En France #NLQ

Avec Marie “Faites tout ce qu’Il vous dira”

Voulez-vous Vivre :

 

 PAR Marie,

 

POUR Marie,

 

AVEC Marie et

 

EN Marie ?

Nous vous proposons plusieurs dates pour vous y préparer et vous donner à Jésus par Marie en recevant gracieusement pendant 9 jours une préparation

21 Novembre : Présentation de Marie au Temple préparé par

les Serviteurs de Jésus et Marie

8 Décembre : Fête de l’Imamculée Conception, avec

la Communauté Saint Martin

25 Décembre, Noël avec

La Communauté Saint Jean

31 Décembre : Fête de la Sainte Famille

avec la Petite Sentinelle et le Père Jaroslav, LC

Inscrivez-vous vite sur Notre Dame de France

 

Répondez à l’appel de la Vierge Marie à Fatima, seul, en famille, en école, en paroisse… Que toute la France se mette dans son Cœur Immaculé.

 

Enthousiasmés par l’élan de prière manifesté lors de l’édification de la statue de Notre-Dame de France en 1988, des laïcs ont éprouvé le désir de se regrouper en une Confrérie vouée à Notre-Dame et plus spécialement à Notre-Dame de France, Notre-Dame de toute la France, Notre-Dame, Reine de France.

Le but et la conviction de la Confrérie Notre-Dame de France sont de faire connaître la Vierge, de la faire aimer, convaincue que, devant le déchaînement des forces du mal, « la victoire, quand elle viendra, viendra par Marie. »

La dynamique de Notre Dame de France tient en ces deux phrases :

« Tu publieras ma gloire » suivant la demande de Marie à Pellevoisin

« A Jésus par Marie » selon Saint Louis Marie Grignion de Montfort

Pour répondre à de nombreux appels de la Sainte Vierge Marie, Notre Dame de France propose la Consécration à Jésus par le Cœur Immaculé de Marie, propageant ainsi la dévotion à Marie dont Dieu Lui-même veut l’établissement dans le monde.
Pour que la France se consacre et appartienne ainsi totalement à Marie, il est nécessaire de commencer par la Consécration individuelle de ses enfants.
A faire seul, en famille, en paroisse, en groupe de prière…
Cette action, maintenant bien lancée depuis le 8 décembre 2015, continue… profitant des (nombreuses) fêtes mariales pour proposer des neuvaines préparatoires à cet acte de consécration.

En France #NLQ

Remettons tout notre être à Marie

Répondez à l’appel de la Vierge Marie à Fatima, 

seul, en famille, en école, en paroisse…

Que toute la France se mette dans son Cœur Immaculé.

 

Enthousiasmés par l’élan de prière manifesté lors de l’édification de la statue de Notre-Dame de France en 1988, des laïcs ont éprouvé le désir de se regrouper en une Confrérie vouée à Notre-Dame et plus spécialement à Notre-Dame de France, Notre-Dame de toute la France, Notre-Dame, Reine de France.

Le but et la conviction de la Confrérie Notre-Dame de France sont de faire connaître la Vierge, de la faire aimer, convaincue que, devant le déchaînement des forces du mal, « la victoire, quand elle viendra, viendra par Marie. »

La dynamique de Notre Dame de France tient en ces deux phrases :

« Tu publieras ma gloire » suivant la demande de Marie à Pellevoisin

« A Jésus par Marie » selon Saint Louis Marie Grignion de Montfort

Pour répondre à de nombreux appels de la Sainte Vierge Marie, Notre Dame de France propose la Consécration à Jésus par le Cœur Immaculé de Marie, propageant ainsi la dévotion à Marie dont Dieu Lui-même veut l’établissement dans le monde.
Pour que la France se consacre et appartienne ainsi totalement à Marie, il est nécessaire de commencer par la Consécration individuelle de ses enfants.
A faire seul, en famille, en paroisse, en groupe de prière…
Cette action, maintenant bien lancée depuis le 8 décembre 2015, continue… profitant des (nombreuses) fêtes mariales pour proposer des neuvaines préparatoires à cet acte de consécration.

