Europe non francophone #NLQ

Danemark – Les mariages LGBT pourraient à termes être dangereux pour l’Eglise catholique

Au Danemark, la légalisation du « mariage » des paires de même sexe en 2012 s’est accompagnée de la mise en place de cérémonies religieuses pour marquer ces unions dans le cadre de l’Eglise protestante danoise, compétente pour tenir les registres d’état civil dans le pays. Le petit pays nordique connaît depuis lors une progression régulière du nombre des couples gays « mariés » religieusement. Le nombre total atteignait 416 célébrations en 2016 : on est passé de 51 « mariages » gays en 2012 à 105 en 2016, avec une augmentation continue. Selon l’évêque catholique de Copenhague, cette évolution pourrait être lourde de menaces pour l’Eglise catholique.

(…)

Pour l’heure, seule l’Eglise évangélique luthérienne du Danemark organise ces cérémonies, les autres dénominations chrétiennes ainsi que les juifs et les musulmans étant exemptés de ce qui constitue une obligation paroissiale sinon personnelle pour les pasteurs concernés.

(…)

Une autre question se pose au Danemark, où la petite communauté catholique de 45.000 âmes est aujourd’hui en butte à un certain nombre de vexations qui annoncent de possibles atteintes à ses droits. Tout en notant, amusé, que les Danois apprécient la personnalité du pape François à qui ils « pardonnent » en quelque sorte d’être catholique et de rappeler des points de doctrine, Mgr Czeslaw Kozon, l’évêque catholique de Copenhague, le seul du Danemark, craint des changements à venir, notamment sur le plan des mariages.

Le Danemark en voie de rejeter le principe de tolérance religieuse sous l’effet de la dictature LGBT

John L. Allen de CruxNow.com rapporte les propos de Mgr Kozon sur un projet de loi sur l’enregistrement civil de toutes les dénominations religieuses du Danemark, qui en son état actuel exigerait que toutes les entités religieuses soient gouvernées par un bureau démocratiquement élu. L’Eglise catholique ne peut évidemment se soumettre à une telle exigence, ce qui pourrait la conduire à perdre des privilèges financiers et fiscaux mais aussi le droit de célébrer des mariages valides sur le plan civil et de bénéficier d’exemptions par rapport aux lois d’immigration consenties au clergé et aux religieux en provenance de pays tiers. En son état actuel, le projet de loi qui viendra en discussion à l’automne affirme explicitement que l’Eglise catholique ne sera pas contrainte à ordonner des femmes ou à célébrer des mariages de couples de même sexe, mais selon Mgr Kozon, cette tolérance pourrait ne pas durer

« Je peux facilement imaginer que d’ici à quelques années, ces enseignements puissent être considérés comme incompatibles avec les soi-disant “valeurs danoises” » – à partir de là, il ne faudrait pas grand-chose pour que dans l’esprit de certains, on en vienne à considérer les positions de l’Eglise comme délictuelles dans ces domaines, explique-t-il, ajoutant que cet état d’esprit règne déjà au Danemark parmi ceux qui dénoncent la possibilité pour un pasteur luthérien de refuser de célébrer un « mariage » homosexuel.

Source et article complet par Jeanne Smits

 

En France #NLQ

Invitation lancée à Brad Pitt par le curé de Correns (Var), le Père Gempp.

L’invitation est donc lancée, afin de compter à travers Brad Pitt, un nouvel homme adorant, priant pour notre monde, notre pays, nos familles, notre sainteté… et sachant faire la fête dignement !”

Dans tous les cas, messieurs, vous y êtes tous invités, car le véritable homme fameux sera sur l’autel, sous l’espèce du pain, et nous l’y adorerons, venez nombreux !

Une initiative des Hommes adorateurs

NLQ #Rome

Aide humanitaire, élections et libération des prisonniers – La feuille de route du Vatican pour le Venezuela

Le Saint-Siège se dit favorable à la constitution d’un groupe de pays pour favoriser une négociation en vue du retour à la paix civile au Venezuela et il plaide pour l’aide humanitaire, des élections et la libération des prisonniers.

Mgr Bernardito Auza, Observateur permanent du Saint-Siège à l’Organisation des Etats américains est en effet intervenu, le 20 juin 2017, sur « la situation au Venezuela », lors de la 47e assemblée de cette organisation, qui se tient au Mexique, à Cancun (19-21 juin 2017).

Mgr Auza appelle à une solution pacifique, durable et viable à la crise. Et en particulier il demande des mesures urgentes pour pallier la pénurie de nourriture et de médicaments dont souffre la population et permettre aux institutions catholiques d’offrir leur aide. Il invite les parties en présence à trouver un accord sur la date des élections. Il plaide pour la libération des prisonniers.

