Délit d’entrave voté dans un hémicycle vide

La loi a beau être celle du plus fort selon le principe marxiste qui nous gouverne depuis des décennies, qu’une poignée de députés décident pour des millions de Français de leur liberté d’expression laisse songeur.

Le rejet préalable a été balayé à une courte majorité de 24 contre et 17 pour, sur un total de 41 votants.

L’après-midi la discussion a repris, houleuse et sans surprise. Madame Rossignol niant que l’avortement est un meurtre. Rappelons que la loi Weil est une dépénalisation de l’acte qui entraîne l’interruption de la vie.

Il y a quelques années il n’étaient que 7 députés à braver l’opprobre pour défendre la vie, ils sont aujourd’hui une trentaine, pour un sujet qui fait son grand retour dans la campagne présidentiel.

M. Tian, M. Hetzel, M. Le Fur, M. de Mazières, M. Dhuicq, M. Straumann, Mme Besse, M. Chevrollier, M. Olivier Marleix, M. Myard, M. Reiss, M. Bompard, M. Moreau, M. Breton, M. Gosselin, M. Lurton, M. Poisson, M. Mariton, M. Voisin, Mme Lacroute, M. Fromion, M. Gérard, Mme Maréchal Le Pen, M. Lellouche, Yves Fromion, Arlette Grosskost, Christian Kert, Laure de La Raudière, Pierre Lellouche, Pierre Lequiller et Jean-Christophe Fromantin.

On notera l’absence de François Fillon.

La Fondation Lejeune fait savoir qu’elle ne baisse pas les bras.

Avec les 50 000 manifestants de la Marche pour la vie, la Fondation Jérôme Lejeune reste mobilisée et attentive jusqu’à la fin de l’élaboration du texte (mi-février au Sénat et lecture définitive à l’Assemblée nationale avant le 24 février).

 

 

Comments are closed.