Carêméditation #6 : l’Eglise mère des peuples

Comme promis dans notre édito du mercredi des cendres, chaque jour nous vous partageons à méditer un texte du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine. Aujourd’hui, par la même occasion, nous allons vous faire découvrir un grand artiste de notre temps : Le Turk. Photographe, véritable créateur d’univers, profondément catholique, à la fois dans le monde et surnaturellement décalé et habité, un grand talent ! C’est avec une agréable surprise que je découvris, en regardant son livre de photos Opera Mundi, un extrait de la Lettre ouverte à l’Eglise du troisième millénaire par le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, accompagnant une superbe photo nommée Le peuple ; aussi c’est tout naturellement que je publie cet extrait avec la photo.

Je rêve d’une Eglise aussi inculte que l’apôtre Pierre et aussi féconde que lui.

*

Je rêve d’une Eglise qui ne perdrait jamais de vue que les premiers apôtres étaient des travailleurs manuels et non des bacheliers, et qu’aucun d’entre eux ne sortait de la cuisse de Jupiter.

*

Je rêve d’une Eglise qui ne recevrait aucun honneur de la part des gouvernants et dont les évêques et les prêtres refuseraient la Légion d’honneur tant que les mères de famille qui se crèvent à la tâche ne l’auraient pas toutes reçues.

*

Je rêve d’une Eglise qui bénirait Pascal d’avoir pensé et écrit un jour que “le peuple a des opinions très saines”.

*

Je rêve d’une Eglise qui en contemplant les liens des personnes, de quelque nature soient-ils, se redirait à elle-même et dans le secret la parole de son Seigneur : “Celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.” Voilà qui mettrait les pendules à l’heure juste, autant dire à celle du Ciel.

*

Je rêve d’une Eglise qui exclurait de ses offices le fade, l’insipide, le tiède, le doucereux, le lent, le morne, le mielleux, le soporifique, qui sont à l’inverse des vertus du Christ.

*

Je rêve d’une Eglise qui mettrait à mort en place publique l’intransigeance, la dureté de coeur, les approches généralisantes ainsi que les jugements à l’emporte-pièce en matière de morale. Quel beau et grand feu ce serait, et il y en aurait, du bois !

*

Je rêve d’une Eglise, qui, en prenant les empreintes digitales de chaque homme, trouverait à chaque fois le doigt de Dieu.

Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

Nous espérons qu’un évêque aura l’idée de lui commander une oeuvre, car l’Eglise fut pendant longtemps mère des arts, toujours encourageant les meilleurs artistes, afin de partager au monde et aux peuples les plus grandes et émouvantes beautés !

 

Un aperçu de son oeuvre :

Le Turk sur Facebook

 

Comments are closed.