En quoi l’Homme est-il différent de la fraise ?

Il est surprenant de voir combien il est plus facile de présenter une fraise, qui pourtant nous est étrangère, que l’homme qui lui nous est si familier et si intime. Certes nous imaginons bien que l’homme est plus complexe que la fraise et donc plus difficile à définir. Encore que… Tenez, livrons-nous à un petit exercice qui devrait nous faire avancer. Commençons par le plus facile. Qu’est-ce qu’une fraise ? Tout de suite nous répondrons, un fruit ! A certes, mais la pomme n’est-elle...

Lire la suite

Le monde du livre et le livre du monde : deux visions de l’écologie

Pour participer à la journée de prière pour la Création, Infocatho vous propose de redécouvrir cet article de Vivien Hoch, publié le 6 juin 2017.   Alors que l'ONU, se lançait hier (5 juin 2017)dans sa journée de l'environnement, nous vous proposons une vision spirituelle et philosophique de l'écologie, avec une étude de Vivien Hoch   L’encyclique du pape François est sujette à de nombreuses interprétations ; laudatives quand on y voit une critique du « système »,...

Lire la suite

Conscience et Vérité – Cardinal Ratzinger

Conférence faite aux États-Unis en 1991, traduite et publié in Communio N° XXI, 1–janvier-février 1996 « Aujourd’hui, spécialement dans le domaine de la théologie morale catholique , le problème de la conscience se trouve au coeur de la question morale. Le débat tourne autour des concepts de : liberté et norme, autonomie et hétéronomie, auto-détermination et détermination par une autorité extérieure. Dans ce contexte, la conscience apparaît comme le rempart de la liberté...

Lire la suite

Mépris, fils de haine et nourrisson d’orgueil

On comprend souvent un peu vite le mépris comme un succédané de l’orgueil alors que si les deux sont liés c’est de façon indirecte, comme conséquence d’une même cause : la peur. Le mépris, en effet, est cette combinaison bizarre de la haine et du dégoût. C’est donc une véritable répulsion. La haine en son fondement est une répulsion, une mise à distance, un refus. Au sens strict la haine n’est autre qu’une aversion, comme l’amour est une attirance. Le mépris, pour sa part,...

Lire la suite

Bertrand Vergely, point de vue du philosophe sur l’euthanasie

L’euthanasie signifie la douce mort. Cette douce mort désigne le fait, pour un médecin, d’abréger les souffrances d’un malade incurable en lui donnant la mort. Beaucoup de personnes voient dans l’euthanasie un moyen de soulager la souffrance de certaines fins de vie. Avant de leur donner raison, il importe de voir ce qu’il y a derrière et ce qui risque d’advenir après si celle-ci est légalisée. I. LA VIOLENCE En premier lieu, il importe de rappeler que l’euthanasie ne consiste...

Lire la suite

Aristote, l’animal politique

Le collège supérieur de Lyon propose un certain nombre de formations fondamentales. Le philosophe Jean-Noël Dumont, président des philosophes catholiques et fondateur du collège supérieur, dispense ici une leçon sur Aristote, l'animal politique. L'occasion de mieux entrer dans la philosophie aristotélicienne, une des bases de notre pensée. C'est ici  

Lire la suite

Le Transhumanisme – Et l’Homme se créa à l’image de Dieu…

Qui n’a jamais rêvé de vivre sans contraintes ? Pourquoi l’Homme veut-il être plus grand que lui-même ? Ce n’est pas nouveau, l’Homme a soif d’infini. Dès lors que Dieu est inexistant, l’Homme doit occuper ce vide et ce besoin d’infini par d’autres puissances qui lui sont propres. Combler les inégalités par la technique Le mot « transhumanisme » a été inventé en 1957 par le biologiste Julian Huxley, frère d’Aldous Huxley ayant écrit dans les années 1930...

Lire la suite

Face au vide des valeurs, la recherche de l’absolu

« La société contemporaine ne se reconnaît pas comme une société nihiliste. Nous ne cessons de rapporter nos comportements politiques, sociaux, et même économiques, à des postulats éthiques : comme individus, comme citoyens, comme consommateurs, nous voudrions agir en fonction de nos valeurs, au point que le vocabulaire des valeurs a littéralement envahi le débat public. Rien ne semble plus indiscutable que l’importance des valeurs ; certaines sont contingentes – les instituts de sondage...

Lire la suite

François-Xavier Bellamy explique la vertu de prudence

  Nous parlons souvent de la prudence comme vertu que nous opposons parfois à enthousiasme, impuétuosité, témérité voire à la magnanimité dont nous donnons un aperçu par saint Thomas d'Aquin, ici. François-Xavier Bellamy dans un entretien avec Jean Sévilla, revient avec la clarté qu'on lui connait sur cette vertu. Comment définissez-vous la vertu de prudence ? La prudence n’apparaît pas tout de suite comme une vertu. Dans la philosophie de Platon, elle n’existe pour...

Lire la suite

Solidarité ou charité ?

Nous ne conservons aujourd’hui sous le terme « solidarité » qu’un très petit aspect de ce qu’est en réalité la solidarité. Le langage commun n’en a retenu que l’un des effets positifs à travers cet élan de générosité et de mobilisation par l’entraide. Car à y regarder de plus près qu’est-ce que cette mobilisation sinon une forme de redistribution des cartes dans laquelle ceux qui ont se dépossèdent au profit de ceux qui n’ont pas ou qui ont perdu. L’aspect formel,...

Lire la suite