Asie

Myanmar – Le Cardinal Bo appelle à mettre fin aux crimes contre la minorité des Rohingyas : « La paix est le seul chemin »

« La paix est possible – La paix est le seul chemin », affirme le cardinal Charles Maung Bo, archevêque de Yangon. Le premier cardinal de Birmanie de l’histoire s’élève « contre l’extrémisme religieux, le sort des personnes déplacées, le traitement des minorités », notamment des Rohingyas, dans son pays.

« Ému par la souffrance humaine », le cardinal Bo lance un appel, dans un message rendu public le 26 juin 2017, à mettre fin aux «  violations flagrantes des droits de l’homme dans l’État de Rakhine, l’État de Kachin et l’État du nord du Shan et, en fait, dans toute la Birmanie  ».

Le cardinal rappelle que le pape François avait pris la défense de la minorité musulmane birmane des Rohingyas, persécutée dans son pays, lors de l’audience générale du 8 février 2017. Ce sont « des gens bons, des gens pacifiques… ils sont nos frères et sœurs », avait-il dit.

En février 2017le cardinal Bo avait exhorté la communauté internationale à être vigilante pour « mettre un terme à la violence et à la terreur ». L’Église de Birmanie a proclamé 2017 Année de la paix.

Dans sa déclaration, le cardinal affirme que «  les allégations de ‘nettoyage ethnique’, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité devraient faire l’objet d’une enquête approfondie et indépendante  ». Il appelle « le gouvernement du Myanmar à travailler avec la communauté internationale pour enquêter sur les crimes signalés par les Nations Unies, d’une manière véritablement indépendante, qui aboutisse à la justice et à la responsabilité ».

Le cardinal rappelle que « le Myanmar (Birmanie) en tant que pays est confronté à de nombreux défis ». « Ceux qui soutiennent les Rohingyas ont raison de condamner toutes les violations des droits de l’homme, ajoute-t-il, mais ils doivent également aller de l’avant en maximisant la paix fondée sur la justice dans toutes les occasions.  »

« Des changements se produisent » en Birmanie, note le cardinal, même si ce n’est pas « aussi rapide que la communauté internationale et les groupes de défense des droits humains le souhaitent ». « Des conférences sur la paix ou toutes les parties prenantes sont invitées à dialoguer ont lieu, poursuit-il. Les rassemblements de paix inter-religieux gagnent de la force, mettant à l’écart les éléments extrémistes. Ces étapes ne sont pas des signes parfaits, mais encourageants. »

En concluant, le cardinal Bo adresse ses vœux de Ramadan à tous les musulmans et souligne que «  le Ramadan réaffirme notre engagement à contribuer à la paix ».

La minorité musulmane des Rohingyas est considérée par l’ONU comme l’une des plus persécutées. Selon les données de l’Arakan Project, organisation humanitaire défendant des droits des Rohingyas, depuis 2010, quelque 100 000 membres de cette minorité ont fui Birmanie (Myanmar) par la mer. Les violences entre bouddhistes radicaux et Rohingyas ont fait, depuis 2012, plus de 200 morts et 140 000 déplacés.

Source : Zenit

Asie #NLQ

Chine – Décès de Mgr Liu Shigong, évêque de Jining

Mgr Giovanni Liu Shigong, évêque de Jining (Tsining), en Mongolie intérieure (Chine continentale), est mort de maladie le 9 juin 2017 à l’âge de 89 ans, a annoncé le Saint-Siège. Il salue son « style de vie exemplaire », sa « grande piété » et son service de l’Église, « inlassable et dans la fidélité au Seigneur ».

Né le 18 août 1928 à Wulannao (Siziwangqi, ville de Wulanchabu) il était entré au séminaire en 1949, commençant ses études à l’Institut de philosophie de Hohhot, qui fut fermé quelque temps plus tard.

En 1952, il reprit sa formation au séminaire de Hohhot et il fut ordonné prêtre en 1956. Il exerça son ministère dans la paroisse de Guyingzi (Siziwangqi) jusqu’à ce que toutes les activités religieuses soient interdites en Chine. Il fut alors contraint de se consacrer aux travaux agricoles pour assurer sa subsistance.

Pendant la Révolution culturelle, il fut soumis, pendant un certain temps, aux travaux forcés. En 1984, après la libéralisation des activités religieuses, il devint curé de Duyingzi et travailla dans les quatre paroisses du Siziwangqi.

