son Église et pour le monde, comme un trésor précieux mais fragile, à protéger. Je veux vous redire ma profonde estime et toute mon affection pour votre présence parmi nous, pour votre témoignage et votre fidélité. Je veux vous demander pardon, en cette circonstance, pour toute l’indifférence ou la déconsidération que vous avez pu ressentir de notre part.

Je veux exprimer, ici et à nouveau, la condamnation la plus claire de ces faits d’abus. J’invite celles et ceux qui auraient pu être victimes de tels agissements pervers et totalement incompatibles avec l’Evangile et toute consécration, à se manifester. Il doit être possible de le faire au niveau de chacun de vos Instituts, ou au niveau de la CORREF. Sinon, « la cellule d’accueil et d’écoute de victimes d’actes de pédophilie » du diocèse, pourra être un premier lieu d’accueil pour faire entendre votre parole, même au-delà d’une situation de pédophilie. (Cf. Courriel « écoute.victimes@oise-catholique.fr », ou par téléphone au 03 44 06 28 25 – de 9h à 12h30 et de 14h à 17h, du lundi au vendredi-). Je demeure moi-même disponible pour continuer à accueillir les personnes concernées qui le souhaiteraient.

La situation actuelle, avec les turpitudes et les drames, les compromissions et les silences, les défaillances et les tâtonnements qu’elle révèle, est assurément une invitation à examiner sa conscience, se convertir, faire pénitence. Pour la plupart d’entre vous, vos Instituts donnent des orientations et vos communautés de vie savent vous soutenir dans leur mise en œuvre.

Comme je l’ai déjà demandé aux prêtres du diocèse, je vous encourage à prier particulièrement durant ce temps de Carême dans lequel nous entrons, pour toutes les personnes victimes et leurs proches, ainsi que pour les abuseurs souvent enfermés dans le déni, et qui n’en demeurent pas moins des personnes sur lesquelles nous ne possédons pas le jugement ultime. Le vendredi qui nous unit plus étroitement au Christ, en sa Passion d’amour pour le monde, pourrait particulièrement convenir.

Dans le respect de votre autonomie, permettez-moi, fraternellement, de vous faire une autre suggestion. Ne conviendrait-il pas d’engager une réflexion pour redécouvrir et approfondir, ce que signifie « obéir », aujourd’hui ? Parmi les témoignages entendus, il s’en est trouvé qui ont révélé une mauvaise compréhension de cet engagement structurant de la consécration religieuse. Dans la mesure où l’obéissance mal comprise peut faciliter diverses formes d’abus, il convient d’examiner les manières dont elle est demandée par les supérieurs et vécue et consentie par les membres. S’attrister des abus désormais connus est notoirement insuffisant si cela ne déclenche pas une réflexion et des actions pour qu’ils ne se reproduisent pas. L’obéissance est assurément une vertu majeure qui s’inspire de celle du Christ. Mais l’obéissance du Christ à la volonté de son Père n’a jamais été une négation et un abandon de son discernement et de sa conscience. Des « adaptations » sont à faire entre l’obéissance du Christ enracinée dans la perfection divine de sa relation à son Père, et l’obéissance entre des personnes toujours marquées par la blessure, la fragilité, voire des pathologies mortifères. Une imitation qui soit véritablement humanisante, libre, responsable et conforme à la dignité inviolable de la personne humaine, telle doit être cette obéissance vécue dans la vie consacrée.

En terminant cette lettre, chers soeurs, chers frères, je vous redis ma gratitude, ma prière, et mon dévouement. Que la fidélité du Seigneur Jésus et la force de l’Esprit Saint vous accompagnent pour que votre consécration demeure source de joie, de confiance en Dieu et de rayonnement, partout où vous pouvez être.

Mgr Jacques Benoit-Gonnin,
évêque de Beauvais, Noyon et Senlis

Articles #En France #NLH #NLQ

Mgr Dominique Lebrun : « il y a de la pourriture au sein de notre Église catholique » 

Je suis troublé avec vous tous

Message de l’archevêque aux fidèles

Le cardinal PHILIPPE BARBARIN vient d’être condamné pour « non-dénonciation de mauvais traitements envers un mineur ». Je ne commente pas cette décision de justice. Elle s’ajoute à d’autres révélations et condamnations de prêtres, d’évêques, de religieux ou religieuses qui ont abusé d’enfants ou de personnes fragiles, crimes terribles. En raison même des processus psychologiques, on peut penser que les victimes n’ont pas toutes parlé. À cela se sont ajoutés des comportements de la hiérarchie et des proches des victimes qui ont étouffé des paroles.

Il y a de quoi être troublé. Je le suis avec vous tous. Nous apprenons de Jésus qu’il n’y a pas d’impasse pour les pécheurs. Nous découvrons des péchés graves, aggravés parce qu’ils ont été cachés. Le chemin passe par l’acceptation de notre péché. Je n’imaginais pas à quel point il y a de la pourriture au sein de notre Église catholique. Est-ce par aveuglement ou par orgueil ? Est-ce par protection plus ou moins consciente de l’Église ou des personnes ? Je ne sais pas répondre. Je m’examine moi-même, et chacun a sans doute sa réponse. En tous les cas, nous avons maintenant à accueillir la lumière qui éclaire ces ténèbres.

Notre espérance n’en est pas moins grande. Par avance, Jésus a interrogé l’Église qui critique si facilement la société : « Qu’as-tu à regarder la paille qui est dans l’œil de ton frère alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ? » (Mt 7,3). Chacun peut accueillir cette question, surtout au temps du carême. Accueillir humblement la question est déjà chemin de salut.

Combien de temps encore cette purification va-t-elle durer ? Je n’ai pas de réponse. Je demande seulement au Seigneur de ne pas nous tenter au-delà de nos forces, comme il l’a promis. Je le supplie aussi de regarder tout le bien que nos communautés avec leurs prêtres, leurs religieux et religieuses, leur évêque font en vivant l’Évangile.
Oui, Jésus continue de dire à son Église comme à Pierre : « Arrière Satan, tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu » (Mt 16, 23) et de l’interroger « Pierre, m’aimes-tu ? » (Jn 21, 15) pour lui redonner sa confiance. Oui Jésus continue de nous « faire de vifs reproches » (Mc 8, 32) en nous disant aussi : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création » (Mc 16, 15).

Puisse le carême être vraiment un temps favorable.

Avec beaucoup d’amitié et en communion.

À Rouen, le 8 mars 2019.

DOMINIQUE LEBRUN

Archevêque de Rouen

 

Site du diocèse de Rouen