El Salvador rejette la législation pour légaliser l’avortement

 

Une victoire pro-vie s’est produite hier au Salvador, l’un des pays pro-vie les plus forts du monde, lors des votes anticipés sur deux projets de loi visant à modifier le code pénal pour permettre des exceptions à l’avortement. Un nouveau Congrès débutera le 1er mai sous le contrôle de l’Alliance républicaine nationaliste conservatrice (ARENA) qui devrait maintenir la protection de l’enfant à naître contre la violence de l’avortement.

Les défenseurs pro-vie ont fait pression contre un effort international pour ajouter des exceptions à l’interdiction de l’avortement du Salvador. Selon le New York Times, “ce qui semblait être l’élan il y a quelques semaines en faveur de l’assouplissement de la loi a été vaincu par une alliance de conservateurs sociaux et d’organisations religieuses qui ont réussi à convaincre les législateurs dans les derniers jours de ce que leur vote pourrait leur coûter.”

Le soi-disant « élan » résultait en grande partie de la sensibilisation médiatique et du battage médiatique créés par des organisations militantes pro-avortement internationales telles que le Centre pour les droits reproductifs, Human Rights Watch et Ipas qui espérait que le Congrès salvadorien suivrait les récentes recommandations du Chili : modifier sa protection constitutionnelle pour les enfants à naître afin de permettre des exceptions pour l’avortement.

Julia Regina de Cardenal, dirigeante pro-vie, présidente de la Fondation Yes to Life qui était autrefois l’une des responsables de l’effort abouti afin d’amender la constitution pour protéger les enfants dans l’utérus, s’est prononcée contre l’ingérence internationale et a appelé l’avocate pour la défense des droits de l’homme, Raquel Caballero, à enquêter sur le financement des organisations qui, au Salvador, dirigeaient les efforts pour changer la loi afin de déterminer le niveau d’influence extérieure.

Les défenseurs pro-vie ont soutenu que la grande majorité des Salvadoriens défendent la vie de la conception et que “l’affaire de la légalisation de l’avortement est un pur intérêt étranger et non un intérêt national”.

 

Le principal parrain de l’un des projets de loi visant à modifier la loi, le député Johnny Wright Sol, a réduit son projet de loi pour autoriser des exceptions en cas de menaces à la vie et à la santé de la mère. Son projet de loi n’avait toujours pas de soutien public. Wright a déclaré que le défi serait « d’essayer de mobiliser l’opinion publique » et que les législateurs « doivent ressentir la pression de la société ».

Mais les législateurs ont senti la pression pendant que la communauté d’affaires salvadorienne a rejoint des organisations et des institutions civiles et religieuses dans l’effort de lobby pro-vie. L’Association nationale des entreprises privées (ANEP) a publié une déclaration demandant aux Délégués de maintenir “le droit à la vie dans toutes ses phases”. La déclaration soulignait : “Que le droit à la vie de tout être humain, y compris celui qui n’est pas encore né, constitue la base fondamentale du respect de la primauté du droit et du système des libertés … Ce serait un précédent sérieux qui ouvrirait la porte à l’avenir faisant de même dans une autre étape de la vie humaine … Nous exigeons que les députés n’approuvent pas les réformes proposées par les groupes d’avortement. “(traduction en ligne)

Mgr José Luis Escobar Alas, archevêque de San Salvador, a appelé les législateurs à rejeter tout changement proposé en disant : « Il n’y a pas de droit de prendre la vie d’une autre personne ».

Plus tôt ce mois-ci, le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad al-Hussein, a exprimé son soutien à l’avortement dans une lettre adressée aux législateurs. Selon l’article du New York Times, il leur a demandé d’assouplir l’interdiction de l’avortement « conformément aux normes internationales » et que cela « constituerait une étape cruciale pour améliorer la protection des droits des femmes et des enfants au Salvador et éviter de futures souffrances injustes ”

Réagissant  à cet échec, la déclaration du Center for Reproductive Rights a confirmé les accusations pro-vie d’ingérence internationale ; le Centre pour les droits reproductifs travaille depuis des décennies pour exposer les conséquences de l’interdiction générale de l’avortement sur la vie des femmes salvadoriennes et continuera de travailler avec les défenseurs salvadoriens et la communauté internationale pour réformer l’avortement.

Dans sa campagne pour renverser les protections pro-vie du Salvador, le Centre a utilisé ce qu’il considère être des “grands acteurs” d’Hollywood – Alyssa Milano, Maggie Gyllenhaal et Amy Brenneman – pour tweeter le message #EyesonElSalvador du CCR et que le Congrès salvadorien doit “Mettre fin à cette loi”.

Oui, le monde regardait et les yeux du monde voyaient des gens pro-vie dans un pays pro-vie se rassembler au nom de l’enfant à naître vulnérable et rejeter encore la violence de l’avortement malgré le travail des organisations internationales pro-avortement et les Nations Unies…

 

Source Belgicatho

Cher lecteur

Infocatho est dans une situation économique préoccupante. Peut-être ai-je pris du retard pour vous le dire : j’ai besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.

Votre don de 5, 10, 15, 25, 50 € ou plus est nécessaire pour que je puisse poursuivre cette oeuvre au service de l'Eglise après Pâques.

Merci pour votre don

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Comments are closed.