Il fut ordonné évêque pour le diocèse de Jining le 12 octobre 1985. Les fidèles et les prêtres lui ont toujours voué beaucoup d’affection et de gratitude pour son engagement pastoral et pour son style de vie exemplaire. Fidèle à sa vocation, il avait une grande piété et il a service l’Église de manière inlassable et dans la fidélité au Seigneur, dans les circonstances favorables comme dans les situations adverses.

Le diocèse de Jining compte actuellement environ 65.000 fidèles, 29 prêtres, 12 sœurs de la Congrégation diocésaine du Rosaire de Marie, 25 paroisses et 40 lieux de prière.

Les obsèques de Mgr Liun Shigong ont été célébrées le 15 juin dans la cathédrale du diocèse. Il a ensuite été enseveli dans le cimetière catholique de Huaershan.

Source : Zenit

A la une #En France #NLH #NLQ

Derniers jours du mois du Sacré Cœur – Participez vous aussi aux 200 000 prières pour Lui confier la France

Après avoir prié plus de 100.000 Ave pour le chef de l’Etat, InfoCatho vous invite à rejoindre la chaîne de prière 200.000 prières au Sacré Cœur pour la France, à l’occasion du mois de juin, mois du Sacré Cœur.

TRENTE JOURS DE PRIÈRE AU SACRÉ-CŒUR POUR LA FRANCE :

durant tout le mois de juin

Il y a plus de 300 ans, le Christ est apparu à sainte Marguerite-Marie lui dévoilant Son Sacré-Cœur et lui formuler des demandes pour la France dont la moitié n’a pas été accomplie. Nous vous proposons d’implorer le Sacré-Cœur dont la fête (23 juin 2017) aura lieu cinq jours après le deuxième tour des élections législatives afin d’obtenir le salut de la France, qui depuis si longtemps, résiste à Ses demandes. Nous confierons au Sacré-Cœur de Jésus le résultat de ces élections ainsi qu’au Cœur Immaculé de Marie.

Les demandes du Christ à Louis XIV pour la France (1689)

  • La consécration de Louis XIV à son Sacré-Cœur.
  • L’image du Sacré-Cœur apposée sur les étendards de la France et gravée sur les armes du roi.
  • La construction d’un édifice où le tableau de ce divin Cœur sera exposé.

Autres demandes de notre Seigneur

  • Une fête en l’honneur de son Cœur pour l’adorer, le glorifier, le consoler et « l’aimer au nom de tous ceux qui ne l’aiment point ». La Fête du Sacré-Cœur, célébrée trois semaines après la Pentecôte, instituée en 1765 et étendue à toute l’Église en 1856.
  • La messe du Sacré-Cœur
  • 12 promesses à tous ceux qui auront une vraie dévotion à son Sacré-Cœur ou l’adoreront dans le Saint-Sacrement. (Vous pouvez recevoir le contenu des 12 promesses en écrivant à l’adresse suivante : saintjosephfrance@gmail.com)

Prière pour la France (à lire quotidiennement)

Père éternel, Qui avez choisi la France pour révéler au monde le Cœur plein d’Amour de Votre Fils par sainte Marguerite-Marie, nous Vous supplions d’avoir pitié de notre pays qui depuis plus de 300 ans n’a pas encore répondu à toutes les demandes faites à Louis XIV concernant le Sacré-Cœur, et nous Vous implorons au nom du Cœur de Jésus de réparer les erreurs de la France.

Jésus doux et humble de cœur, Vous qui avez versé votre sang pour nous sauver, et qui Vous êtes plaint de ne recevoir que des ingratitudes pour tout l’Amour que Vous aviez pour les hommes, régnez sur nous.

Esprit-Saint, Amour du Père pour le Fils, embrasez la France de l’Amour que Vous avez pour le Cœur de Jésus et chassez en les ténèbres.

Sainte Trinité, nous Vous confions les âmes du purgatoire qui ne peuvent plus rien pour elles, mais peuvent tout pour nous et nous Vous demandons leurs prières pour le salut de notre pays.

Vierge Marie, Reine de France depuis le vœu de Louis XIII, nous déclarons dans la foi la royauté de votre Cœur Immaculé sur notre pays. Priez et veillez sur chaque Français comme Vous l’avez fait pour Votre Fils, et avec Vos anges écrasez la tête de l’antique serpent.

