Christine Boutin condamnée : justice et libertés en péril

Christine Boutin a été condamnée en appel pour « provocation publique à la haine », pour avoir déclaré dans un entretien : « L’homosexualité est une abomination. » J’ai déjà eu l’occasion de dire, à plusieurs reprises, que ces propos étaient mal venus, car ils pouvaient difficilement être compris. Ils n’ont, en effet, de sens que dans un contexte religieux (abomination désignant un péché grave dans le contexte biblique). Or, Mme Boutin étant une femme politique, tout le monde a interprété ses propos dans un contexte politique, où ils apparaissent effectivement comme une insulte. Il faut tout de même préciser que l’intéressée avait pris quelques précautions. Elle avait explicitement dissocié l’homosexualité des homosexuels – en précisant qu’elle-même était pécheresse et qu’elle ne pouvait donc pas juger les personnes. Là encore, en contexte religieux, cela se comprend aisément : le pécheur n’est pas, en morale chrétienne, réductible à son péché, puisque Dieu aime le pécheur et déteste le péché. En un mot, que Mme Boutin soit vilipendée par la presse ne m’eût pas surpris – ni même choqué. Femme politique d’expérience, elle aurait dû maîtriser sa communication.

 

En revanche, qu’elle soit condamnée par la justice me semble extrêmement inquiétant. Tout d’abord, parce qu’une nouvelle fois, les magistrats jugent, non pas précisément ce qui est dit (puisqu’explicitement, Mme Boutin a refusé de juger les homosexuels), mais les arrière-pensées supposées du prévenu. On l’avait déjà vu avec des jugements à l’encontre d’Éric Zemmour ou de Dieudonné. Cette dérive se poursuit donc. Dans l’indifférence générale. Mais ce qui est peut-être plus inquiétant encore, c’est que les propos de Mme Boutin ne sont pas d’elles. Ils sont, en toutes lettres, dans la Bible. Ce n’est donc pas Christine Boutin, femme politique, qui se trouve ici condamnée, mais la Bible elle-même. En un moment où nous constatons de plus en plus que toute critique du Coran est assimilée à de « l’islamophobie », elle-même assimilée à du racisme, la Bible, l’un des textes fondateurs de notre civilisation, se trouve donc censurée par les juges. Bref, ce jugement prouve une nouvelle fois que notre liberté d’expression et de conviction se réduit comme peau de chagrin. Et que la « justice » continue à pratiquer le « deux poids, deux mesures ». Non, ce n’est pas très rassurant pour la santé morale de notre malheureux pays !

Jean Rouxel

Source

 

Pour aller plus loin

Peut-on encore parler d’homosexualité

La Bible sanctionnée aux USA ?

Comments are closed.