Chine : la culture communiste contre Dieu

Si la persécution antichrétienne en Chine aujourd’hui est d’une intensité semblable à celle qui sévissait lors de la « Grande révolution culturelle prolétarienne » lancée par Mao Zedong, les moyens culturels utilisés en 2019 ne diffèrent guère de ceux qui prévalurent de 1966 à 1968. Qui a tenté de voir un des huit opéras-ballets « prolétariens » de l’époque, aura une petite idée de l’inanité sonore et artistique du genre. On peut gager que la version contemporaine n’aura guère plus de succès que son modèle… Les autorités du Henan ont invité des troupes d’opéra traditionnel à venir donner des spectacles devant les églises lors des assemblées régulières des fidèles ou de rassemblements pour des célébrations religieuses exceptionnelles, afin de « réduire l’espace de la croyance religieuse ». Selon des sources intérieures, de plus en plus de municipalités du Henan ont rejoint cette initiative. En octobre, le gouvernement de la ville de Luoyang a diffusé un document […] ordonnant de promouvoir vigoureusement la propagande athéiste […]. Le document précise : « Se concentrer sur les villages (communautés) disposant de lieux de culte, renforcer la création d’une civilisation spirituelle socialiste, donner toute latitude aux organisations de base du front culturel et promouvoir vigoureusement la connaissance culturelle et scientifique ainsi que la propagande athéiste. » [L’objectif est de] faire passer le mot d’ordre : « Nous sommes en concurrence avec Dieu pour le peuple. » Bitter Winter, 3 décembre – © CH pour la traduction.

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Cher lecteur

Infocatho est dans une situation économique préoccupante. Peut-être ai-je pris du retard pour vous le dire : j’ai besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.

Votre don de 5, 10, 15, 25, 50 € ou plus est nécessaire pour que je puisse poursuivre cette oeuvre au service de l'Eglise après Pâques.

Merci pour votre don

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Website:

Comments are closed.