Saint Joseph, qui êtes apparu à Cotignac et à qui Louis XIV a consacré la France, protégez la France de la même façon que vous avez protégé l’enfant Jésus et la Vierge Marie.

Saint Michel Archange, à qui la France a été consacrée par les évêques en 1912, venez à notre secours avec toutes vos légions angéliques, et mettez en fuite les esprits mauvais qui veulent la perte de notre pays.

Sainte Jeanne d’Arc et Sainte Thérèse, patronnes secondaires de la France, qui avez donné vos vies pour Dieu et les âmes, veillez sur nous.

Sainte Marguerite Marie, saint Claude La Colombière, apôtres du Sacré-Cœur et tous les saints, priez pour nous. Saints anges, veillez sur nous. Ainsi soit-il.

(Suggestion, accompagner cette prière d’une dizaine de chapelet ou d’un chapelet entier)

 

Inscrivez-vous ci-dessous

 

Tribunes et entretiens

Terres de Mission : L’ indispensable travail de SOS Chrétiens d’Orient – Les cathos de retour ? – Le succès du pèlerinage de Chartres

Au sommaire de cette nouvelle émission de Terres de Mission :

  • Eglise universelle : Restauration de la cathédrale grecque-melchite de Homs avec SOS Chrétiens d’Orient. De retour de Homs, seconde ville de Syrie, Benjamin Blanchard, Directeur général de SOS Chrétiens d’Orient fait le point sur la situation dans cette ville après sa libération complète par les troupes de l’armée syrienne. Il dresse l’état des travaux en cours pour la restauration de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Paix très endommagée par un attentat terroriste en mai 2014 et depuis laissée à l’abandon. Il invite tous les amis des chrétiens d’Orient à participer le 29 juin à un son et lumière à l’abbaye royale du Val-de-Grâce sur : Martyr et espérance des chrétiens d’Orient de Saint Paul à nos jours.
  • Eglise en France : Les cathos sont-ils de retour ? Depuis La Manif Pour Tous il est beaucoup question du retour des catholiques en politique. L’abbé Gérald de Servigny, prêtre du diocèse de Versailles, consacre à ce sujet un ouvrage documenté : Les cathos sont-ils de retour ? Ayant pris acte de la débâcle des dernières décennies il propose des éléments d’analyse et lance des pistes de redressement.
  • Eglise en Marche : Bilan du 35ème pèlerinage de Pentecôte. Nouvelle progression numérique pour le 35 éme pèlerinage de Pentecôte honoré cette année de la présence du Cardinal Burke pour sa messe de clôture à Chartres. Jean de Tauriers, président de l’association Notre-Dame de Chrétienté, observe le succès grandissant de ce pèlerinage de conversion et analyse les raisons de ce réveil spirituel.

Doctrine / Formation

Montalembert ou la défense des intérêts catholiques

Une nouvelle émission de TVNormanChannel présentée par Cyril Brun, en collaboration avec le site Cyrano.


Invité : Jean-Noël Dumont, philosophe, fondateur du Collège supérieur de Lyon et administrateur de la Fondation pour l’école, auteur de :

 

NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Le Pakistan, premier pays au monde à délivrer un passeport transgenre

La semaine dernière, le Pakistan est devenu le premier pays au monde à reconnaître le transgendérisme en accordant à un homme qui se considère comme femme, un « passeport transgenre ».

“J’ai reçu mon passeport qui m’attribue le sexe X, et non masculin ou féminin”, a annoncé samedi Farzana Riaz, un transgenre de 30 ans de Peshawar, cofondateur et président de l’association TransAction. “Auparavant, j’avais un passeport qui m’attribuait le sexe masculin. Mais cette fois j’ai dit aux autorités que je n’accepterais plus de passeport s’il ne m’identifiait pas comme transgenre.”

En 2009, le Pakistan est devenu un des premiers pays au monde à reconnaître l’existence d’un troisième sexe. Ils seraient aujourd’hui environ 500.000.

Source

Asie #NLQ

Chine – Un village enfoui par un glissement de terrain, le pape exprime sa proximité

Quarante-six maisons auraient été ensevelies par un glissement de terrain meurtrier, samedi 24 juin, et les agences internationales parlent de plus de 140 disparus. Le pape a évoqué la catastrophe qui a touché le village de Xinmo en Chine, dans la province du Sichuan (centre-est du pays) après la prière de l’angélus de midi, hier dimanche 25 juin, place Saint-Pierre.