Mgr Auza s’est exprimé en espagnol et il a rappelé les différentes interventions du pape François pour le bien commun et la liberté.

Source et  traduction complète de l’intervention de Mgr Auza.

 

NLQ #Rome

Fête du sacré Coeur – ” Puisez au Cœur de Jésus la nourriture de votre vie spirituelle” pape François

« Puisez au Cœur de Jésus la nourriture de votre vie spirituelle et la source de votre espérance ». C’est l’encouragement du pape François aux jeunes, lors de l’audience générale du 21 juin 2017, place Saint-Pierre.

Au terme de la rencontre, le pape a adressé une pensée spéciale aux jeunes, aux personnes malades et aux nouveaux mariés, sous le signe de la solennité du Sacré-Cœur de Jésus, célébrée cette année le 23 juin. Une fête « où l’Eglise soutient tous les prêtres par la prière et l’affection », a-t-il rappelé.

« Chers malades, a invité le pape, offrez votre souffrance au Seigneur, pour qu’il répande son amour dans le cœur des hommes ; et vous, chez nouveaux époux, participez à l’Eucharistie afin que, nourris du Christ, vous soyez des familles chrétiennes touchées par l’amour de ce Cœur divin ».

 

Source Zenit

A la une #NLQ #Rome

Catéchèse – La sainteté au quotidien c’est possible réaffirme le pape

La sainteté, c’est le « grand cadeau que chacun de nous peut offrir au monde » a déclaré le pape François dans sa catéchèse sur les saints, ce mercredi 21 juin 2017, place Saint-Pierre. En effet, « notre histoire a besoin de ‘mystiques’ : de personnes qui refusent toute domination, qui aspirent à la charité et à la fraternité », a-t-il précisé.

Sur ce chemin, « nous ne sommes pas seuls », a expliqué le pape, parce que « l’Église est faite d’innombrables frères, souvent anonymes, qui nous ont précédés et qui, par l’action de l’Esprit-Saint, sont impliqués dans la vie de ceux qui sont encore ici-bas. »

C’est pourquoi la liturgie de l’Église invoque « cette multitude de témoins », a-t-il développé : au baptême, « cette compagnie de ‘grands’ frères et sœurs » nous est offerte. Puis dans le rituel du mariage, l’intercession des saints est à nouveau demandée pour les fiancés qui savent qu’ils ont « besoin de la grâce du Christ et de l’aide des saints pour pouvoir vivre la vie matrimoniale pour toujours ». Elle l’est enfin dans la liturgie de l’ordination : le prêtre n’est pas « écrasé » par le poids du ministère parce qu’il sent que « tout le paradis est derrière lui »

Le pape a conclu en demandant « que le Seigneur nous donne à tous l’espérance d’être saints », parce que « c’est possible » : il faut pour cela « tout faire avec le cœur ouvert à Dieu » car « c’est lui qui nous aide ».

 

Source Zenit

Catéchèse du pape François en langue italienne (traduction intégrale) 

 

NLQ #Rome

Un professeur d’économie et d’innovation technologique à la tête de l’Académie Pontificale des Sciences

L’Académie pontificale des Sciences a son nouveau président. Il s’agit de l’allemand Joachim von Braun, professeur d’économie et d’innovation technologique et directeur du Centre de recherche pour le développement de l’université de Bonn (Allemagne). Il remplace le microbiologiste suisse Werner Arber, qui occupait ce poste depuis 2011.

Né en 1950, Joachim von Braun a obtenu un doctorat de recherche en économie agraire à l’université de Bonn avant de devenir professeur de cette matière à l’université de Göttingen. Il a ensuite enseigné dans les universités de Kiel et de Bonn.

Ses domaines de recherche concernent le développement économique international, l’économie des ressources naturelles, la pauvreté, la politique agricole, les politiques d’innovation scientifique et technologique et le commerce international. Joachim von Braun est notamment un expert des problèmes de la faim, de la malnutrition et des politiques liées à leur résolution, en Afrique et en Asie notamment.

Il a été directeur général de de l’Institut international de recherche en politiques alimentaires à Washington (États-Unis), entre 2002 et 2009. Depuis 2009, il était donc professeur à l’Université de Bonn et directeur du Centre de recherche pour le développement, un institut de recherche multidisciplinaire spécialisé dans les thématiques du développement économique et social. Il est également président du Conseil de la bio-économie du gouvernement allemand, de différents conseils consultatifs internationaux et a participé en tant que superviseur au Forum économique mondial de Davos.

Joachim von Braun a reçu plusieurs distinctions comme un doctorat de recherche honoris causa auprès de l’université de Hohenheim, le prix Bertebos de l’Académie suédoise des Sciences agraires en 2009 et le prix Justus von Liebig en 2011 pour ses recherches sur la sécurité alimentaire dans le monde.

