En France #NLH #NLQ

Associations religieuses et lobby, l’amendement Touraine rejeté

Le projet de loi « pour un Etat au service d’une société de confiance », était en débat à l’Assemblée. Il prévoit la suppression des associations à but cultuel du registre des lobbys. Certains y voient un traitement de faveur. (voir l’article de Libération)

Cependant, mercredi 27 juin, peu avant 2 heures du matin, l’amendement proposé par Mme Kerbarh et M Touraine a toutefois été rejeté par l’Assemblée nationale à 88 voix contre 85, en même temps qu’un amendement identique déposé par Valérie Rabault (présidente du groupe Nouvelle Gauche). Le rapporteur de la loi, M Guérini, en a profité pour rappeler que le projet de loi ne remettait pas en cause la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Dans la foulée, l’article 38 était adopté à 109 voix pour, 39 contre.

A la une #NLQ

L’édito – Un mois d’actualité catholique en France

 

 

Après des mois de combat bioéthique, des nominations emblématiques, le mois de juin semble être retombé dans « la routine » pour les catholiques. Une routine qui n’est pas langueur, loin s’en faut et c’est l’occasion de mieux percevoir le temps « ordinaire » de l’Eglise qui est en France.

 

La vie de l’Eglise institutionnelle, ce sont bien entendu, les ordinations et les nominations.

 

Si les nominations épiscopales demeurent ratzingeriennes c’est parce que le pape s’en fiche….

France : 125 prêtres ordonnés cette année

France – Répartition des ordinations sacerdotales 2018

Quatre évêques français participeront au Synode des jeunes

Paris : nomination d’un nouvel évêque arménien catholique

Mgr Lebrun : de l’arbitre de foot à évêque catholique

Un document du ministère de l’économie pour expliquer le prélèvement à la source et les dons aux associations

Les comptes et les finances de l’archidiocèse de Paris

Bayeux-Lisieux : Rencontre avec Cyrille et Soeur Caroline, deux vies pour Dieu et le monde

Emmanuel Macron a rencontré l’archevêque de Mossoul

Les Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur sous le coup d’une nouvelle visite canonique

Mgr Michel Dubost à la tête des Oeuvres pontificales missionnaires de France

Un article sur la communauté Saint-Martin

Les évêques de l’Est se retrouvent pour réfléchir aux laïcs en mission ecclésiale

Nominations au Conseil Permanent de la CEF

Retour sur la nomination du Père Matthieu Rougé au diocèse de Nanterre

Mgr Boulanger fait le point sur l’état du diocèse de Bayeux-Lisieux

L’abbé Christian Delarbre, nouveau recteur de la Catho de Toulouse

 

 

Ce mois-ci Emmanuel Macron est parti faire un petit tour à Rome

 

Le sort des chrétiens d’Orient, un thème majeur de la rencontre entre Macron et le pape

Les présidents de la République au Vatican en photos

L’évêque de Coutances refuse d’ouvrir l’église du village pour un baptême

 

 

Où l’on se rend compte que l’ordinaire est tissé d’initiatives peu ordinaires.

 

Participez à la Nuit des églises du 30 juin au 7 juillet 2018

Talenthéo : un coaching au service de l’Eglise

Rennes : les enfants catéchisés invités à prier Léontine Dolivet

Rennes : une année étudiante pour devenir résident en aumônerie ou “missionnaire” ?

L’Institut Karol Wojtyla – Un centre de formation anthropologique est né en France !

Le Grand AIME de Marie, à vélo pour la France du 14 juillet au 15 août 2018 : une initiative à soutenir !

Découvrir les foyers étudiants de Versailles et Saint-Germain en Laye

Meaux : grève des professeurs du lycée Sainte-Marie pour empêcher un candidat proche de l’Opus Dei de diriger l’établissement

Le pèlerinage militaire international (PMI) fête ses 60 ans

Lyon (69) : placez vos immeubles sous la protection de Marie !

