Christianophobie en France – Les réponses du ministère de l’intérieur

Le ministère de l’Intérieur a publié le 31 janvier dernier, un communiqué du Service central du renseignement territorial (SCRT) de la Direction centrale de la Sécurité publique (DSCP), faisant état de 878 faits constatés en 2017 d’actes christianophobes contre « les édifices et sépultures chrétiens ». Le caractère global de cette dernière définition, a amené l’Observatoire de la christianophobie  à interroger le ministère.

 

 

1- Édifices chrétiens.

Quelle est votre définition technique du terme « édifice » ? S’agitil uniquement des lieux de culte (églises, chapelles, temples…), ou le terme recouvre-t-il aussi des lieux chrétiens hors lieux de culte : presbytère, locaux associatifs, lieux de mémoire (croix de carrefour, calvaires, etc.) ?

Le recensement des atteintes aux lieux de culte est entendu au sens large, et comprend les chapelles, les églises et les cathédrales, les salles paroissiales, les temples protestants et évangéliques, les calvaires, statues ou croix situés sur le bord des routes, mais également les monuments aux morts. Concernant ces derniers, bien que partie intégrante du domaine public et donc gérés par les communes, le caractère sacré, que leur confère la population, conduit à les assimiler à un symbole chrétien.

 

2. Sépultures chrétiennes.

Là aussi, quelle est votre définition technique du terme ? S’agit-il de sépultures individuelles au sens propre (tombes, caveaux…) ou de cimetières ?

Il s’agit de sépultures individuelles dans des cimetières.

3. Répartition

Sur les 878 faits constatés en 2017 par le SCRT, comment se répartissent-ils, en nombre, entre édifices chrétiens et sépultures chrétiennes ?

En 2017, 878 faits ayant visé les symboles matériels chrétiens ont été relevés, 252 dans des cimetières et 626 sur ou dans des lieux de culte.

Source Christianophobie Hebdo.

Abonnez-vous et recevez les 4 premiers numéros gratuitement

 

 

Comments are closed.