 

Source Radio Vatican

un expert en sécurité alimentaire

D’après la biographie publiée par le Vatican, Joachim von Braun est titulaire d’un doctorat de recherche en agronomie. Il est l’auteur de nombreuses publications sur le développement économique international, l’économie des ressources naturelles, la pauvreté, la politique agricole, les politiques d’innovation scientifique et technologique et le commerce international.

Considéré comme l’un des principaux experts des problèmes de la faim et de la malnutrition, il a reçu diverses récompenses, notamment pour ses recherches sur la sécurité alimentaire.

 

Il a été aussi rapporteur au Forum économique mondial de Davos et a participé à divers événements promus par les Nations unies. Il est membre de l’Académie nationale allemande de la science et de l’ingénierie, de l’Académie des arts et des sciences de la région de la Rhénanie du Nord – Westphalie et de l’Association américaine pour le développement des sciences.

NLQ #Rome

Le Pape développe un projet d’aide pour le Soudan du Sud

Ce mercredi 21 juin 2017 a été présenté en salle de presse du Saint-Siège un programme d’aide du Pape François au Soudan du Sud. Ce pays indépendant depuis 2011 est fracturé depuis près de quatre ans par une guerre civile qui oppose les partisans du président Salva Kiir à ceux de son ancien vice-président Riek Machar. Aux dizaines de milliers de victimes directes du conflit s’ajoutent celles de la malnutrition, voire de la famine dans certaines régions ; et des épidémies comme le choléra.

Cette situation critique a empêché le Pape de visiter le Soudan du Sud cette année, comme il l’avait prévu après avoir reçu à Rome, en octobre 2016, les responsables des Églises chrétiennes du pays. Mais à travers cette opération de soutien financier baptisée « Le Pape pour le Soudan du Sud », François vise à « soutenir et encourager l’œuvre des différentes congrégations religieuses et organismes d’aide internationale qui sont présents sur le territoire et qui se dévouent infatigablement à secourir la population et à promouvoir le processus de développement et de paix », a expliqué le cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère pour le Service du Développement humain intégral.

Soutien en matière de santé, d’éducation et d’agriculture

D’un montant total d’environ 500.000 dollars, cette initiative vise à soutenir des projets dans le domaine de la santé, avec un soutien financier aux sœurs comboniennes qui gèrent, dans des conditions extrêmes, deux hôpitaux à Wau et Nzara ; dans le domaine de l’éducation, avec des bourses de deux ans pour des étudiants en vue de l’obtention du diplôme d’enseignement pour l’école primaire ; et dans le domaine de l’agriculture, avec un projet géré par Caritas, qui implique environ 2.500 familles déplacées en vue d’organiser leur autosuffisance alimentaire.

 

Source Radio Vatican

A la une #En Europe #NLQ

Famille- Europe- pape François – Un programme de travail pour les années à venir

A l’occasion des 20 ans de la FAFCE (fédération des AFC d’Europe), nous reproduisons la lettre de son président, Antoine Renard, après l’entrevue accordée à cette occasion par le pape François.

 

Le 1er juin notre Fédération européenne a été reçue en audience par le Saint-Père, à l’occasion du 20e Anniversaire de la fondation de la fédération. Dans son discours le Pape François nous encourage “à développer avec créativité de nouvelles méthodes et ressources afin que a famille puisse exercer, dans le domaine ecclésial comme dans le domaine civil, la triple tâche de soutien aux nouvelles générations, d’accompagnement sur les routes si souvent accidentées de la vie, et de guide qui montre des références de valeurs et de significations sur le chemin de chaque jour“.

Nous souhaitons commencer par partager ce discours avec chacun de vous, qui suivez depuis plus ou moins longtemps nos activités. Le Pape François nous lance un appel pour un nouvel élan de notre action en faveur de la famille en Europe ! Face aux quatre crises mentionnées par le Saint-Père, “la crise démographique – l’hiver démographique -, la crise migratoire, la crise du travail et celle de l’éducation”, nous sommes appelés à provoquer un débat constructif, sans jamais cacher notre identité chrétienne.

Il s’agit de bien plus qu’un simple discours : c’est un véritable programme de travail qui nous accompagnera dans les années à venir.

Pour poursuivre ce travail, nous avons besoin de votre soutien. La FAFCE existe seulement grâce à ses membres, dont les ressources sont limitées, et grâce à vous. Nous vous invitons d’envisager de prier pour notre action, d’adhérer à une association familiale au niveau local, voire d’en créer une, et de faire un don pour nous aider à continuer notre action ; même un petit montant fait une différence.