« Chers frères et soeurs, j’exprime ma proximité à la population du village chinois de Xinmo frappé hier par un glissement de terrain dû à de fortes pluies  », a dit le pape en italien.

Le pape a dit sa prière : « Je prie pour les défunts et pour les blessés et pour ceux qui ont perdu leur maison. Que Dieu réconforte les familles et soutienne les secouristes. »

Et il a ajouté : «  Je vous suis tellement proche !  » avant de se recueillir un moment en silence.

Source

Asie #NLQ

Inde – Soutien de l’Eglise aux partisans de la naissance de l’Etat du Gorkhaland

Depuis le 8 juin, de violents affrontements opposent les forces de l’ordre et la population locale, les Gorkhas, dans le Darjeeling, un district de l’Etat du Bengale-Occidental situé dans le nord-est de l’Union indienne. Les Gorkhas, membres d’une ethnie d’origine népalaise, revendiquent la sortie de leur région du Bengale-Occidental et la création de l’Etat du Gorkhaland, au sein de l’Union indienne. Alors que les violences continuent, l’Eglise locale a apporté son soutien à la population locale, dénonçant « l’échec lamentable » des autorités dans le développement de cette région montagneuse.

A l’origine de ces violences, la volonté des autorités de rendre obligatoire l’enseignement de la langue bengalie dans l’Etat du Bengale-Occidental. Après avoir contesté cette mesure, la population locale, menée par le Gorkha Janmukti Morcha (GJM), une organisation politique séparatiste, a revendiqué la création de l’Etat du Gorkhaland. Le Gorkha Janmukti Morcha a par ailleurs appelé à la grève générale et conseillé aux touristes de quitter la région. Les autorités ont fait appel à l’armée et l’accès à Internet a été coupé.

Dans le Bengale-Occidental, le district de Darjeeling se distingue par son identité linguistique, népalaise, alors que la population de cet Etat est bengalaise. Une partie de la population réclame la création de l’Etat du Gorkhaland depuis plusieurs décennies.

Revendications soutenues par l’Eglise catholique locale

Si ces revendications aboutissaient, le Gorkhaland deviendrait le 30ème Etat de l’Union indienne, trois ans après l’érection de l’Etat du Telangana. Contacté par Ucanews, Mgr Stephen Lepcha, évêque catholique de Darjeeling, indique que «  l’Eglise n’est pas directement impliquée dans les manifestations, mais elle se tient du côté de la population ». Originaire de la région, Mgr Lepcha explique que ces revendications sont légitimes, la création d’un Etat permettant aux habitants de « sauvegarder leur langue et leur culture ethnique qu’ils considèrent menacée », et justifiées car, dans cette région montagneuse, «  l’administration a misérablement échoué ».

Pour éviter que cette situation ne devienne « hors de contrôle », Mgr Lepcha appelle au « dialogue ». Dans cet Etat où les catholiques sont « très peu nombreux », mais où ils entretiennent des relations de qualité avec les deux partis, l’évêque de Darjeeling indique que sont en train d’être trouvées « des solutions pour aider à ramener la paix dans la région ».

Pour le ministre-président de cet Etat, Mamata Banerjee, « les partisans du Gorkhaland ont nui au développement dans les montagnes ces cinquante dernières années. Je leur recommande de ne pas continuer ainsi, en agitant de fausses rumeurs », comme le rapporte India Times. Et de dénoncer l’existence d’«  un cerveau terroriste [qui] se cache derrière cet hooliganisme et ce vandalisme. Seul un terroriste peut agir ainsi. Nous avons des indices indiquant qu’il existe des connexions terroristes. [Le GJM] entretient des liens avec des groupes rebelles souterrains du nord-est. A ces derniers, je recommande de ne pas soutenir le GJM ».

Revendications anciennes

Il existe au sein de l’Union indienne de nombreux mouvements séparatistes qui mènent campagne pour obtenir la reconnaissance de l’autonomie de leur région. Ainsi, en 2000, trois Etats ont vu le jour : le Chattisgarh, formé au sein du Madhya Pradesh, l’Uttaranchal, né d’une division de l’Uttar Pradesh, et le Jharkhand, d’un redécoupage du Bihar. Plus récemment, le 2 juin 2014, le Telangana, né de la division de l’Andhra Pradesh, devenait le 29ème Etat de l’Union après six décennies d’une longue campagne séparatiste. La Conférence des évêques catholiques de l’Andhra Pradesh avait alors assuré le nouvel Etat du « soutien de l’Eglise catholique et de la communauté chrétienne pour l’aider à un développement équitable, efficace et durable ». La formation de ces nouveaux Etats reposaient sur des différences sociales, culturelles, économiques, voire ethniques.

