Birmanie, l’Eglise déploie le grand jeu pour la paix

Le cardinal Charles Maung Bo, archevêque de Rangoon en Birmanie a appelé toutes les religions et les groupes ethniques du pays à l’unité, pour faire de l’année 2017 un temps de paix. La paix, a rappelé le prélat dans un message de vœux, est possible lorsqu’elle rencontre la justice et le dialogue.
Mgr Bo invite toutes les religions présentes en Birmanie à une journée de jeûne et de prière pour la paix. «  Que tous ceux qui peuplent nos monastères, nos églises, nos temples et nos mosquées portent des affiches et des drapeaux portant cette inscription ‘Stop à toutes les guerres’  ». Il est urgent pour le prélat, de mettre un terme aux guerres que traverse la Birmanie.

Le cardinal Bo rappelle en particulier les principales questions qui minent la coexistence pacifique dans le pays. « Chaque année, nous nous saluons avec des vœux, dit-il, mais franchement, le bonheur ne parvient pas à atteindre de nombreuses régions de notre pays. La guerre perturbe encore différents districts, et l’année 2017 ne sera pas une année heureuse pour plus de 200.000 personnes déplacées dans des camps de réfugiés. Le Cambodge a résolu ses conflits, le Viêtnam a résolu ses guerres. Ces pays voisins de la Birmanie sont sur le chemin de la paix et de la prospérité et nous, dit le prélat, nous sommes encore empêtrés dans une guerre impossible à gagner. Et cela, parce que, fait-il remarquer, l’agonie des populations et les déplacements forcés sont les seuls résultats de la violence. Unissons-nous, lance le cardinal BO, pour une paix authentique. »

(BH-JCP)

 

 Revue de Presse Radio Vatican

Comments are closed.