Centrafrique : un massacre dans un camp de réfugiés et dans la cathédrale

Un massacre a été perpétré en Centrafrique, à Alindao, dans un camp de réfugiés et dans la cathédrale, jeudi dernier, 15 novembre,  dénoncent les media du Vatican.

Vatican News en italien rapporte que l’attaque, commise par des dizaines de rebelles de l’Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC) de Ali Darassa. Elle aurait fait  42 morts selon un bilan encore provisoire, dont deux prêtres. Ce serait la réponse du groupe rebelle à l’assassinat d’un musulman par des « anti-balaka ».

Il semblerait que les Casques bleus de la MINUSCA (Mission de stabilisation de l’ONU en République centrafricaine) ne soient pas intervenus, déplore l’agence vaticane Fides.

« Après avoir saccagé et incendié la Cathédrale, les rebelles se sont dirigés vers le camp de réfugiés, où ils ont tué au moins 42 personnes. Parmi les victimes se trouve le Vicaire général du Diocèse d’Alindao, Mgr Blaise Mada, qui a été enterré hier, ainsi qu’un autre prêtre dont le corps a été retrouvé aujourd’hui, le père Célestin Ngoumbango, Curé de Mingala », indique une source de Fides : « Les deux prêtres ont été tués par des coups de feu tirés au cours de l’assaut mené contre l’évêché où ils s’étaient réfugiés en compagnie d’autres personnes ».

L’évêque d’Alindao, Mgr Cyr-Nestor Yapaupa, a organisé l’évacuation des survivants en direction de la capitale, Bangui, indique Fides.

Le pape François s’est rendu en Centrafrique en novembre 2015. A la mosquée centrale de Bangui, le 30 novembre, il a appelé à la paix : « Chrétiens et musulmans nous sommes frères. Nous devons donc nous considérer comme tels, nous comporter comme tels », avant d’ajouter : « Ensemble, disons non à la haine, à la vengeance, à la violence, en particulier à celle qui est perpétrée au nom d’une religion ou de Dieu. »

C’est à Bangui que le pape a ouvert la première porte sainte du Jubilé de la miséricorde, de façon anticipée.

Source : Zenit.org

Cher lecteur

Infocatho est dans une situation économique préoccupante. Peut-être ai-je pris du retard pour vous le dire : j’ai besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.

Votre don de 5, 10, 15, 25, 50 € ou plus est nécessaire pour que je puisse poursuivre cette oeuvre au service de l'Eglise après Pâques.

Merci pour votre don

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Website:

Comments are closed.