En 2015 le porte-parole de la CEF, rappelait que la position de l’Eglise n’a pas changé sur le FN –

Fortement critiquée par les médias et les politiques pour ne pas avoir appelé à voter contre Marine Le Pen, la CEF, fut la première à publier un communiqué post premier tour. Rappelons qu’en 2015, sa position était claire et n’avait pas varié sur le FN. Nous citons ce vieil  article car il circule dans les réseaux comme s’il était d’actualité.

 La position de l’Église en France sur le Front national n’a pas varié. Les déclarations de 1985 du cardinal Decourtray restent toujours valables, ainsi que celles qui ont suivi les années d’après. Nous continuons de dire que le rejet de l’étranger, le refus de l’accueil de l’autre, une conception et une vision de la société renfermées sur la peur, posent problème

Mais nous ne nous focalisons pas sur le Front national. Nous nous intéressons à toutes les doctrines politiques. Nous interrogeons tous les partis sur le respect de la personne humaine, ou sur l’accueil de l’étranger.

Nous pouvons inviter des responsables du FN à dialoguer, mais pour leur exprimer notre désaccord sur un certain nombre de points. Il faut rappeler la parole de l’Église.

Même s’il n’était pas interrogé sur Emmanuel Macron (qui a l’époque n’tait pas candidat) il serait tout aussi bon que l’Eglise rappelle à ce dernier la parole d’Eglise sur la vie.

Enfin Mgr Ribadeau-Dumas donnait son point de vue personnel

Je souhaite interroger les Français qui votent FN : quel sens cet engagement a-t-il ? Pourquoi avoir peur ? Pourquoi un tel repli sur soi ? Et aux chrétiens, je dis : si vous êtes chrétiens, il faut que votre engagement politique soit en cohérence avec la foi que vous affirmez.

Une question que nous pouvons tout aussi bien retourner sur le programme anti-vie et anti famille du candidat d’En marche.

Et c’est bien le dilemme des catholiques. Entre la peste et le choléra que faire ?

Voir aussi la réaction d’un lecteur : laissez nous libres

Comments are closed.