Prochaines dates à choisir :

    • 13 octobre : Notre Dame de Fatima préparation par les petites Soeurs de la Consolation et de la Sainte Face à Draguignan

​​

      • 21 Novembre, Présentation de Marie au Temple : par les Serviteurs de Jésus et de Marie,

Abbaye d’Ourscamp

Il vous est également possible de préparer votre acte de consécration lors d’une neuvaine de 30 jours, avec le Père Wiehe.

Répondons de plus en plus nombreux à l’appel de Marie à Fatima ! 

 Notre Dame de France propose de vous inscrire pour recevoir la préparation à la Consécration « À Jésus par le Cœur Immaculé de Marie »

Inscrivez-vous  : http://www.notre-dame-de-france.com

A la une #Doctrine / Formation #NLH #NLQ

Le Mont Saint-Michel et sa spiritualité

A l’occasion de la sortie d’un livre sur le Mont Saint-Michel, Cyril Brun reçoit Henry Décaëns président de l’association des Amis du Mont Saint Michel, historien, écrivain. Après ses études de droit et d’histoire, Henry Decaëns a été successivement bibliothécaire et directeur de la maison d’édition de l’université de Rouen, tout en étant guide-conférencier à l’abbaye, administrateur de l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen, membre de plusieurs sociétés de défense du patrimoine, dont les Amis du Mont-Saint-Michel, qu’il préside.  
Il est aussi l’auteur de nombreux livres et articles sur la Normandie et sur l’histoire du Mont. 

Une émission de TVNormanChannel présentée par Cyril Brun, en collaboration avec le site Cyrano : 

En France

Ces KTO qui s’engagent – Et… toi ?

Message de saint Paul pour toi (oui toi qui viens de lire ces 6 mots) :
« Puisque nous avons des dons différents, selon la grâce qui nous a été accordée, que celui qui a le don de prophétie l’exerce selon l’analogie de la foi ; que celui qui est appelé au ministère s’attache à son ministère ; que celui qui enseigne s’attache à son enseignement. » (Rm 12.6)

Voilà un saint Paul bien posé ne trouvez-vous pas ? Il nous a habitué à plus de verve et d’apostrophe. Imaginez-vous cette petite invitation, avec le ton de la lettre aux Thessaloniciens et aux Corinthiens, où chacun en prend pour son grade. Cela pourrait donner, version ‘aujourd’hui’ :

Toi ! Oui toi qui es en train de me lire ! Tu sais bien que nous avons tous reçu des dons différents ? Non ? Tu sais aussi qu’il y a une certaine parabole des talents… ça te parle ça…

Un jour saint Pierre, avec qui tu sais que je n’ai pas toujours été d’accord, en a même rajouté une couche : les dons de Dieu ne sont pas pour toi mais pour les autres. Nous sommes dispensateurs des grâces disait-il dans sa première lettre. Car, comme je l’ai dit et redit à ces têtes de mules de Corinthiens, qu’as-tu que tu n’aies reçu ?

Donc toi qui me lis et me rabâche même depuis des années… si tu as reçu, c’est un don de Dieu non pour toi mais pour les autres.

Alors on fait une petite pause : toi qui as reçu le don de… (complète et ne tourne pas la tête, c’est bien à toi que je m’adresse) qu’attends-tu pour que ce don serve la gloire de Dieu et le salut des hommes qui passent sous ton nez ? Non, non ne regarde pas le bon samaritain, ou les saints canonisés, c’est toi, là, aujourd’hui avec ce que Dieu t’a donné.

Ne serais-tu pas en train de commettre un petit larcin en gardant ces dons pour toi ou en les enterrant ? Une petite lâcheté ? Une désobéissance à Dieu ? Un égoïsme ? Un peu d’avarice ! Moui… pas très très glorieux ça !

Alors hop hop hop on se réveille et on ne lâche pas (ONLR comme qui dirait) :

Toi qui me lis, quel est ce don de Dieu pour les autres ? Comment tu dis ? Répète-le ?… Et alors ? Tu attends quoi pour servir Dieu et ton prochain avec cette grâce ? D’avoir fini tes études ? Ah parce qu’on ne peut être étudiant et servir son prochain ? D’avoir élevé tous tes enfants ? Et après, il y aura les petits-enfants et au train où vont les choses, les arrières petits…

Juste un petit post signé de ma main comme je le fais à la fin de mes lettres : si le monde va mal et aime si peu Dieu, ce n’est pas tant parce que Dieu ne fait rien pour le monde que parce que “tu”, “je” ne fais pas ce que Dieu attend que “tu”, “je” fasses de ses grâces pour le monde.

