Chine : un ancien évêque clandestin reconnu par les autorités officielles

Chine : un ancien évêque clandestin reconnu par les autorités officielles

Mgr Pierre Li Huiyuan, ancien évêque “clandestin” du diocèse de Fengxiang (province du Shaanxi) a été installé comme évêque de ce diocèse lors d’une cérémonie supervisée par Mgr Anthony Dang Mingyan, évêque de Xi’an et secrétaire général adjoint de l’Association patriotique catholique chinoise, le 22 juin dernier. Âgé de 55 ans, Mgr Li est ainsi le quatrième évêque clandestin à être reconnu par les autorités officielles depuis la signature en septembre 2018 de l’accord signé entre Rome et Pékin concernant la nomination des évêques.

Environ 150 personnes, incluant les évêques de la région et des représentants des fidèles du diocèse, participaient à cette cérémonie officielle d’installation qui a eu lieu à la cathédrale Saint-Joseph de Fengxiang. Au cours de cette cérémonie, Mgr Dang a remis à Mgr Li la mitre, la crosse et l’anneau, qui représentent l’autorité et les charges d’un évêque catholique. Dans l’homélie qu’il a prononcée, Mgr Li a promis de respecter la Constitution chinoise et de soutenir l’unité de la patrie et l’harmonie sociale, mais aussi d’aimer le pays et la religion. Il a également insisté sur “l’indépendance de notre Église”, souhaitant contribuer au rêve d’une grande renaissance de la nation chinoise et de sa puissance.

Mgr Li avait été élu évêque coadjuteur de l’évêque de Fengxiang le 18 mai 2011, mais indépendamment des autorités chinoises, le diocèse de Fengxiang échappant en effet aux structures “officielles” contrôlées par Pékin tout en ayant pignon sur rue. Les évêques avaient ensuite élu Mgr Li dans le cadre d’un synode régional, conformément aux règles de l’Association patriotique catholique chinoise. Ordonné évêque seulement en 2014, Mgr Li avait succédé alors à Mgr Lucas Li Jingfeng, décédé le 17 novembre 2017 et qui avait été une grande figure du catholicisme chinois (il avait salué la lettre aux catholiques chinois de Benoît XVI) ; il n’avait pas été reconnu par les autorités chinoises, tout en continuant son oeuvre pastorale. Mgr Lucas Li Jinfeng avait ainsi participé à la renaissance de l’Église chinoise au début des années 1980. Jusqu’en mai 2019, le diocèse le Fengxiang n’était pas reconnu par l’Association patriotique. Une représentation locale de l’Association fut alors été créée à ce moment et Mgr Li en prit la présidence. Ce n’est qu’en juin 2020 que Mgr li est devenu, aux yeux des autorités chinoises, l’évêque légitime du diocèse de Fengxiang. On mesure tout le parcours pour qu’une décision romaine soit reconnue par Pékin. Le diocèse de Fengxiang est un diocèse de petite taille.

Une cérémonie similaire avait eu lieu le 9 juin dernier pour l’installation d’un autre ancien évêque “clandestin”, Mgr Pierre Lin Jiashan, comme archevêque de Fuzhou (province de Fujian). Ce dernier, âgé de 86 ans, a donc été installé comme pasteur de cet archidiocèse.

Deux autres évêques anciennement clandestins ont été reconnus depuis l’Accord entre Rome et Pékin de 2018 : Mgr Zhuang Jianjian, aujourd’hui évêque de Shantou, et Mgr Jin Lugang, évêque de Nanyang.

(Source : agence ucanews)

 

Articles liés

Partages