Gargilesse – Notre patrimoine religieux est un joyau

Mgr Souchu, êveque de Dax, célébrera chaque mois une messe pour la vie

 

Et puis il y a les « faits divers », pour beaucoup assez tristes ce mois-ci, mais pas que…

 

Ploërmel : bénédiction de la place Jean-Paul II

Vivre la coupe du monde FIFA en chrétiens

Un islamiste hurle “Allah Akbar” avant la messe dans l’église de Digoin, en Saône-et-Loire

La chapelle des Marins de Saint-Valery-sur-Somme vandalisée

Tentatives de vol dans la maison diocésaine de Chambéry

Lourdes sous les eaux – Un pic à 2m91- Vidéo

L’étonnant pèlerinage de lycéens bretons avant le bac

Vente de la chapelle du Sacré-Cœur à Rodez

Le Mont-Saint-Michel : pompe à fric ou appel de l’Archange ?

Lyon : 5 ans de prison pour l’agresseur du prêtre

Une statue de la Vierge décapitée à Diconne en Saône-et-Loire (71)

Paris : un terre-plein portera le nom de Soeur Emmanuel

Un vitrail en mémoire du Père Hamel béni par Mgr Giraud dans l’Yonne

Actualités de la christianophobie en France en mai

 

A la une #NLQ

L’édito – Des Principes non négociables très négociés…

 

 

La bataille fait rage ce mois encore autour des points fondamentaux du respect de la vie et du vivant. Euthanasie, avortement, eugénisme, bioéthique, les fondamentaux qui garantissaient le respect de la dignité humaine sont devenus les variables d’ajustement de principes relatifs désormais considérés comme absolu : rentabilité économique, éradication de la douleur, refus des imperfections humaines.

 

Et tout est bon pour inverser le rapport fondamental entre principes non négociables et réalités relatives. Les enjeux autour des Etats généraux de la bioéthique l’ont bien montré.

 

La Manif Pour Tous fait le bilan des Etats généraux de la bioéthique

Loi de bioéthique : entre travaux préparatoire à l’Assemblée et avis du CCNE

Les états généraux de la bioéthique et le pouvoir

 

Evité de justesse ou étendu, le spectre de l’euthanasie plane maintenant sur tous les aspects de la fin de vie.

 

La légalisation du suicide assisté fait des victimes au-delà des malades en phase terminale

Les trois médecins experts nommés par le justice pour examiner Vincent Lambert se désistent

Soins palliatifs : un guide pour accompagner les professionnels

Cinq arguments contre l’euthanasie

Vincent Lambert est handicapé mais vivant. Sa mère écrit à Emmanuel Macron

« L’euthanasie mine les fondements de notre pratique médicale »

Suisse : le suicide assisté accessible pour les “souffrances insupportables”

L’euthanasie rejetée de justesse au Portugal

 

 

L’éthique elle-même devient relative à la finalité que chacun lui donne. Les initiatives pro-vie ou anti-vie ne s’en développent que davantage.

 

 

Comité d’éthique de l’INSERM : vers une science sans limites ?

Royaume-Uni : l’évêque d’Edimbourg ouvre un centre pro-life pour coordonner la riposte contre la culture de mort

France : le Sénat adopte la proposition de loi autorisant les examens génétiques post-mortem

L’hôpital du Vatican “Bambino Gesu” propose une “charte des droits de l’enfant inguérissable” aux hôpitaux européens

La Cour Suprême des USA : vers l’abrogation de Roe v. Wade

 

 

Argentine, Irlande, la légalisation de l’avortement semble progresser, mais dans des conditions… obscures.

 

 

La mobilisation en faveur de l’avortement est une mascarade avec des arguments fallacieux et trompeurs

Irlande : tous les hôpitaux, même catholiques, seront obligés de pratiquer des avortements

Grossesse : le tabou du syndrome post-IVG commence à sauter

Irlande du Nord : avortement, la cour suprême ne se prononce pas

Argentine : l’ONU fait pression pour légaliser l’avortement

Victoire judiciaire pour Donald Trump dans une emblématique affaire d’avortement

 

 

Quant à la PMA… la vérité anthropologique l’emportera-t-elle sur le relativisme émotionnel ?

 

 

Sondage IFOP pour Alliance Vita : le regard des Français sur la paternité

PMA : “la question de la filiation est essentielle pour l’avenir de notre civilisation”

En France, une naissance sur trente via la PMA en 2018 ?

Les anti-PMA : des méthodes d’intimidation fascistes ?

 

A la une #NLQ

L’édito – Le pape, entre fermeté et apaisement ?

 

 

Le mois de juin a été un mois plutôt varié pour ce qui touche à l’activité du Vatican. Mais de toutes les publications qu’InfoCatho a pu relayer (et qui ne sont pas exhaustives), il semble que le pape joue la carte de l’apaisement sur les sujets les plus sensibles. Immigrations, œcuménisme, communion, le Saint-Père prend du recul sans pour autant être moins ferme.