En France #NLH #NLQ

Ces KTO qui s’engagent : prier pour sauvegarder le “blanc manteau d’églises” en France

Les priants des campagnes : s’engager pour sauver notre patrimoine religieux rural

“Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux.”

Le président de cette jeune association nous a longuement, et avec passion, présenté le cœur de son engagement, et nous l’en remercions !

Le but de l’association “priants des campagnes” est de contribuer, par toutes actions et tous moyens, humains, spirituels, politiques, juridiques, matériels et financiers, à la conservation et la sauvegarde de tous lieux de culte constitutifs du patrimoine cultuel et culturel de la France et de ses territoires, en particulier des églises et chapelles et ainsi leur conserver leur vocation de lieu de prière commune.

Nous devons avoir la fierté d’aller prier publiquement, l’enfouissement c’est fini ! Le primat de notre action, c’est la prière, et nous invitons tous ceux qui le souhaitent à nous rejoindre… mais comme nous sommes des êtres incarnés, il nous faut évidemment des moyens., nous avons besoin de “choses visibles”, qui nous touchent. Les églises nous permettent d’accéder à l’Invisible.

Nous croyons en la force de la prière commune fréquente dans nos églises de campagnes. Ainsi  “habitées” par la prière, elles seront sauvegardées et maintenues comme lieux de culte. Nous croyons en outre que le patrimoine historique et civilisationnel qu’elles représentent constitue une telle richesse culturelle qu’elles doivent être entretenues et conservées, par un engagement spirituel et, si nécessaire, financier.

Dans un village, l’église est la mémoire des familles ! C’est pourquoi nous invitons tous les amoureux de ce patrimoine, qu’ils soient croyants ou non croyants, pratiquants ou non pratiquants, habitant les villes, grandes ou petites, ou la campagne, à nous rejoindre en manifestant leur soutien par adhésion ou aide quelconque.

Alors, concrètement, quels sont les différents engagements que nous proposons ?

Notre association a besoin d’adhérents pour avoir du poids avec les différents interlocuteurs. Mais pour nous, il s’agit en premier lieu de promouvoir la prière dans le maximum d’églises de nos campagnes et petites villes. Marquer le début de la prière par le son des cloches est une manifestation de notre foi ; sans faire de prosélytisme, les chrétiens, et les catholiques en particulier, ont le devoir de manifester au monde leur attachement à la prière commune et fréquente. C’est pourquoi, nous recommandons de faire sonner quelques instants les cloches de l’église en début et/ou en fin de prière.

Si les catholiques manifestent ainsi leur attachement à leurs lieux de prière, ils seront sauvegardés.

Je suis touché par ce “blanc manteau d’églises” (l’expression est de Raoul Glaber et date du XI°siècle) qui recouvre la France et forme comme un immense monastère invisible… Monastère qui nous est confié à nous, laïcs, et il nous appartient de permettre le maintien de rites tels que l’Angélus.

Et je rêve d’un jour où les 42.000 églises de France seraient éclairées à la même heure pour une même prière : cela se verrait, cela s’entendrait ! Si les catholiques retournent prier dans leurs églises, cela se saura !

A bon entendeur…

Retrouvez l’association en ligne

 

En France #NLQ

Notre histoire avec Joseph : la France lui est aussi consacrée !

Il y a quelques jours, nous vous rappelions que la France avait été offerte à Notre-Dame par Louis XIII, qui lui avait fait donation de son royaume. Cet acte venait confirmer que la Vierge Marie est chez elle en France ! Notre histoire est en effet jalonnée de ses apparitions, comme autant de repères qui nous invitent à tourner nos regards vers la Reine du Ciel, confiants en la puissance de son intercession.

Nous avons cet été, au fil des semaines, relu avec vous ces pages d’histoire et parcour ces lieux d’apparitions de la Vierge Marie.

Aujourd’hui, nous nous permettons un petit détour… familial, pour nous rappeler que la France a été consacrée également au gardien de la Sainte Famille.

