Congo – Les évêques appellent à dépasser l’impasse politique

La nomination de Bruno Tshibala au poste de Premier Ministre de la République démocratique du Congo constitue « une distorsion de l’accord de la Saint Sylvestre » affirment les Evêques congolais.

Selon cet accord en effet, le Premier Ministre aurait dû être désigné de manière consensuelle par l’opposition alors que cette dernière s’est divisée. Le Président Joseph Kabila a donc nommé Bruno Tshibala Premier Ministre, alors que ce dernier ne représente qu’une partie de l’opposition. Selon les Evêques, la nomination constitue « une distorsion de l’accord de la Saint Sylvestre et explique la persistance de la crise ».

L’impasse politique risque d’empêcher l’application de l’un des points fondamentaux de l’Accord signé le 31 décembre dernier, à savoir la tenue des élections présidentielles, législatives et provinciales d’ici la fin de cette année.

La situation bloquée dérive, outre l’absence de nomination du Premier Ministre du gouvernement d’unité nationale de manière consensuelle, du fait que l’opposition n’est pas parvenue à se mettre d’accord sur le nom du Président du Comité de contrôle de l’application de l’accord de la Saint Sylvestre. Sur la base de l’accord en question, ce dernier devait en effet être le Président du Rassemblement, formation réunissant les principaux partis d’opposition, mais la mort d’Etienne Tshisekedi, responsable du Rassemblement, a rouvert la partie en ce qui concerne la nomination de cette importante figure de garantie.

Le Président Kabila a demandé aux forces politiques « d’accélérer les négociations en vue de la désignation d’une personnalité consensuelle à la présidence de cette structure », laissant la porte ouverte à la désignation d’une personne ne provenant pas du Rassemblement. De leur côté, les Evêques avaient proposé en revanche la nomination, avec l’accord de tous, d’une personnalité issue du Rassemblement, sachant que, selon eux, « la sortie du compromis politique convenu entre les parties représenterait une violation de l’accord de la Saint Sylvestre ».

Le message souligne enfin que l’impasse politique aggrave les conditions économiques et sécuritaires précaires de la RDC, déplorant en particulier la situation au Kasaï, « où, au sein de l’Archidiocèse de Kananga et dans les Diocèses de Mbujimayi, de Luebo et de Luiza, des affrontements sanguinaires ont opposé les forces de l’ordre aux miliciens de Kamuina Nsapu ».

 

Face à cette situation, « la Conférence épiscopale nationale congolaise fait appel aux acteurs politiques et sociaux afin qu’ils soient plus sensibles aux souffrances du peuple congolais ».

Source

Comments are closed.