 

Sur la question des migrants, le pape François invite à la prudence tout en condamnant la politique américaine.

Migrants : le pape rappelle la prudence comme vertu du gouvernement

Le Pape François critique la politique migratoire de Trump

Le pape presse les Etats à adopter le Pacte mondial sur les réfugiés

 

Sur la famille et la vie, en revanche, il ne lâche rien.

Journée mondiale des parents à l’ONU : intervention du Saint-Siège

Le pape compare certains avortements à un eugénisme “en gants blancs”

La journée pour la vie organisée au Royaume-Uni soutenue par le pape

 

L’œcuménisme fut le temps fort du voyage à Genève, sur fond de crise allemande quant à l’accès à la communion des conjoints protestants.

Le pape écarte le document allemand permettant aux protestants de communier

L’œcuménisme, axe central du pontificat : le pape à Genève

Visite du pape François au Conseil œcuménique des Églises (COE)

 

Le Saint-Père s’est exprimé sur divers sujets socio-économiques, invitant à des prises de conscience et à un meilleur engagement.

Le Pape invite les travailleurs à agir pour l’éthique et l’inclusion sociale

Pape François : “Internet est un don de Dieu, mais c’est aussi une grande responsabilité”

Le Pape invite les journalistes à promouvoir la vérité et l’espérance

Pape François : “l’exploitation dans le travail est un péché”

Le Pape François défend l’humanisation de la médecine

 

Sur les sujets spirituels, le mois du Sacré-Cœur a retenu particulièrement son attention.

Pape François – Le mois de juin est traditionnellement consacré au Sacré Cœur, un symbole réel d’où a jailli le salut

Pape François : “le démon attaque l’homme et la femme car ils sont l’image de Dieu”

Le pape François encourage à une “prière fervente” au Coeur du Christ

Le pape commence une série de catéchèse sur les commandements

Pape François : “Que Dieu nous libère de la volonté de détruite la bonne réputation de l’autre”

Le pape appelle à affronter les racines spirituelles de la crise écologique

Le pape François adresse un message aux sportifs chrétiens

 

Enfin quelques « faits divers » du quotidien romain, de la FIFA à la réforme de la Curie…

 

Le programme du voyage du Pape pour la Rencontre des familles à Dublin est public

Synode des Jeunes : l’instrument de travail des pères synodaux dévoilé

Une vidéo du Saint-Siège primée au Festival international de la publicité sociale

Le cardinal Parolin présent à la réunion du groupe de Bilderberg

Le Vatican explique la présence du cardinal Parolin au groupe Bilderberg

L’histoire de la réforme depuis la curie romaine depuis 2013

Le C9 a préparé un nouveau projet de Constitution apostolique pour concrétiser la réforme de la Curie

Coupe du monde FIFA 2018 : les encouragements du Pape François

Le pape accepte la démission de trois évêques du Chili suite à leur mise en cause dans des affaires d’abus sexuels

Les martyrs du communisme honorés au Latran

Lutte contre la mafia : le pape François se déplacera en Sicile

 

A la une #NLQ

L’édito – Soros créateur, demi-dieu ou Satan ?

 

