De l’alligator à la bière, ces aliments étonnants autorisés pendant le carême

Aliments étonnamment autorisés pendant le carême

Les règles de jeûnes, maigres et efforts de carême sont variables d’un diocèse à l’autre, mais globalement, elles se recoupent. Dans la plupart des diocèses, il est demandé de s’abstenir de viande (des exemples historiques sont les diocèses d’Espagne où tout le monde mange de la viande les vendredis, et le diocèse d’Islande, où il n’y a rien en particulier d’interdit, et où il faut juste faire « maigre »). Les règles sur ce qui est permis ou non sont parfois étranges, voici donc une petite anthologie d’aliments qui sont autorisés durant le carême, bien que cela puisse nous paraitre étrange.

La bière :

La bière est considérée comme un pain liquide et fait donc parti des aliments de premières nécessités. Il faut savoir qu’à une certaine époque, où l’eau pouvait être contaminée, la bière était une boisson plus saine, en ceci qu’elle provoquait moins de risques pour la santé. Selon une légende, il y a plusieurs siècles, des moines allemands avait produit une bière d’une excellente qualité, et ils s’étaient demandé si cela était acceptable pour le carême. Pour en avoir le cœur net, ils ont décidé d’envoyé un tonneau de leur bière au pape, pour qu’il puisse dire si oui ou non cela était acceptable en temps de jeune ou de maigre. La route entre Munich et Rome étant très longue, la bière du tonneau avait tournée, et quand le pape l’eu gouté, elle était juste dégoutante. Le pape déclara donc que boire une telle boisson était compatible avec la pénitence, et qu’il serait même d’un grand sacrifice de ne consommer que de la bière durant le carême et de s’abstenir de tout aliment solide. Depuis cette règle n’a jamais été revue, et l’on voit encore des personnes ne vivant que de bière durant le carême.

Les escargots :

Bien que cela nous semble être un met de luxe, les escargots ne sont pas considérés comme de la viande. De plus dans certains endroits, ils constituent un plat de pauvres, puisqu’ils peuvent être juste glanés.

Les cuisses de grenouilles :

Voici encore un plat de luxe, mais totalement compatible avec le carême. En effet, d’après les règles de l’Eglise, les grenouilles sont des poissons ! La différence entre la viande et le poisson étant que la viande vient d’un animal terrestre à sang chaud, alors que le poisson est un animal aquatique à sang froid ! Les amphibiens sont donc d’un point de vue ecclésial considérés comme des poissons.

L’alligator :

Pour ceux qui ont déjà consommé de l’alligator, vous serez surpris d’apprendre que même si cela  semble être de la viande, le crocodile est un animal à sang froid vivant dans l’eau : il est donc considéré comme un poisson ! Il y a quelques années, les évêques américains ont même confirmé cette position, qualifiant l’alligator de « fruit de mer ».

On pourrait continuer avec d’autres animaux : les tortues et les reptiles sont également admis pendant le carême, et ceux même s’il ne vivent pas dans l’eau. A titre d’exemple, le lézard est aussi permis !

Les Bretzels :

Ces petits gâteaux originaires d’Alsace, d’Allemagne, de Suisse et d’Autriche sont connu à travers le monde. La pâte à bretzel ne contenant ni beurre, ni lait, ni œuf, respecte les normes de carême les plus strictes ! Il est même possible que ces gâteaux aient été conçus spécialement pour le carême.

Le macareux :

Voici un aliment controversé : le macareux, qui avait été consommé par des moines de Normandie, puisqu’aquatique et disposant de pattes palmées, qu’ils considéraient comme des nageoires. Dans un premier temps, l’évêque de Rouen condamna cette pratique la qualifiant d’hétérodoxe. Puis après de nombreuses péripéties, les moines réussirent à lui faire lever l’interdiction, rendant de fait le macareux accepté durant le carême. Son statut d’espèce protégée interdit sa consommation en France, et l’autorisation résultant d’un évêque de Rouen, cette règle ne s’applique qu’en Normandie.

Parmi les animaux amphibies acceptés durant le carême, nous citeront aussi : le rat musqué (propre au diocèse de Détroit), le castor (propre aux diocèses du Canada), le bernache nonnette (propre aux diocèses d’Irlande), le lamantin, l’otarie ou le cabiaï (Autorisés par le Vatican suite à un mauvaise classification). 

Le craquelin :

Le craquelin est une viennoiserie originaire du Hainaut qui fut originairement conçu par les moines de l’Abbaye d’Elnon, spécialement pour le Vendredi Saint. On peut désormais le trouver durant tout le carême (un peu comme la galette des rois que l’on sait trouver de décembre à février).

Parmi les gâteaux consommables durant le carême, on peut noter les « hot cross buns » (petits pains anglais de pâques), ou les Simnel Cakes. Il est fort probable qui l’on puisse trouver d’autres exemples dans d’autres régions et d’autres pays. 

Benjamin Leduc

Comments are closed.