Et si les médecins s’étaient opposés à la loi Veil du 17 janvier 1975 ? Un médecin témoigne

Les médecins, en 1975, ne se sont pas opposés à la loi Veil, ou en tous cas pas assez fort. Aujourd’hui, alors que le droit à l’avortement paraît toujours plus intouchable, ils sont de plus en plus nombreux à refuser de pratiquer des avortements. Sauront-ils susciter une prise de conscience dans l’ensemble de la société ?

Le Docteur Patrick de Saint Louvent est médecin interniste retraité et ancien journaliste médical, il était aussi jeune interne au moment du vote de la loi Veil.

 

Lorsque, cet été, j’ai entendu l’entretien du Dr Bertrand de Rochambeau, président du Syndicat national des gynécologues-obstétriciens, affirmant ne plus pratiquer d’avortement et demander l’application de la clause de conscience, je me suis réjoui de voir un confrère découvrir, bien que tardivement, la nature des actes qu’il reconnaissait avoir pratiqués depuis de nombreuses années. Je me suis aussi souvenu de cette époque où nous nous battions contre la loi Veil en 1974…

J’étais jeune interne après avoir été externe à l’hôpital Beaujon dans le service de chirurgie du Professeur Jean Louis Lortat-Jacob et, parmi les arguments contre le vote de la loi, figurait le refus attendu des médecins d’appliquer cette loi. Le Professeur Lortat-Jacob était, comme la majorité de ses confrères, opposé à l’avortement comme à l’euthanasie au nom du respect de la vie, « de la conception jusqu’à la mort naturelle ». Président du Conseil national de l’Ordre des médecins, il avait, à ce tire, rencontré Madame Veil et lui avait tenu ces propos qu’il nous a rapportés : « Madame le Ministre, les médecins ne sauraient accomplir ce geste que vous leur demandez. Vous serez contrainte de constituer un corps spécifique d’avorteurs, dans des locaux dédiés, des avortoirs ». Il était convaincu en prononçant ces mots qu’aucun de ses confrères, a fortiori ses élèves, engagés par le serment d’Hippocrate, « … je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif », n’accepterait jamais d’êtres complices d’un homicide. Dans le même temps, l’Église de France n’avait pas encore l’attitude qu’elle a aujourd’hui d’admirable fermeté dans le respect de la vie.

Madame Veil aurait ainsi elle-même déclaré que si les médecins, les évêques et les prêtres avaient défilé en tête d’une manifestation nationale, le vote n’aurait pas été le même.
Ainsi une fissure dans l’avortement est apparue 45 ans après l’annonce d’une folle espérance. Pourquoi tant de médecins acceptent-ils de pratiquer des avortements ?
Les médecins français ne sont pas un corps social particulier, ils ont le sentiment de répondre à une détresse pour laquelle le seul remède possible est la suppression de l’objet de la détresse. Reste que le refus d’un nombre suffisant de médecins est le meilleur argument pour faire comprendre la gravité de l’avortement et en limiter le nombre.
Pourquoi l’Italie qui dispose d’une loi depuis 1978 voit-elle diminuer régulièrement le nombre d’avortements, sinon par la volonté de 7 médecins sur 10, et 90 % en Sicile, de refuser de pratiquer des avortements ? L’Allemagne, elle, a réduit le nombre d’avortements de 23 % entre 2004 et 2014.
En France, le nombre d’avortements ne varie pas, il est de 210 000 environ par an soit un cas pour quatre naissances. Cette constance est le fruit d’une succession de lois et décrets banalisant l’acte et de l’absence de politique familiale. Les députés qui s’opposent publiquement à l’avortement se comptent sur les doigts des deux mains.

 

Lire la suite sur L’Homme Nouveau

Cher lecteur

Infocatho est dans une situation économique préoccupante. Peut-être ai-je pris du retard pour vous le dire : j’ai besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.

Votre don de 5, 10, 15, 25, 50 € ou plus est nécessaire pour que je puisse poursuivre cette oeuvre au service de l'Eglise après Pâques.

Merci pour votre don

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Comments are closed.