Le milliardaire controversé George Soros se plaint amèrement que Donald Trump détruise en quelques mois le monde qu’il a mis des décennies à créer. Tout semble surréaliste dans cette phrase. Un homme, par ses milliards, façonne le monde entier selon ses propres vues. Un homme qui se prend pour le créateur et qui, non seulement joue avec les éléments naturels, mais aussi avec la morale. Créer un monde ex nihilo n’est pas en son pouvoir. Il ne pourra jamais que travailler à construire, modifier à partir de l’existant. C’est ainsi qu’il pousse tant et plus le monde vers ce que l’on appelle la post humanité. Une étape nouvelle dans laquelle, justement, l’homme n’aurait plus de rapport avec son créateur véritable. Toute chose se dirige vers une fin, tout est mû par une finalité et la finalité ordonne à une morale, car celle-ci nous révèle ce qui est bien, en vue de rejoindre la finalité ultime. La nouvelle morale du dieu Soros est, comme toute morale, un chemin, mais un chemin dont le but est de couper l’homme de Dieu. Transhumanisme, droit de vie et de mort se retrouvent justifiés et ennoblis par les changements éthiques sur l’euthanasie, l’avortement, bref l’eugénisme. Et voilà ce qui fait peur au dieu d’argile. Trump, quoiqu’on pense de lui, entend restaurer les fondements éthiques de la vie, rendant à Dieu ses droits et à l’Homme la possibilité de se tourner vers son Créateur unique et véritable. Je ne dirais pas, loin s’en faut, que Trump est le prophète du XXIème siècle, mais j’affirmerais en revanche que Soros est un sbire de Satan dont le but est bien de détourner l’homme de Dieu en lui faisant croire qu’il est son égal et peut se passer de lui. Cet aveu de faiblesse du géant Soros doit être pour nous l’occasion d’une résurrection. Clairement, Soros a avoué son projet et s’est ainsi présenté comme un ennemi du bien, de Dieu et de l’Homme. De facto tout ce qu’il finance doit être combattu, dénoncé et mis à terre. Quiconque profite du système Soros pour son bien ou son confort se fait complice d’une immense rébellion contre Dieu. Une rébellion plus grande et dangereuse pour l’humanité et le salut que les reniements de chrétiens persécutés.

A la une #NLQ

L’édito – Catholiques, pour une vision politique et anthropologique globale !

Une des plus grandes difficultés du monde actuel est de voir l’Homme dans sa globalité. Les progrès de la science, des diverses disciplines humaines ou sociales ont immensément enrichi notre connaissance de l’Homme dans les plus infimes détails de sa réalité tant biologique que psychologique. Pour autant, il semble que cette « sur connaissance » du détail ait appauvrit notre perception globale de l’être humain. Vu par le prisme d’une spécialité, il est tour à tour, travailleur, enfant, vieillard, malade etc. Chaque discipline dissèque l’Homme à l’aune de son objet d’étude, oubliant bien souvent de prendre la hauteur qui donne à l’homme son unité et sa vérité profonde. L’être humain n’est pas un agrégat de données isolées le concernant. Il est une unité profonde en laquelle ces aspects disséqués s’entremêlent et s’influencent. Nous voyons de plus en plus, aujourd’hui, la personne humaine écartelée par une myriade de disciplines techniques ou scientifiques, cherchant à expliquer l’Homme par leur unique prisme. Or ce tiraillement, pavé de bonnes intentions, laisse l’Homme en charpie. Toutes ces disciplines oublient qu’elles ne sont qu’un « détail » de la globalité humaine et au lieu de servir l’Homme elles le réduisent à ce qu’elles savent en dire, oubliant les milliers d’autres aspects qui le composent. Autrefois, c’était l’œuvre de la philosophie et plus encore de la métaphysique de réunifier en elle toutes les données disséquées par les autres disciplines. Mais trop souvent aujourd’hui, les philosophes sont eux-mêmes issus de courants idéologiques nés du besoin éthique de telle ou telle discipline, de sorte que leur pensée conçoivent l’Homme à partir d’une seule portion de celui-ci. L’Eglise n’a eu de cesse de rappeler que l’Homme est une globalité. Une globalité qui trouve son unité profonde dans le plan de Dieu sur l’humanité. En dehors du rôle missionnaire et prosélyte qui cherche à propager la bonne nouvelle, le catholique est aussi appelé à être témoin et héraut de cette vision globale de l’Homme. Une vision sur l’Homme qui, de facto dans le monde actuel, est aussi une option politique à défendre à contre-courant du monde et de l’évolution post humaniste qui se dessine. Une réalité organique et spirituelle qui est, de soi, une bonne nouvelle, précisément parce qu’elle fait partie inerrante de LA Bonne Nouvelle.

 

A la une #NLQ

L’édito – La Croix, MRJC, quand l’avortement devient la pierre d’achoppement du catholicisme

 

