Derniers jours pour participer à la consultation du CESE et demander une politique familiale ambitieuse !

Jusqu’au 4 janvier, vous pouvez soutenir la proposition de

“Bâtir enfin une vraie politique familiale, globale et ambitieuse”

A cette adresse : https://participez.lecese.fr/projects/avec-ou-sans-gilet-jaune-citoyennes-et-citoyens-exprimez-vous/collect/depot/proposals/batir-une-politique-familiale-globale-et-ambitieuse

La politique familiale française est en cours de détricotage depuis des années. Le taux de natalité a d’ailleurs décroché depuis plusieurs années, ce qui est gravissime pour l’avenir. Cette politique dite “familiale” n’a, en outre, toujours portée que sur les aspects économiques (allocations, fiscalité). Procréation, filiation, enfance, jeunesse, relations et entraide entre les générations, formation et éducation, prévention des difficultés familiales, entraide avec les membres malades, handicapés et âgés et autres aspects humains n’ont jamais été pris en compte dans les objectifs et principes de cette politique. La famille est pourtant le lieu où tous ces aspects se conjuguent et la plus efficace dans ces matières. L’absence de vision globale, qui est une aberration, rend cette politique très peu efficace, explique les difficultés, notamment en matière de stabilité des familles et d’éducation. Alors que la France compte plus de 18 millions de familles, et que la famille est plébiscitée par les Français dans tous les sondages qui la concerne (les Gilets jaunes parlent d’ailleurs sans cesse de leur famille), il n’y a même plus de Ministère de la famille. Celle-ci est pourtant l’articulation à taille humaine entre les individus et le collectif ; elle est à la croisée de problématiques éclatées entre divers ministères différents (éducation, santé, économie, jeunesse et sports, etc.), donc sans vue d’ensemble ni cohérence.

Alors que la France vit une période difficile, il faut rappeler que la famille est de loin le moyen le plus efficace pour assurer la paix sociale et pour préparer l’avenir.

Il est urgent de :

  • instituer un ministère de la famille doté de pouvoir réel et portant la responsabilité ou la co-responsabilité, selon les cas, de tout ce qui concerne la famille, notamment en le prenant en compte sur les sujets jeunesse, numérique, éducation, santé, vieillesse… ; en le mettant en responsabilité sur les lois sociétales/de bioéthique qui concerne en tout premier la famille, etc.
  • revenir à des allocations familiales pour tous (les familles préparent le financement des retraites de tous les Français, sans exception : l’entraide de la nation leur est due à toutes)
  • réévaluer le quotient familial, qui a été considérablement réduit au fil du temps
  • déplafonner et défiscaliser la majoration de retraite pour ceux qui ont eu 3 enfants ou plus (le montant est dérisoire depuis le quinquennat Hollande, une injustice sans précédent)
  • libérer le congé parental qui, dans les faits, a été réduit d’une année entière sous prétexte que le 2e parent (en général le père) doit aussi prendre ce congé, ce qu’il ne peut pas faire dans 96 % des cas.
  • envisager un salaire maternel pour que les femmes aient enfin un choix réel : travailler ou s’occuper de leurs enfants si elle le souhaite. Cela pourrait bien-sûr être le père aussi. Ce serait bénéfique pour tous : enfants d’abord, parents et société.
  • élaborer (enfin !) des platefomes d’informations et d’accompagnement pour faciliter la vie des familles (“maison des familles”, portail internet…) ;
  • identifier les causes des difficultés familiales (cela n’a jamais été fait en France) et travailler à leur prévention (et pas seulement à leur résolution quand c’est déjà trop tard !) ;
  • d’une manière générale, agir avec ambition pour la famille et ce, dans le respect des conventions internationales ratifiées par la France (à commencer par la Convention internationale des droits de l’enfant).

Cher lecteur
Chaque jour, Infocatho vous fournit des nouvelles pertinentes de l'Église catholique au sens le plus fort du terme, à travers les actions concrètes de chacune des Eglises locales.
Infocatho a besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.
Il faudrait que d’ici le 31 décembre 200 personnes donnent 50 € pour financer Infocatho.
Pourriez-vous être une de ces personnes aujourd’hui ?
L’équipe de Infocatho

Faire un don

Website:

Comments are closed.