Divorcés remariés : le cardinal Müller confirme l’enseignement traditionnel de l’Eglise

Dans un entretien cité par le blog de Sandro Magister, le cardinal Müller, actuel préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, a confirmé l’enseignement traditionnel de l’Eglise sur l’accès des divorcés dits remariés à la communion eucharistique. Le cardinal a notamment critiqué certaines interprétations, ce qui peut notamment viser celle des évêques de Malte , laquelle admet l’accès de concubins sans aucune abstinence sexuelle. C’est peut-être une réponse indirecte du pape aux dubia des quatre cardinaux. Le responsable des questions doctrinales du Vatican, s’il estime que l’exhortation apostolique Amoris Laetitia “doit être clairement interprété à la lumière de tout l’enseignement de l’Eglise”, semble récuser les interprétations qui rompent avec l’enseignement traditionnel de l’Eglise.

L’exhortation de Saint Jean Paul II, “Familiaris Consortio”, dispose que les couples de divorcés remariés, qui ne peuvent se séparer, doivent, s’ils veulent recevoir les sacrements, doivent s’efforcer de vive dans la continence. Cette exigence est-elle toujours valide ?

Bien sûr, ce n’est pas superflu, car ce n’est pas seulement une loi positive de Jean Paul II, mais bien l’expression d’un élément essentiel de la théologie morale chrétienne et de la théologie des sacrements.

L’extrait de l’entretien (anglais) :

Q : The exhortation of Saint John Paul II, “Familiaris Consortio,” stipulates that divorced and remarried couples that cannot separate, in order to receive the sacraments must strive to live in continence. Is this requirement still valid ?

A : Of course, it is not dispensable, because it is not only a positive law of John Paul II, but he expressed an essential element of Christian moral theology and the theology of the sacraments. The confusion on this point also concerns the failure to accept the encyclical “Veritatis Splendor,” with the clear doctrine of the “intrinsece malum.” […] For us marriage is the expression of participation in the unity between Christ the bridegroom and the Church his bride. This is not, as some said during the Synod, a simple vague analogy. No ! This is the substance of the sacrament, and no power in heaven or on earth, neither an angel, nor the pope, nor a council, nor a law of the bishops, has the faculty to change it.

Source : blog de Sandro Magister.

Comments are closed.