En ce début du mois de septembre, nous voilà en période de rentrée, synonyme de reprise du travail pour ceux qui ont pu prendre des vacances, retour sur le chemin de l’école pour nos têtes blondes, reprise d’un rythme familial plus “classique”, de choix d’engagements à prendre, à maintenir ou à faire évoluer… Confions notre rentrée et notre année à saint Joseph !

 

Consécration de la France à St Joseph par le roi de France Louis XIV
le 19 mars 1661
 

 En 1621, le pape Grégoire XV élève la fête de Saint Joseph le 19 mars au rang de fête d’obligation  ; ce jour devient un jour chômé. Toutefois, cette décision pontificale n’est pas reçue partout immédiatement, l’aval des princes étant nécessaire pour qu’elle ait force de loi dans chaque Royaume.

En France, c’est au tout début du règne personnel de Louis XIV que la Saint Joseph est reconnue.

 

La jeunesse du Roi a été marquée par la dévotion à St Joseph. C’est, rappelons-le, aux neuvaines faites à Notre-Dame et à saint Joseph qu’est dûe sa naissance en 1648. Celui-ci se rendra en pèlerinage d’action de grâces à Cotignac, en compagnie de sa mère Anne d’Autriche, le 21 février 1660.

Image associée

Le 7 juin 1660, l’apparition de saint Joseph près du village de Cotignac en Provence a fait grand bruit à la Cour. L’infante Marie-Thérèse d’Espagne est entrée en France, en traversant la Bidassoa avec son futur mari Louis XIV, ce même 7 juin 1660, pour le mariage royal à Saint-Jean-de-Luz. Frappé par la coïncidence des événements du 7 juin , Louis XIV ne peut qu’accéder à la sollicitation de sa mère et de celle qui est devenue son épouse, de consacrer son royaume à saint Joseph.

Dans la nuit du 8 au 9 mars 1661, le cardinal Mazarin meurt, après plus de quinze ans de gouvernement. Le 10 mars, Louis XIV, âgé de 22 ans, annonce qu’il va gouverner seul à la surprise générale, toujours assisté de ses deux conseils, mais sans ministre principal.

Le 12 mars, trois jours après, un des premiers actes de gouvernement de Louis XIV fut donc de solenniser sans retard le culte de saint Joseph, en faisant chômer sa fête dans tout le Royaume. Les rares évêques qui purent être contactés à temps donnent leur accord. Le lendemain, 13 mars, pendant la réunion du Conseil d’En-Haut, le Roi interdit donc tout commerce et tout travail tous les 19 mars à partir de 1661.

Et le matin du samedi 19 mars 1661, dans la chapelle du Louvre, le Roi Louis XIV consacre la France à Saint Joseph.

Après les vêpres, Bossuet célèbre les gloires du nouveau protecteur de la patrie, en présence d’Anne d’Autriche :

«  Joseph a mérité les plus grands honneurs, parce qu’il n’a jamais été touché de l’honneur  ; l’Eglise n’a rien de plus illustre, parce qu’elle n’a rien de plus caché. Je rends grâces au Roi d’avoir voulu honorer sa sainte mémoire «  «  avec  »  » une nouvelle solennité. Fasse le Dieu tout-puissant, que toujours, il révèle ainsi la vertu cachée  ; mais qu’il ne se contente pas de l’honorer dans le ciel, qu’il la chérisse aussi sur la terre. Qu’à l’exemple des rois pieux, il aille quelquefois la forcer dans sa retraite… Si votre Majesté, Madame, inspire au Roi ces sages pensées, elle aura pour sa récompense la félicité  ».

Jusqu’à la Révolution, la consécration de la France est célébrée dans tout le Royaume.

Le 17 mars 2012, Mgr Rey consacrait à saint Joseph le diocèse de Fréjus-Toulon : ses prêtres, ses diacres, ses consacrés, toutes les familles et tous les habitants du Var.

Cette année, nous fêterons saint Joseph le lundi 20 mars ; demandons lui, pour la France, la grâce d’un dirigeant selon le cœur Dieu, en nous rappelant ces paroles de sainte Thérèse d’Avila : « Depuis plusieurs années, ce me semble, je lui demande une grâce le jour de sa fête, et je l’ai toujours obtenue. Lorsque ma supplique est quelque peu de travers, il la redresse pour le plus grand bien de mon âme… »

Source

En France #NLQ

Plus que 2 jours pour commander la Divine Box de septembre !

