Euthanasie aux Pays-Bas : l’étape suivante logique … un médicament pour s’aider à mourir

Et si un simple médicament pouvait permettre de « mourir dans la dignité » ? Aux Pays-Bas, une association vient de relancer le débat sur la fin de vie en affirmant avoir trouvé le moyen de provoquer la mort en une heure, sans qu’un médecin soit présent. Baptisée « De Laatste Wil » (« La dernière volonté »), l’association regroupe 3500 personnes dont l’âge moyen est de 70 ans. Le procédé n’a pas été précisément décrit mais on sait qu’il s’agit d’un produit légal sous forme de poudre qui provoquerait des maux de tête avant de plonger la personne dans le coma.

Cette solution est pourtant totalement illégale et des voix s’élèvent contre cela comme celle de François Damas, médecin belge ancien membre de la commission euthanasie : « Si on veut que les gens meurent dans de bonnes conditions, ce n’est pas cela qu’il faut leur proposer. […] Si une personne veut mourir dans de bonnes conditions, entourée par les siens, ce n’est pas un tableau à offrir. Je pense que la mort médicalement assistée, comme le prévoit la loi belge et également la loi hollandaise, sont suffisantes à cet égard ».

Au Pays-Bas comme en Belgique, l’euthanasie est légalisée depuis 2001 dans des conditions bien précises. Elle est réservée à des patients dont les souffrances sont devenues insupportables. La décision de recourir à l’euthanasie est prise par le patient, en concertation avec le personnel médical. Chaque années au Pays-Bas, des milliers d’Hollandais font ce choix.

 

Source La dépêche

Cher lecteur
Chaque jour, Infocatho vous fournit des nouvelles pertinentes de l'Église catholique au sens le plus fort du terme, à travers les actions concrètes de chacune des Eglises locales.
Infocatho a besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.
Il faudrait que d’ici le 31 décembre 200 personnes donnent 50 € pour financer Infocatho.
Pourriez-vous être une de ces personnes aujourd’hui ?
L’équipe de Infocatho

Faire un don

Comments are closed.