Le 30 juillet 2013, à New Dehli, le Congrès adoptait à l’unanimité une résolution recommandant la formation de l’Etat du Telangana, scission de l’Andhra Pradesh. Ce jour-là, Mangal Singh Rajput, un père de famille de 45 ans, s’immolait par le feu, en s’écriant : « Nous voulons le Gorgkaland ! » et témoignait ainsi de la passion des partisans de la naissance du Gorkhaland.

Depuis les années 1980, les revendications en faveur de l’Etat du Gorkhaland étaient portées par le Gorkha National Liberation Front. En 1988, un statut particulier était reconnu à cette région, à travers la naissance du Darjeeling Gorkha Hill Council, pour mettre un terme à des violences qui avaient fait plus de 1 200 morts depuis 1986. « Mais en réalité tout était contrôlé par le gouvernement », déplore Mgr Lepcha, pour qui « cet organe a échoué à améliorer le bien-être de la population ». En 2007 le Gorkha Janmukti Morcha voyait le jour, et, en 2011, la Gorkhaland Territorial Administration était mise en place. Cette décision était considérée par les partisans du Gorkhaland comme une étape supplémentaire en vue de la création de cet Etat.

Vers une sortie de crise ?

Surendrajeet Singh Ahluwalia est vice-président du Bharatiya Janata Party (BJP, parti au pouvoir depuis 2014), ministre d’Etat et représentant du Darjeeling au sein du Lok Sabha (la Chambre basse du Parlement fédéral). Lors d’une conférence de presse organisée le 20 juin dernier, il a rappelé que « le BJP a promis dans son manifeste électoral de 2014 qu’il examinerait avec bienveillance et prendrait en compte les demandes, anciennes, des Gorkhas ». Mamata Banerjee a regretté ces déclarations et, le 24 juin, le BJP a fait savoir qu’il ne soutenait pas la naissance du Gorkhaland.

Selon The Economic Times, les forces de police ont inculpé Bimal Gurung, leader du GJM, et son épouse pour la mort de trois membres de son organisation politique, décédés ces jours-ci, au cours des manifestations. Les autorités ont fait savoir que ces décès auraient été causés par des tirs issus des rangs du GJM, ce que l’organisation politique a contesté.

Source : Eglises d’Asie

NLQ #Points non négociables PNN

Les dangers de l’éducation à la sexualité pour les enfants et les adolescents

Le docteur Maurice Berger, médecin, ancien chef de service en pédo-psychiatrie, professeur associé de psychologie de l’enfant, parle ici au nom du groupe de professionnels de l’enfance dont nous avions déjà relayé l’appel :

 

Son analyse peut être complétée par celle, déjà publiée, d’Ariane Bilheran sur la dérive pédophile de la promotion des droits sexuels.

En France #NLH #NLQ

La triple donation du Royaume de France : un pacte conclu entre Dieu et la France

Peu avant le sacre de Charles VII, à Reims, le 17 juillet 1429, Jeanne par un pacte officiel et public renouvelle le pacte conclu entre Dieu et le Royaume de France naissant à Reims en 496. Qui connaît, aujourd’hui, ce qui s’est passé le mardi 21 juin 1429 à 16 heures en l’abbaye de Fleury-sur-Loire, appelée ensuite Saint-Benoît-sur-Loire ? C’est pourtant là qu’a lieu un évènement central de toute l’histoire de France.

Alors que la confusion la plus grande règne en France où « il y a grande pitié », Dieu se manifeste à notre nation. Débauche, immoralité, trahison des clercs et des élites intellectuelles de l’université de Paris, politique qui avec la reine Isabeau de Bavière, ont vendue la France par le traité de Troyes, qui la donne à Henri V Roi d’Angleterre, scandale de la filiation du Dauphin, le futur Charles VII, que sa propre mère appelle « batard » ; tout semble annoncer la disparition de la Fille Ainée de l’Eglise.

La triple donation du Royaume de France est racontée dans le Breviarium historiale, texte rédigé peu après, au cours de l’été 1429, qui est consultable à la Bibliothèque Vaticane.

