Edito #70 – Quand les médias s’inventent un pape

Edito #70 – Quand les médias s’inventent un pape

Il est vrai que depuis son élection, la spontanéité du pape François donne des sueurs froides à la salle de Presse du Vatican, sans cesse à courir derrière les petites phrases, les imprévus, les déclarations floues qu’il faut expliquer, éclairer à la lumière du magistère de l’Eglise ou des autres discours du Saint-Père. Mais la récente affaire de l’enfer, révèle la manipulation des médias. Même si la cellule communication du Saint-Siège s’est totalement discréditée récemment avec l’affaire de la lettre de Benoît XVI, prêtons-lui crédit lorsqu’elle dément l’article de la presse italienne « révélant » que selon le pape François il n’y aurait pas d’enfer. S’il est indéniable qu’un nombre certain de « catholiques » nient l’existence de l’enfer (ignorant que c’est tout simplement la privation de la vie éternelle avec Dieu avant d’être cette géhenne de feu), cette négation est en totale contradiction avec le magistère de l’Eglise et il serait délicat que le pape puisse rejeter le magistère de l’Eglise qu’il est chargé de conduire. Il semble donc qu’un journaliste ait forcé les propos du pape, voire totalement inventé cette partie de l’entretien privé qui lui avait été accordé. Mais cela est fort révélateur. Les médias pouvaient difficilement s’en prendre à Jean-Paul II. Ils s’en sont donnés à cœur joie contre Benoît XVI, trouvant là le moyen de taper sur l’Eglise. Puis est venu le pape François dont la presse a tout de suite fait l’éloge et surtout dessiné un portrait sur mesure. L’archevêque de Buenos-Aires disparaissait sous la soutane cousue de fil médiatique. Qu’on pense ce qu’on veut du pape François, de ses positions, de sa théologie, de son caractère, il n’en demeure pas moins que la presse a créé une image reconstituée du pape, mettant en avant certains aspects, lui prêtant des positions extrêmes que lui-même ne soutient pas forcément (prenons par exemple le mariage gay, au sujet duquel le pape lui-même à dit à la presse, « ne me faites pas dire que je suis pour le mariage gay »). En fait, indépendamment des positions controversées du pape, les médias ont forcé la note, dans le but évident de déstabiliser les fidèles et d’ébranler les dogmes.

Entendons-nous bien, je ne prends pas plus la défense du pape que je ne l’accable, je tiens juste à pointer du doigt qu’une image inexacte du Saint-Père est véhiculée dans les médias qui oublient bien vite sa défense de la vie, son soutien aux trisomiques ou encore ses nombreux discours sur le diable et le péché.

 

Retrouver notre lettre d’actualité complète à partir de ce lien :

Edito #70 – Quand les médias s’inventent un pape

Voir les archives de nos synthèses hebdomadaire :

[wysija_archive list_id=”8″]

Articles liés

Partages