Bartella libérée. “ils ont tout brûlé même la Sainte Bible”

Le Point livre le récit d’une ville fantomatique reprise à Daesh. La ville chrétienne de Bartella, désormais sécurisée est un amas de ruines. L’Eglise brûlée, les chrétiens restés sur place avaient le chois entre des alternatives, clairement inscrites dans le Coran et qui sont la tradition de tout pays musulman.

En s’emparant de la ville en juin 2014, les djihadistes ont saisi leurs maisons, en inscrivant sur sa façade la lettre arabe noun, pour « nazaréen ». Identifiés, les chrétiens qui n’avaient pas fui devaient payer une taxe spéciale, se convertir à l’islam, quitter la ville ou mourir.

Lire l’article

 

légende de la photo Pour redonner un semblant de vie au lieu saint, les soldats d’élite ont rassemblé les derniers éléments ayant échappé au désastre. © Armin Arefi Le Point

Comments are closed.