De l’or, de l’encens, de la myrrhe ? Mais pour quoi ?

Les mages offrent trois choses bien curieuses pour un nourrisson. De l’or, de l’encens et de la myrrhe.  Mais pourquoi ou plus exactement pour quoi, pour qui ?

Si vous n’avez pas eu la réponse dans l’homélie d’hier voici la clef du mystère.

 

De l’or au Roi, de l’encens au vrai Dieu et de la myrrhe pour sa sépulture. 

1. La prière des Heures. — L’Office nous offre au cours de la semaine une grande abondance de considérations sur le mystère de la fête. Au second Nocturne nous lisons un passage d’un sermon d’Épiphanie de saint Augustin. Il est très instructif de voir comment ce Père de l’Église conçoit la fête. Il ne connaît comme mystère de la fête que l’adoration des Mages : “ Pour les Mages ce jour se leva une fois avec sa lumière, pour nous la commémoration annuelle de ce jour est venue. Les Mages étaient les prémices des Gentils, nous sommes le peuple des Gentils. Pour nous c’est la langue des Apôtres qui nous a instruits, quant à eux, ils ont été instruits par l’étoile qui était comme la langue du ciel. A nous, les Apôtres, comme d’autres cieux, ont raconté la gloire de Dieu (nous voyons ici que dès le temps de saint Augustin le ps. 18 était déjà chanté en l’honneur des Apôtres) Grand mystère ! Le Sauveur était couché dans sa Crèche et cependant il amenait les Sages de l’Orient. Il était caché dans l’étable et il fut reconnu dans le ciel, afin que Celui qui était reconnu dans le ciel fût manifesté dans l’étable. Ainsi l’Épiphanie, c’est-à-dire la manifestation du Seigneur, établit sa gloire et son abaissement. Celui qui, dans les profondeurs du ciel, était signalé comme le Très-Haut par le signe des étoiles est trouvé dans l’étroite demeure comme un faible enfant né avec des membres enfantins, enveloppé de langes enfantins, afin que les Sages l’adorent et que les méchants le craignent. ”

Au troisième Nocturne nous lisons un passage d’un sermon d’Épiphanie du pape saint Grégoire le Grand (ce sermon fut fait dans l’église liturgique par excellence, à Saint-Pierre). Ce sermon, divisé en quatre parties, est, à part quelques légères omissions, lu tout entier au bréviaire.

Considérons encore que, dans l’esprit de la liturgie, — nous participons pendant toute la journée au mystère des Mages. C’est ce que nous indiquent les antiennes des Heures, particulièrement celles de Laudes et de Vêpres. A Prime : la grande manifestation de Celui qui a été engendré avant l’étoile du matin ; à Tierce : la marche des Mages sous la conduite de l’étoile ; à Sexte : la marche d’offrande des Mages ; à None : la visite des Mages à l’Enfant-Dieu. Les antiennes de Benedictus et de Magnificat sont tous les jours différentes. Au lever du soleil, l’Église chante : “ De l’Orient, les Mages sont venus vers Bethléem pour adorer le Seigneur et ils ouvrirent leurs trésors et offrirent de grands présents : de l’or au Roi, de l’encens au vrai Dieu et de la myrrhe pour sa sépulture. Alleluia ” (Ant. Ben.). Elle chante au coucher du soleil : “ Quand les Mages virent l’étoile, ils eurent une grande joie ; et ils entrèrent dans la maison et ils offrirent au Seigneur de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Alleluia ”. (Ant. Magn.).

