Card. Tukson “Le vrai développement doit être universel”

« Le vrai développement doit être universel, déclare le cardinal Turkson. Il n’est pas vrai lorsqu’il est appliqué à certaines personnes et pas aux autres. »

C’est avec cette affirmation que le président du Dicastère pour le service du développement humain intégral est intervenu au 39e congrès national des Caritas diocésaines organisé du 27 au 30 mars 2017 à Castellaneta, en Italie. Le cardinal s’est adressé aux 500 représentants de 155 Caritas diocésaines de l’Italie qui se sont réunis pour discuter sur le thème du développement humain intégral.

Le développement humain intégral, estime le cardinal Turkson, « c’est la réalisation de la dignité humaine pour tous ». Et de dénoncer : aujourd’hui, il existe plutôt des « solutions non satisfaisantes, non inclusives, non intégrales » qui sont destinées « à certains » ou servent seulement à traiter « des symptômes ». Ces solutions ne permettent pas de « résoudre les problèmes, ne vont pas à la racine ».

Comme exemple, le président du dicastère cite le problème de l’eau potable. Dans les Objectifs du millénaire pour le développement adoptés en 2015 (OMD), dit le cardinal, « on parle de la santé reproductive comme d’un droit, mais cette terminologie n’a pas été adoptée pour l’eau ». Il lance un appel à « approuver immédiatement les droits à l’eau », sans lesquels le programme du développement durable « ne va pas à la racine des problèmes conjoncturels, structurels qui semblent enfermer certaines zones dans la pauvreté, dans les conflits autour des ressources naturelles. »

Le développement humain intégral « est un moyen et en même temps un but », poursuit le cardinal. Autrement, il n’affronte pas « les problèmes qui sévissent dans certaines sociétés » : « Dans certains pays, avec de très bons indicateurs de développement et de croissance, les gens se suicident et le taux de natalité chute, alors que dans les pays les plus pauvres, les gens se cramponnent à la vie et, avec l’argent qu’ils n’ont pas et avec les enfants, ils se jettent dans des bateaux pour traverser l’eau vers un avenir meilleur. »

« Vous, de la Caritas diocésaine, s’adresse le cardinal aux participants au congrès, vous savez très bien ce que le Saint-Père désigne comme ‘l’humanité souffrante’ parce que vous le vivez quotidiennement dans la pratique ». Evoquant l’aide aux victimes de la guerre, il salue les efforts de Caritas en Irak où plusieurs familles ont été littéralement sauvées de la famine.

Enfin, le cardinal Turkson met en garde contre les « chrétiens de salon » et les partisans de « l’humanisme sans Dieu », parce que « donner de l’argent ne suffit pas pour combattre la pauvreté ou aider une femme enceinte désespérée ». Le développement humain intégral « inclut aussi la vie spirituelle et l’appel à la sainteté », conclut le cardinal Turkson.

 

 Source

Comments are closed.