Le cardinal Pell comparaîtra demain – Quelques points de repères

Le cardinal George Pell, préfet du Secrétariat pour l’Économie, doit comparaître ce mercredi 26 juillet devant un tribunal de Melbourne, dans une affaire d’abus sexuels. Voici quelques points de repère sur ce dossier qui a poussé le cardinal australien à se mettre en congé de ses fonctions depuis le 29 juin dernier, sans pour autant démissionner, pour le moment.

De quoi le cardinal Pell est-il accusé ?

La police de Melbourne n’a pas communiqué sur les accusations spécifiques adressées au préfet du Secrétariat pour l’Economie, mais selon divers articles journalistiques, il s’agirait de faits remontant aux années 1970, quand George Pell était prêtre du diocèse de Ballarat, sa ville natale, dans l’État australien de Victoria, à 100 km de Melbourne. Ils se réfèrent notamment, entre autre, au cas de trois hommes, enfants à l’époque (Lyndon Monument, Damian Dignon et Darren Mooney), qui ont parlé de ses comportements inappropriés présumés dans une piscine de la ville.

Est-ce la première enquête pénale à son encontre ?

Non. Peu après sa nomination comme archevêque de Sydney, en 2002, Mgr George Pell (créé cardinal en 2003), a été l’objet d’une enquête pour des abus sexuels présumés commis sur un enfant 40 ans auparavant. L’affaire a été classée après quelques semaines. Mis à part ce cas, ces quatre dernières années, le cardinal Pell a été interrogé deux fois en visio-conférence depuis Rome par la Commission royale (la Commission nationale d’enquête sur les réponses des institutions face aux abus sexuels sur mineurs) concernant une couverture présumée de cas de pédophilie dans l’archidiocèse de Melbourne (en 2014) et dans le diocèse de Ballarat (en 2016). La Commission instituée en 2012 par le gouvernement de Canberra pour enquêter sur la pédophilie en Australie n’a toutefois pas de pouvoirs d’action pénale, et peut seulement dénoncer d’éventuels cas à la police. Cette dernière a entretemps ouvert une enquête sur une implication directe présumée du préfet du Secrétariat pour l’Économie dans des actes de pédophilie.

Pourquoi est-il appelé à comparaître maintenant ?

Selon le Tribunal de Melbourne, les preuves à charge recueillies par la police seraient maintenant suffisante pour lui faire un procès.

Comment le cardinal Pell s’est-il défendu, jusqu’à maintenant ?

Il a toujours rejeté les accusations, les présentant comme « infondées »« totalement fausses » et « outrageuses ».

Quelle a été la position du Pape François et du Saint-Siège ?

Une position de prudence et d’attente, jusqu’à l’annonce du renvoi en jugement, quand le Pape François lui a accordé une période de congé pour lui permettre de se défendre des accusations en Australie.

Y’a-t-il eu d’autres cas graves de pédophilie dans l’Église australienne ?

Ils ont émergé au cours des années 1990, avant l’explosion du scandale de la pédophilie dans l’Église des États-Unis. Suite à cela, en 1996, la Conférence épiscopale australienne et l’Assemblée de la Conférence des religieux australiens ont adopté un protocole avec une série de normes concrètes pour la prise en charge des victimes et des accusés, dénommé “Towards Healing”(“Vers la guérison”)

En 2008, à l’occasion de son voyage apostolique à Sydney dans le cadre des JMJ, le Pape Benoît XVI avait rencontré certaines victimes.

 

Source Radio Vatican

Comments are closed.