2. La Messe. — Il est conforme à l’esprit d’une Octave de méditer chaque jour avec soin quelques parties de la messe de la fête. C’est ce que nous ferons. Considérons aujourd’hui l’Introït. Pour bien comprendre un Introït, il faut l’examiner dans toute son étendue, avec le psaume entier et y voir l’accompagnement de l’entrée du prêtre. Le psaume 71 est celui qui convient spécialement à la messe de l’Épiphanie, il domine toute la messe. Le chrétien devrait l’étudier et le préparer avant la fête. Dans ce psaume on chante le royaume du Roi céleste. Ce royaume possède deux caractéristiques : c’est un royaume de paix et de justice. Ce royaume est illimité dans le temps et dans l’espace. Il est facile de voir que ces pensées conviennent parfaitement à notre fête où nous célébrons la fondation du royaume du Christ. On insiste particulièrement sur ces versets : “ Les rois de Tharsis et des îles lointaines apporteront des présents, les rois d’Arabie et de Saba se hâteront avec leurs dons, tous les rois de la terre l’adoreront, toutes les nations le serviront. ” Ce sont précisément ces versets qui ont fait des Mages, des rois (ils forment aussi la seconde antienne, on les appelle versus ad repetendum). L’antienne de l’Introït commence par ecce : — voici. L’Église indique du doigt l’Évêque qui fait son entrée. Sous la figure du célébrant, apparaît le Roi pacifique qui fait son entrée dans sa ville dont la maison de Dieu est le symbole. La liturgie prévoit donc le dramatique déploiement de la procession à travers l’église. Remarquons quelle réalisation présente il y a dans cet Ecce (de même que dans la répétition de Hodie : — aujourd’hui), Ecce advenit — ces mots nous les connaissons depuis l’Avent. Nous avons attendu avec un désir ardent, pendant quatre semaines, le “ Roi qui doit venir ”. Aujourd’hui notre attente est comblée : le voici. Il est là .. Et avec quelle beauté est exprimée cette pensée de la royauté et avec quelles fières paroles ! Dominator, Dominus, le Souverain, le Seigneur (KurioV). “ Il porte dans sa main (comme un globe impérial) la royauté et la puissance et l’empire du monde (dont l’empire romain n’était qu’une faible image). Nous sommes ainsi, dès cette ouverture, au cœur du drame : le Roi se tient au milieu de nous.

Mais l’entrée du prêtre présente encore un autre symbole. Avec le célébrant, ce n’est pas seulement le Roi qui fait son entrée ce sont aussi les trois Rois qui s’approchent de Bethléem “ la maison du pain ”, l’autel qui signifie le Christ. Nous tirons ce second symbolisme du versus ad repetendum. Nous ne devons pas être surpris de voir le prêtre réunir ces deux symboles ; à la messe il est souvent tour à tour représentant de l’Église et du Christ, il est le médiateur qui réunit en lui-même les -deux acteurs du drame : Dieu et les hommes. Voilà les considérations profondes que nous offre l’Introït.

3. Symbolisme des présents des Mages. — A ce sujet, la liturgie entre, au cours de la semaine, dans de longs développements :

“ Trois présents précieux ont été apportés aujourd’hui par les Mages au Seigneur,
Et ils sont remplis d’une signification mystérieuse :

Dans l’or se manifeste la puissance du Roi, Que l’encens te fasse penser au grand-prêtre, Et la myrrhe à la sépulture du Seigneur ” (Rép.).

“ Les Mages apportèrent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. L’or convient au Roi, l’encens est offert au Dieu, avec la myrrhe on embaume les cadavres. Les Mages déclarent donc Celui qu’ils adorent, avec leurs présents mystérieux : avec l’or comme leur Roi, avec l’encens comme leur Dieu, avec la myrrhe comme un Homme destiné à la mort… Offrons, au Seigneur qui vient de naître, de l’or et ainsi nous confesserons que nous croyons en lui comme au Roi qui est au-dessus de tout, offrons-lui de l’encens pour reconnaître que Celui qui est apparu dans le temps est Dieu de toute éternité, offrons-lui de la myrrhe pour confesser notre foi qui enseigne que, selon sa divinité, il est impassible, mais que, selon notre nature qu’il a prise, il a été mortel. — Ces présents des Mages, l’or, l’encens et la myrrhe, nous pouvons encore les interpréter autrement : Par l’or on peut entendre la sagesse, selon le témoignage de Salomon qui dit : un trésor désirable est placé dans la bouche du sage. Par l’encens qui est brûlé en l’honneur de Dieu, peut être exprimée la vertu de piété, car ainsi parle le Prophète : “ comme la fumée d’encens, ma prière monte vers toi. ” Par la myrrhe on peut entendre la mortification de notre chair. C’est pourquoi l’Église dit de ses travailleurs qui jusqu’à la fin ont combattu courageusement pour le Seigneur : “la myrrhe découle de mes mains ” (Grégoire I, au bréviaire).

