En zone kurde, les chrétiens syriens subissent aussi des vexations

Cet aspect est moins connu, car peu relayé médiatiquement, mais les chrétiens de Syrie doivent aussi subir les vexations imposée par les autorités kurdes, comme c’est le cas dans la Djézireh (nord-est de la Syrie). Les chrétiens, certes, mais également les arabes musulmans, doivent subir une kurdisation qui affecte leur vie quotidienne. Des tensions sont palpables dans ces zones qui échappent pourtant à Daesh.

C’est en effet ce que l’on peut retenir des témoignages relatés par Alexandre Goodarzy, responsable de la mission de SOS Chrétiens d’Orient en Syrie, dans un article publié récemment sur Aleteia. Les chrétiens de la Djezireh doivent subir la kurdisation de l’administration locale, des noms de rue (c’est le cas à Qamichli), mais également celle des écoles.

Il y a ainsi ce témoignage d’un habitant :

Ils prennent nos fils et les enrôlent de force. Au moins le gouvernement syrien attend que les garçons finissent leurs études avant de les envoyer au service militaire. Les Kurdes n’attendent pas. Étudiant ou pas, ils t’enrôlent de force.

On apprend ainsi l’existence de rançons que les chrétiens doivent acquitter pour ne pas accomplir le service militaire kurde :

 

De nombreux pères de famille expriment le même désarroi, la même colère. L’ « abouna », le curé de la communauté peine à les apaiser. Ici comme dans tous l’Orient, la vie paroissiale est intense et le prêtre s’occupe des affaires religieuses, supervise l’éducation des enfants et assure le lien entre la communauté et l’État, ou du moins les autorités locales. Le père ne compte plus les hommes qui viennent le voir pour lui confier : « Abouna ils ont pris mon fils aîné ! Abouna je dois payer une rançon pour qu’ils le relâchent ou bien il devra faire son service militaire kurde ».

Les persécuteurs des chrétiens sont multiples : il ne faudrait pas les réduire aux seuls tenants de l’État islamique ou d’al-Nosra.

Source : Aleteia.

Comments are closed.