Merci d’avance pour tout votre soutien,

Antoine Renard, Président
Mara Hildingsson, Secrétaire Général

 

A la une #Tribunes et entretiens

Jean-Marie Le Méné – « Les humains ‘diminués’ sont les premières victimes du transhumanisme »

Interviewé pour le magasine Causeur, Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Jérôme Lejeune[1], s’inquiète de « la systématisation du diagnostic [prénatal de la trisomie 21] quasi imposé à toutes les femmes enceintes, quel que soit leur âge ». Sans être opposé « en soi » au diagnostic anténatal, il constate qu’en France, « 97 % des enfants trisomiques diagnostiqués sont éliminés par l’avortement, et leur nombre à la naissance a été divisé par quatre ». Des chiffres qui interpellent alors qu’un nouveau test « beaucoup plus efficace », le dépistage prénatal non invasif, sera sous peu remboursé dans notre pays (cf. Dépistage prénatal de la trisomie 21 : la HAS juge rentable les nouveaux tests et valide leur remboursement dans la précipitation) . Avec cette nouvelle méthode « certes assez peu différente sur le plan moral » de l’amniocentèse, il est cependant possible de « détecter (et donc éliminer !) plus tôt l’enfant détecté », et ainsi de renforcer l’eugénisme en place. Une perspective inquiétante, d’autant que ce dépistage concernera bientôt d’autres maladies et prédispositions : « les humains diminués sont les premières victimes du transhumanisme », déplore Jean-Marie Le Méné.

Ce transhumanisme qui « suppose un refus de la Nature » explique-t-il. Il a « commencé avec la procréation médicalement assistée, qui passe par le tri des embryons et le fait de décréter qu’untel a le droit de vivre aux dépens d’un autre ». Cette forme d’eugénisme passe également par l’interruption médicale de grossesse « qui vise des populations ciblées », suite au diagnostic prénatal d’anomalies.

A l’inverse de cette idéologie transhumaniste, les avancées dans le domaine des sciences du cerveau pourraient profiter aux personnes atteintes de trisomie 21, et leur « rendre ce dont la Nature les a privés en raison de ce désordre accidentel (…) et non les augmenter »« Quand la nature condamne, le rôle de la médecine n’est pas d’exécuter la sentence mais d’essayer de ‘commuer la peine’, selon l’expression de Jérôme Lejeune » rappelle Jean-Marie Le Méné.

Ainsi, la fondation Jérôme Lejeune développe la recherche « notamment sur le plan cognitif pour essayer d’améliorer les aptitudes intellectuelles des personnes trisomiques » : « bientôt, on pourra prélever des cellules d’enfants trisomiques, les transformer en cellules souches, retirer le chromosome 21 et les faire se reproduire sans l’anomalie responsable du handicap. Pour l’instant cette opération s’effectue in vitro, mais à l’avenir il sera sans doute possible de greffer ces cellules saines dans certaines parties du cerveau ». Le président de la fondation Jérôme Lejeune conclut : « Rien ne serait plus désespérant que de renoncer à la recherche sur une maladie au prétexte qu’on aurait bientôt éliminé tous les malades ».

Pour aller plus loin : Détection prénatale de la trisomie 21 : urgence, oui mais laquelle ?

[1] Il a publié Les Premières victimes du transhumanisme. La ruée vers l’or des mongols, aux Editions Pierre Guillaume de Roux, 2016 (cf. Transhumanisme et eugénisme : L’humanité en question ?).

 

Source Généthique.org

NLQ #Rome

Pays-Bas – Le roi et la reine au Vatican le 22 juin – L’immigration et l’argentine en commun

Le roi Guillaume-Alexandre et la reine Maxima des Pays-Bas seront reçus par le pape François le jeudi 22 juin 2017, à 10h, indique le Saint-Siège. Il s’agira de leur troisième rencontre avec le pape argentin.

Le couple royal a déjà été reçu par le pape en audience privée le 25 avril 2016. Il était également présent à l’inauguration du pontificat – un mois avant l’accession du prince Guillaume-Alexandre au trône – et avait salué le pape François à cette occasion, le 19 mars 2013, en la basilique Saint-Pierre.

Le roi est de confession protestante, selon la tradition de la maison royale néerlandaise. La reine Maxima est née à Buenos Aires (Argentine), comme le pape François, et elle est catholique.

Le roi Guillaume-Alexandre est devenu le septième souverain des Pays-Bas le 30 avril 2013, après l’abdication de sa mère, la reine Béatrix.

Le couple royal a trois filles : Catharina-Amalia, princesse d’Orange et héritière du trône, née en 2002 ; Alexia, née en 2005 ; et Ariane, née en 2007.

Le roi Guillaume-Alexandre soutient des associations aidant des personnes sans-abri, âgées, et des enfants issus de milieux populaires. En 2015, il a demandé à son premier ministre  d’augmenter la somme allouée à l’amélioration des soins de santé.

La reine Maxima est avocate et elle prête une attention particulière à la question de l’immigration.

 

Source