Bruxelles, Anvers – Le retour des boîtes à bébé contesté

Après Anvers il y a 17 ans, c’est au tour de Bruxelles de laisser la possibilité aux mamans d’abandonner leur nouveau-né dans l’anonymat.

Le 21 septembre est le premier jour de l’automne. C’est aussi la date qu’a choisie l’asbl Corvia pour ouvrir une deuxième boîte à bébé en Belgique. Après avoir lancé trois frigos solidaires et une « love room » pour les sans-abri, l’asbl poursuit ses actions en faveur des plus démunis. Le concept des boîtes à bébé n’est pas une nouveauté. D’autres pays en ont également fait l’expérience. Côté belge, la première boîte a bébé a été placé à Anvers en 2000. Depuis son installation, pas moins de 10 bébés ont été recueillis.

Le quotidien « La Dernière Heure » a eu l’occasion de rencontrer Mathilde Pelsers, l’infirmière à l’origine de la démarche. Elle détaille les aspects pratiques de la mise en place d’un tel procédé : « À l’intérieur du couffin, il y a une enveloppe contenant toutes les informations nécessaires au cas où elles veulent se rétracter. Il y a aussi un numéro vert et une pièce de puzzle. L’ASBL garde la deuxième moitié de la pièce. C’est pour que la maman puisse être identifiée si jamais elle nous contacte pour récupérer son bébé. »

Entre-temps, le jour même de l’ouverture de la boîte à bébé bruxelloise, le bourgmestre faisant fonction Pierre Muyle (PS) conteste son installation à Evere, estimant qu’il s’agit d’une incitation à l’abandon des nouveaux-nés. « Depuis 2005, l’abandon de bébés est punissable par la loi et il existe bel et bien des alternatives à ce système. J’ai déjà demandé à la police d’aller voir sur place ce qu’il en est, mais je compte bien interdire l’installation d’une boîte à bébé, partout sur le territoire de la commune ! Je prendrai un arrêté de fermeture si nécessaire », selon ses propos cités sur le site de La Libre Belgique.

 

Source

Infocatho ne vit QUE DE VOS DONS !

Nous avons besoin chaque mois de trouver x personnes qui fassent un don de 50 €

Pourriez vous, en cette période de carême, être une de ces personnes ?

Votre don de 50 € sera exclusivement utilisé à la rédaction et à la diffusion d’articles positifs sur l’Eglise catholique.

Les clercs et les laïcs ont besoin de partager le bien qui se fait, car le bruit ne fait pas de bien et le bien ne fait pas de bruit.

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Comments are closed.