De l’abbaye à la maison directement : une sélection des trésors monastiques pour le plaisir des papilles. Divine Box, la « box des monastères » dont nous vous avons déjà parlé, sort en septembre sa cinquième box mensuelle thématique déclinée autour du raisin, vendanges obligent !

Pour s’abonner ou pour offrir, c’est par ici  !

En France #NLQ

Prier avec bienheureux Frédéric Ozanam

Du 1er au 9 septembre, priez avec le bienheureux Frédéric Ozanam, initiateur du catholicisme social, fondateur de la société Saint-Vincent de Paul, béatifié par Jean Paul II en 1997.

1. De quoi s’agit-il ?

Pendant 9 jours, vous découvrirez progressivement cette belle figure de sainteté du 19ème siècle, que Jean-Paul II a béatifié le 22 août 1997, affirmant :

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même » (Lc 10,27). Fidèle à ce commandement du Seigneur, Frédéric Ozanam, a cru en l’amour, l’amour que Dieu a pour tout homme. Il s’est lui-même senti appelé à aimer, donnant l’exemple d’un grand amour de Dieu et des autres. Il allait vers tous ceux qui avaient davantage besoin d’être aimés que les autres, ceux auxquels Dieu Amour ne pouvait être effectivement révélé que par l’amour d’une autre personne. Ozanam a découvert là sa vocation, il y a vu la route sur laquelle le Christ l’appelait. Il a trouvé là son chemin vers la sainteté. Et il l’a parcouru avec détermination.

Par lui, l’Eglise nous offre un modèle rare, celui d’un homme marié, père de famille, qui exerçait un beau métier et pratiquait la charité avec empressement. Vous cheminerez ainsi en sainteté à ses côtés.

2. Concrètement ?

En vous inscrivant sur Hozana, vous recevrez, du 1er au 9 septembre :

– JOUR 1 à JOUR 5 : des éléments de la vie du bienheureux Ozanam, et des extraits de textes écrits par lui,

– JOUR 6 à JOUR 9 : des éléments vous initiant à sa spiritualité, et des prières écrites par lui.

Le 9 septembre est le jour où l’Eglise célèbre la fête du Bienheureux Ozanam.

3. D’où viennent ces textes ?

Ces textes ont été écrits (biographie, spiritualité) ou sélectionnés (prières) par le Père Emmanuel Coquet, ancien curé de Saint Joseph-des-Carmes. L’éditeur remercie également Marie-Camille Raffin et la Société de Saint-Vincent-de-Paul pour leur généreuse collaboration.

Ils constituent le contenu du livret consacré au bienheureux Ozanam (illustré par Augustin Frison-Roche) que l’association Connaissance des Saints de Notre Temps a édité, et diffuse gratuitement : voir son site http://saints-de-notre-temps.fr. 

4. Invitez autour de vous !

Nous vous suggérons d’inviter largement vos amis et vos rencontres à rejoindre et partager cette neuvaine, pour grandir en sainteté à l’école du Bienheureux Ozanam.

Source

Asie #NLQ

De graves inondations au Bangladesh, Népal, et Inde ont fait des centaines de morts et des milliers de déplacés

Depuis plusieurs semaines, le Bangladesh, le Népal, et l’Inde sont frappées par des inondations meurtrières, dues à la mousson. Ces inondations frappent ces régions depuis la mi-août et ont fait des centaines de morts et des milliers de déplacés selon des chiffres encore provisoires.

Selon la Croix-Rouge, il s’agit des plus graves inondations en Asie du Sud depuis des décennies et 24 millions de personnes seraient menacées par cette catastrophe.

La même source indique qu’au Népal, les gens ont perdu leurs maisons, leurs papiers, tous leurs biens, mais que les eaux auraient commencé à se retirer, tandis qu’elles continuaient de monter en Inde et au Bangladesh.

Le pape, qui projetterait de se rendre au Bangladesh en novembre prochain, a évoqué ces inondations, en italien, après l’angélus de midi, de ce dimanche 27 août, depuis le bureau du palais apostolique du Vatican qui donne place Saint-Pierre.