Jehanne dit à Charles : « Sire, me promettez-vous de me donner ce que je vous demanderai ? » Le Roi hésite, puis consent. « Sire, donnez-moi votre royaume ».

Le Roi, stupéfait, hésite de nouveau ; mais, tenu par sa promesse et subjugué par l’ascendant surnaturel de la jeune fille : « Jehanne, lui répondit-il, je vous donne mon royaume ». Après quoi, voyant celui-ci tout interdit et embarrassé de ce qu’il avait fait : « Voici le plus pauvre chevalier de France : il n’a plus rien ».

Cela ne suffit pas : la Pucelle exige qu’un acte notarié en soit solennellement dressé et signé par les quatre secrétaires du Roi. « Notaire, écrivez dit la pucelle inspirée : le 21 juin de l’an de Jésus christ 1429, à 4 heures du soir, Charles VII donne son royaume à Jeanne. Ecrivez encore : Jeanne donne à son tour la France à  Jésus-Christ. -Nos Seigneurs dit-elle d’une voix forte, à présent, c’est Jésus-Christ qui parle : “moi, Seigneur éternel je la donne au Roi Charles”.

Que signifie cet événement capital ?

– que ce Dauphin, que l’enseignement républicain nous présente comme un indécis et un demeuré, voire le digne fils d’un fou, mais que ses contemporains appellent le « bien-servi » (ce qui signifie qu’il savait juger les hommes), montre en cette occasion une foi extraordinaire en la Providence. Toute sa vie est d’ailleurs un exemple remarquable de Roi très chrétien.

– que c’est le Christ qui a voulu être, et est, roi de France ; et le Christ a voulu nous le faire savoir par l’entremise d’une fille de 17 ans.

– que la raison d’être de notre pays est de proclamer à la face de l’univers non seulement la royauté universelle du Christ sur le monde, c’est sa mission « d’éducatrice des nations » ;

– que cet acte officiel et capital consacre le Roi de France comme le lieutenant du Christ ; si les successeurs de Charles VII avaient compris, ils auraient considéré ce document comme le plus grand de leurs trésors ; ils l’auraient relu et médité tous les jours et seraient encore aujourd’hui sur le trône ;

Dès le lendemain, le Dauphin décide d’aller à Reims pour se faire sacrer, malgré plusieurs opposants et grâce à l’insistance de Jeanne. Le pacte de Reims se renouvelle alors que tout semblait perdu. Or a-t-on vu un vrai roi abandonner ses sujets ? Peut-on penser une minute qu’après avoir tant châtiée la France, il ne puisse ne pas répondre aux prières le suppliant de convertir le pays  ?

 

Un autre 21 juin, en 1823, à Paris, en la fête du Sacré-Cœur, la Sœur Marie de Jésus, religieuse de la Congrégation Notre-Dame (chanoinesses de Saint-Augustin) au Couvent des Oiseaux à Paris – qui dit recevoir des communications de Jésus au sujet de la consécration de la France au Sacré Cœur – est favorisée d’une nouvelle vision, où une demande lui est faite en termes formels.

« La France est toujours bien chère à mon divin Cœur, et elle lui sera consacrée. Mais il faut que ce soit le Roi lui-même qui consacre sa personne, sa famille et tout son royaume à mon divin Cœur ; et qu’il lui fasse, comme je t’ai déjà dit, élever un autel comme on en a élevé un en l’honneur de la Sainte Vierge. Je prépare à la France un déluge de grâces lorsqu’elle sera consacrée à mon divin Cœur. – Eh ! quoi, les outrages faits à la majesté royale ont été réparés publiquement : et les outrages sans nombre que j’ai reçus dans le Sacrement de mon amour n’ont pas encore été réparés ! On craint de parler au Roi, on craint qu’il ne soit pas disposé à entendre parler de ce double bonheur pour lui aussi bien que pour sa famille et pour son royaume ! Ah ! je tiens tous les cœurs dans ma main, et celui du Roi est disposé à faire tout ce qu’on lui demandera pour ma gloire. Tous les jours il en donne des preuves. La demande qu’on lui a faite de travailler à la béatification de la Mère Marguerite-Marie Alacoque n’a-t-elle pas été parfaitement accueillie ? Que N*** parle et il verra. Je prépare toutes choses : la France sera consacrée à mon divin Cœur ; et toute la terre ressentira des bénédictions que je répandrai sur elle. La foi et la religion refleuriront en France par la dévotion à mon divin Cœur. »

Source