Colombie – ONU et Eglise côte à côte pour les négociations de paix

Le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a fait appel au gouvernement colombien et à l’ELN (mouvement de guérilla connu sous le nom d’Armée de libération nationale) afin qu’ils mettent un terme aux « actions armées » et relancent « un dialogue sérieux et constructif, afin de satisfaire aussi vite que possible les attentes créées par l’engagement des parties à atteindre une résolution de leur conflit au travers de moyens politiques ».

La déclaration d’António Guterres a été faite au terme de sa visite de deux jours en Colombie, où il a pu constater personnellement les progrès réalisés dans l’application de l’accord avec les FARC (autre mouvement de guérilla connu sous le nom de Forces armées révolutionnaires de Colombie). A propos du processus de paix avec l’ELN, il a chargé son représentant en Colombie de « prendre toutes les mesures nécessaires afin de faciliter le retour des parties à la table des négociations ».

La visite en Colombie du Secrétaire général des Nations unies, les 13 et 14 janvier, a été la première d’António Guterres dans un pays d’Amérique latine depuis son entrée en fonction, le 1er janvier 2017. Sa demande arrive quelques jours après que le groupe armé connu sous le nom d’ELN ait repris ses actions violentes contre des infrastructures, rendant ainsi impossible toute prolongation du cessez-le-feu établi à Noël 2017.

Du côté de l’Eglise catholique, le Père Darío Echeverri, Secrétaire général de la Commission de Conciliation nationale, l’un des responsables du suivi du processus de paix, a déclaré à la pression locale que l’ELN ne semble pas avoir compris l’opportunité qu’il gaspille en ce qui concerne la relance des négociations. Le Père Echeverri a été l’un des protagonistes de la trêve historique de 101 jours de soulagement humanitaire, en particulier pour les provinces d’Arauca, de Chocó, de Norte de Santander et de Nariño. La population ne se souvenait pas de fêtes de Noël et de fin d’année si sereines et tranquilles comme celles de 2017.

Source Agence Fides

 

Comments are closed.