Les défis qui attendent Mgr Michael Yeung Ming-cheung, nouvel évêque de Hongkong

Le cardinal John Tong Hon a célébré samedi 29 juillet deux ordinations sacerdotales, son dernier acte officiel en tant qu’évêque de Hongkong puisque le Saint-Siège a annoncé aujourd’hui que sa démission avait été acceptée. Mgr Michael Yeung Ming-cheung est le nouvel évêque de Hongkong.

A la tête du diocèse depuis 2009, le cardinal John Tong Hon avait présenté sa démission pour raison d’âge en juin 2014. Le Saint-Père l’avait été reconduit dans ses fonctions pour trois années supplémentaires, arrivées à leur terme à l’occasion du 78ème anniversaire de l’évêque, le 31 juillet 2017. Le bureau de presse du Saint-Siège et le diocèse de Hongkong ont annoncé aujourd’hui que sa démission avait été acceptée par le pape François. Sa mission n’est néanmoins pas terminée puisqu’il est envoyé comme légat du Saint-Père au Japon à l’occasion de la trentième rencontre interreligieuse annuelle de prière pour la paix dans le monde le 4 août prochain.

Mgr Yeung, ordonné évêque auxiliaire le 30 août 2014 (lors des premières ordinations épiscopales à être célébrées depuis la rétrocession à la Chine de l’ancienne colonie britannique en 1997), avait été nommé évêque coadjuteur du diocèse de Hongkong le 13 novembre 2016. Avec la fin du mandat du cardinal Tong, Mgr Yeung devient automatiquement le nouvel évêque titulaire du diocèse. Il sera installé le 5 août prochain à l’occasion d’une messe qu’il célèbrera en la cathédrale de l’Immaculée-Conception.

Un fin connaisseur du diocèse

Né à Shanghai en 1946, Mgr Yeung a grandi à Hongkong et a été ordonné prêtre de ce diocèse en 1978, après une expérience professionnelle dans l’import-export. Jeune prêtre, il a exercé son ministère dans les paroisses accompagnant l’essor urbain dans les Nouveaux Territoires de Hongkong.

Il a exercé l’essentiel de son ministère dans le cadre de la Caritas locale, dont il est devenu responsable général en 2003. C’est à ce titre qu’il a été nommé, cette même année, membre du conseil pontifical Cor Unum (qui supervise les œuvres caritatives du Saint-Siège). Nommé vicaire général en 2009, il dispose d’une parfaite connaissance du diocèse. Celui qui a la réputation d’être un grand administrateur devrait être en mesure de mener les réformes dont le diocèse a besoin, malgré son âge déjà avancé (72 ans).

Evêque coadjuteur, il avait partagé en juin dernier son désir de consacrer ses prochaines années d’épiscopat aux jeunes, aux familles et aux personnes âgées de son diocèse ainsi qu’à l’approfondissement de la foi.

Son prédécesseur, le cardinal Tong, avait placé la liberté religieuse de la région administrative spéciale au cœur de son ministère. En témoigne la lettre du 28 mars 2017 adressée à Carrie Lam, qui a pris ses fonctions de chef de l’exécutif de Hongkong le 1er juillet dernier.

Et quid des relations avec Pékin ?

Né sur le continent, Mgr Yeung est désormais à la tête d’une Eglise qui doit manier avec diplomatie les relations avec Pékin même s’il n’est pas considéré comme un expert en ce domaine.

Formé aux Etats-Unis (il y a étudié la communication au début des années 1980), il a été responsable de l’information et de la communication du diocèse et a la réputation de bien maîtriser la parole publique.
Reste à savoir la position qu’adoptera le nouvel évêque de la région administrative spéciale sur la question de la normalisation des relations diplomatiques entre Pékin et le Saint-Siège. Les avis des deux évêques émérites divergent sur ce point. En février dernier, le cardinal Tong avait publié un plaidoyer en faveur de la conclusion d’un accord. De son côté, le cardinal Joseph Zen Ze-kiun s’y oppose résolument. Ce dernier fait aujourd’hui l’objet d’une campagne de dénigrement dans les médias chinois, l’agence gouvernementale Xinhua recommandant de ne plus l’appeler « évêque émérite » mais « ancien évêque ». Il se pourrait que le diocèse de Hongkong ait à faire face à un contrôle plus important de la part des autorités chinoises.

A l’occasion des célébrations du vingtième anniversaire de la rétrocession de Hongkong à la Chine, le président Xi Jinping avait affirmé de manière très claire l’autorité de Pékin sur la région administrative spéciale, malgré la formule « Un pays, deux systèmes », un compromis censé protéger l’autonomie de Hongkong par rapport à Pékin. La conférence de presse que tiendra demain Mgr Yeung permettra sans doute d’en savoir un peu plus sur les orientations des prochaines années d’épiscopat du nouvel évêque de Hongkong, « en Chine continentale », comme le précise étonnamment le communiqué du bureau de presse du Saint-Siège.

Source : Eglises d’Asie

Comments are closed.