«  Ces derniers jours, a déploré le pape, de grandes inondations ont frappé le Bangladesh, le Népal, et l’Inde. J’exprime ma proximité aux populations et je prie pour les victimes et pour ceux qui souffrent de cette calamité.  »

Source

En France #NLQ

Notre histoire avec Marie : ND du Saint-Cordon, plus de 1000 ans de grâce

Depuis plus de 1000 ans, Notre Dame du Saint-Cordon est vénérée à Valenciennes (Hauts-de-France) comme protectrice de la ville qu’elle a sauvée à plusieurs reprises de terribles épidémies. 

Le temps des épreuves. En l’an 1008, une terrible peste vient éprouver Valenciennes (département du Nord). La ville perd en quelques jours 7 000 à 8 000 de ses habitants. Aucune famille n’est épargnée. L’effroi se répand dans la cité. Nuit et jour, la chapelle de Neufbourg que Charlemagne venu à Valenciennes avait dédiée à Marie ainsi que d’autres églises se remplissent depriants. Ils supplient la mère de Dieu de se souvenir que la miséricorde est le plus beau fleuron de sa couronne.  

L’ermite Bertholin.
 Un peu à l’extérieur, au sud de la ville, vit un saint ermite à qui la tradition donne le nom de Bertholin. Il habite une pauvre cabane bâtie près d’une fontaine qui a depuis pris le nom de Notre-Dame de Fontenelle. Cet ermite voue sa vie à la méditation et passe de longues heures au pied de la statue de Marie, pour laquelle il a une dévotion toute filiale. Sa sainteté attire souvent à lui de nombreux visiteurs venus de la ville. Devant les malheurs des Valenciennois, il redouble de prières, ouvrant plus grand encore son cœur à la Vierge Marie. Celle-ci lui apparaît alors et lui dit : « Va trouver mon peuple de Valenciennes. La nuit qui précédera la fête de ma nativité, mon peuple saura que ses vœux seront exaucés. Que les habitants se rendent alors sur les murailles de la ville, là ils y verront des merveilles. » Nous sommes le dernier jour du mois d’août de l’an 1008. Le saint ermite s’adresse alors au comte Herman, Haute Autorité de la cité, et lui fait part de la promesse de Marie. Quand les habitants apprennent cette nouvelle, ils prient plus encore.
   

L’apparition de la Vierge Marie.
 Le 7 septembre 1008, à la tombée de la nuit, le comte, le magistrat et une foule considérable se pressent ainsi sur les remparts de la ville, les yeux fixés vers le ciel. Soudain, les ténèbres font place à la lumière ; et au milieu de celle-ci, devant plus de 15 000 témoins, apparaît, immobile au-dessus de la chapelle bâtie par Charlemagne, une Reine entourée d’une auréole aussi étincelante que douce, accompagnée d’anges. Elle tient à la main un immense cordon écarlate. Un ange en prend une extrémité et fait le tour de la ville dans la circonférence de deux lieues, en laissant tomber sur son passage le précieux cordon qui bientôt environne la cité comme une ceinture protectrice. Le circuit terminé, la vision s’évanouit. À cet instant même, la contagion cesse et ceux qui étaient atteints par la peste furent guéris.
   

Le Saint-Cordon. En reconnaissance pour l’immense bienfait reçu, au nom et avec la population de Valenciennes, les autorités de la cité s’engagent par vœu à suivre chaque année le tracé du Saint-Cordon en une procession le 8 septembre ou le deuxième dimanche de septembre. Et depuis maintenant plus de dix siècles, les Valenciennois n’ont jamais manqué à cet engagement de « faire le Tour du Saint-Cordon » (aujourd’hui 17 km), suivi d’une neuvaine de prières. En 1292, la municipalité offre même un cierge de 600 livres pour remercier Marie de ses grâces renouvelées. La continuité d’un pèlerinage sur une telle période est unique dans l’histoire de la chrétienté.   

1000 ans de fierté locale.
 Dès cette époque et de génération en génération depuis 1 000 ans, une confrérie dite des « Royés de Notre-Dame du Saint-Cordon » est la gardienne de cette « fierté de Valenciennes ». Elle continue d’assurer et d’entourer toujours d’une grande solennité cette manifestation, même dans les circonstances les plus critiques qui ont jalonné l’histoire de la ville nordique.
   

Lire la suite sur Notre histoire avec Marie