Le quotidien La Croix vient de faire parler de lui d’une façon pour le moins étonnante. Pour beaucoup de catholiques, le journal est, depuis longtemps, « suspect ». Ses positions « borderline » avec la foi catholique gênent, agacent, exaspèrent parfois un certain nombre de fidèles qui ne se reconnaissent pas dans un média considéré comme peu orthodoxe. Distribué en grand nombre dans les institutions ecclésiales, personne n’a vraiment songé à remettre en cause officiellement les positions du quotidien revendiqué catholique. Mais les positions que vient de tenir la rédaction sur l’avortement, ne passent pas. Cette fois-ci même des évêques se sont émus. La vie c’est la vie et il ne peut être question de la relativiser. Soutenir la loi Veil laisse pantois, même et peut être surtout s’il ne s’agit « que » de promouvoir son « esprit ». La loi Veil est intrinsèquement perverse. Preuve en est, les dérives prédites ont bien eu lieu. On peut ne pas partager les points de vue de La Croix sur l’immigration, ne pas entendre la charité comme le journal voudrait la promouvoir ou encore ne pas partager les options liturgiques du staff, mais continuer à se revendiquer catholique en prenant, ouvertement et à plusieurs reprises, position en faveur de l’avortement même pour « de bonnes raisons », non vraiment, il n’est pas possible ici de reconnaitre un journal catholique. On ne peut pas plaire à tout le monde et tenir la ligne subtile de la doctrine catholique expose à de multiples agressions. Comme pour le MRJCgate, l’avortement est désormais la pierre d’achoppement des catholiques.

A la une #NLQ

L’édito – S’engager, c’est engageant (et contraignant) !

 

Engagez-vous, rengagez-vous qu’ils disaient ! Que reste-t-il des grandes générosités de 2013 ? Au risque de choquer, pas grand-chose concrètement. Pour de bonnes ou de moins bonnes raisons, le quotidien a repris le dessus. Travail, famille, engagements associatifs et parfois politiques ont à nouveau mobilisés « les troupes » sur leurs propres créneaux. Si un certain nombre d’entre nous s’est davantage engagé à la suite de la dynamique des Manifs de 2013, la vérité est que l’engagement à temps plein, lui, a fortement diminué, notamment de la part des jeunes générations. Le militantisme ne paye pas, n’a pas d’horaires, ni d’avenir. Une insécurité que le confort moderne rend de plus en plus inacceptable.  Les jeunes souhaitent, avec générosité et sincérité, s’engager pour leurs convictions, mais aux heures de bureaux et avec un salaire confortable. Mais les causes qui sont les nôtres sont financièrement peu soutenues et coutent cher, à commencer par les frais des nombreux procès qui sont menés pour nous dissuader de nous battre (ce qu’ignore le grand public catholique souvent). Peu de donateurs, des besoins éparpillés et des exigences salariales qui reflètent un état d’esprit sécuritaire et fragile de la part de la jeune génération. Les militants « d’en face » sont, pour les plus engagés, des célibataires dévoués corps et âmes à leur cause. Le catholique, lui, veut fonder une famille et doit tenir son devoir d’état et ses responsabilités. Comment, alors, tenir les deux bouts de la chaîne ? nous avons publié un édito sur le rôle particulier des célibataires, mais ce n’est pas suffisant et ne doit pas pour autant dédouaner les autres de s’impliquer.

Alors que faire pour ne pas laisser tomber ? Multiplier les dons pour ceux qui peuvent est bien entendu un aspect de la solution. Mais il nous faut aussi un radical changement de « logiciel ». Tout comme les métiers de l’enseignement ou de la culture ont mauvaise presse dans le milieu catholique, parce que mal payés, la misère salariale du militantisme ne fait pas rêver bien des parents et des conjoints… On trouvera excessif cette vision ? Je veux bien lancer un sondage parmi les responsables associatifs sur cet aspect de l’engagement et un autre auprès des jeunes sur leurs exigences pour se lancer à temps plein « pour la cause ». Mais l’expérience concrète de nombre de structures militantes est une réponse à de tels sondages. Dieu ne peut donner la victoire que si nous engageons le combat…La vraie question est donc… voulons-nous vraiment combattre ? Croyons-nous que la victoire est utile au salut et au bonheur des Hommes ? Sommes-nous touchés par la perspective de la perte de milliers d’âmes que nous pourrions conduire à Dieu en « nous bougeant » un peu plus ? La réponse que nous apportons chacun à cette question est un puissant révélateur de la conscience que nous avons de la part que Dieu nous confie dans le salut des autres.

A la une #Brèves #NLH

PMA sans père – 72 % des Français défavorables

72 % des Français souhaitent que l’État garantisse aux enfants conçus par PMA, le droit d’avoir un père et une mère : ils sont donc largement opposés à la PMA sans Père.

 

Source

A la une #En France #NLH #NLQ

Lourdes sous les eaux – Un pic à 2m91- Vidéo