Cette signification mystérieuse des présents des Mages a été résumée par le prêtre Juventus (vers 330) dans le vers suivant : Thus, aurum, myrrham, Regique, Hominique, Deoque dona fuerunt (L’encens, l’or, la myrrhe, au Roi, à l’Homme, au Dieu, ils offrent ces présents (Saint Jérôme, au bréviaire).

4. Lecture d’Écriture (Rom. Chap. IX-XI) [1] — Le royaume de Dieu que, pendant l’Avent, le Prophète Isaïe nous a montré dans une vision prophétique, nous pouvons, sous la conduite de saint Paul, le contempler dans toute sa beauté. Au chap. VIII, saint Paul a dit l’essentiel. Aux chap. IX-XI, il se débat avec le fait du rejet d’Israël, qu’il essaie de comprendre à la lumière du plan rédempteur de Dieu. Paul n’est pas un renégat, mais un ardent amour le rattache à son peuple. Comme Moïse, il serait prêt à sacrifier son propre salut pour sauver son peuple. “ Je dis la vérité dans le Christ, je ne mens pas ; ma conscience me rend témoignage dans le Saint-Esprit que je porte un grand deuil et un chagrin incessant dans mon cœur. Oui, je souhaiterais même d’être séparé du Christ pour l’amour de mes frères qui me sont apparentés par la chair. Ils sont Israélites, à eux appartiennent… les promesses, à eux appartiennent les pères dont le Christ est descendu selon la chair, lui qui est Dieu au-dessus de tout. hautement loué dans l’éternité. Amen. ”

Saint Paul montre alors que ce n’est pas la descendance charnelle qui décide de la justification, mais la vocation conditionnée par la grâce de Dieu. L’histoire de l’Ancien Testament lui en fournit des exemples. Ce n’est pas le premier-né Ésaü, mais le puîné Jacob qui reçut la bénédiction messianique. Avant qu’ils fussent nés et, par conséquent, avant qu’ils aient pu faire le bien et le mal, il fut dit à la mère : l’aîné servira le plus jeune, afin que demeure la prédestination de Dieu d’après son libre choix qui se fait non d’après les œuvres mais par vocation. Aussi est-il écrit : “ J’ai aimé Jacob, mais j’ai haï Ésaü. ” Saint Paul songeant à la prédestination divine écrit : “ O homme, qui es-tu donc pour demander des comptes à Dieu ? Est-ce que la statue dit au sculpteur : pourquoi m’as-tu faite ainsi ? Est-ce que le potier n’est pas maître de son argile pour faire de la même masse un vase honorable et un vase d’abjection ? ” Paul voit dans l’avenir une lueur d’espoir. Israël n’est pas entièrement rejeté. Dès que les païens, dans leur ensemble, seront venus à la foi, alors, le jour de grâce se lèvera pour Israël lui-même. “ L’endurcissement d’une partie est venu sur Israël jusqu’à ce que la plénitude des païens soit rentrée. Alors Israël tout entier sera sauvé. ” Cette merveilleuse issue de l’histoire du monde arrache à l’Apôtre un chant de louanges sur les desseins de Dieu : “ O profondeur de la richesse de sagesse et de science de Dieu ! Combien impénétrables sont ses jugements, combien indiscernables sont ses chemins ! ”

—–

[1] La lecture d’Écriture, ce jour et les jours suivants est tirée de l’Epître aux Romains quand ces jours tombent avant le dimanche dans l’Octave : autrement elle est tirée de l’Epître aux. Corinthiens.

Source

 

Comments are closed.