En Suisse un octogénaire se suicide ne pouvant avoir accès à l’aide à mourir

L’octogénaire qui avait requis l’aide d’Exit pour se suicider « a finalement mis fin seul à ses jours ». Ses frères avaient saisi la justice pour bloquer l’action d’Exit, estimant que leur frère étant en « parfaite santé », il n’était « pas acceptable qu’Exit prenne des pouvoirs si considérables » (cf. Genève : deux frères attaquent Exit en justice). Le Tribunal civil de Genève devait rendre sa décision fin janvier (cf. En Suisse, des frères attaquent Exit en justice : verdict fin janvier).

L’association Exit regrette que « la lenteur de la justice, qui a tenté la dissuasion par une procédure ralentie à dessein, l’a poussé à mettre fin à ses jours dans la solitude ». Mais l’avocat des deux frères rappelle qu’ils ont porté plainte « contre Exit pour omission de prêter secours (…). L’association ne propose pas de traitement alternatif à la mort. Elle aurait pu proposer par exemple à l’octogénaire une aide psychologique ou une hospitalisation ». En outre, la procédure « portait uniquement sur l’assouplissement des critères d’assistance au suicide qui avait été décidé par Exit en 2014 », qui propose désormais le suicide assisté « aux personnes atteintes de polypathologies invalidantes liées à l’âge », qui ne sont pas en fin de vie.

Note Gènéthique : Hausse du nombre de suicides assistés en Suisse : “Le véritable danger serait d’installer une culture allant dans ce sens”

Source

Comments are closed.