Euthanasie dans les établissements des Frères de la Charité – Le supérieur général demande aux évêques belges de prendre position

Le Supérieur Général : les évêques belges doivent se prononcer sur la décision des Frères belges de la Charité relative à l’euthanasie

Le Frère René Stockman, Supérieur Général des Frères de la Charité, attend une « prise de position claire de la Conférence des évêques belges » sur l’autorisation de principe de l’euthanasie dans les établissements de soins de la branche belge de l’ordre. Il est aussi très critique à l’égard des déclarations de l’évêque d’Anvers Johan Bonny.

C’est ce qu’il a confié lors d’un entretien avec le Katholiek Nieuwsblad. Stockman a ajouté avoir reçu « par un canal informel une promesse de soutien » de la part des évêques belges. Il a également souligné que « le cardinal De Kesel a convenu que les institutions ont le droit légal de refuser l’euthanasie »

La responsabilité de prendre position

« Nous sommes en consultation avec la conférence des évêques de Belgique. Ils ont la responsabilité de prendre position et de s’exprimer à ce sujet. Il est également en contact avec un responsable de haut niveau au sein du Vatican. Je lui ai exposé clairement la situation. Les nouvelles ont également atteint Rome “.

Protéger la dignité absolue de la vie

Stockman réagit au nouveau document exprimant la vision de la branche belge des Frères de la Charité. Tertio a rapporté la semaine dernière que le document prévoit que l’euthanasie active ne sera plus exclue dans les centres psychiatriques des Frères de la Charité en Belgique, y compris pour des cas de détresse psychologique dans des situations non terminales.

Stockman “désapprouve complètement cette décision. C’est incompatible avec la vision de notre congrégation. Ce n’est certainement pas la vision des Frères de la Charité. Le respect de l’inviolabilité de l’être humain est d’une importance capitale ; nous considérons l’inviolabilité de la vie comme absolue. L’organisation en Belgique s’écarte de cette position de principes fondamentale”.

Une vision sécularisée

Il voit le document comme « le résultat de la sécularisation profonde en Belgique et en Flandre. Je suis Flamand mais je n’ai pas travaillé en Belgique depuis 2000. J’ai depuis lors constaté beaucoup de changements. On se laisse entraîner dans la tendance à la sécularisation. Le texte ne fait pas référence à Dieu, à la Bible ou à la vision chrétienne de l’homme. C’est une vision tout à fait sécularisée ».

Mgr. Bonny doit se rendre compte qu’il s’exprime en tant qu’évêque

Stockman est également critique au sujet de la première réaction de Mgr. Johan Bonny sur le document. L’évêque d’Anvers dit, selon deredactie.be, n’avoir pas lu le texte en entier, « mais il me semble constituer un ensemble équilibré », dit Bonny. « Je peux imaginer que pour une congrégation comme les Frères de la Charité active dans le monde entier il est difficile de trouver une position identique sur les questions morales. Plus précisément, les frères dans notre société occidentale doivent trouver un modus vivendi entre des connaissances médicales, des considérations morales, l’opinion publique et la culture dominante ».

En outre, a déclaré l’évêque Bonny à propos de ce texte « Il est possible que leur vision ressemble étroitement à la façon dont nous pensons cela comme évêques. En matière d’éthique, il est difficile d’aligner tout le monde sur la même position dans le monde entier. Les cultures et les mentalités dans les congrégations spécifiques, mais aussi dans l’Église elle-même, sont si différentes.”

Selon Stockman, Mgr. Bonny a exprimé son opinion. « Il n’est pas correct qu’un évêque – sans avoir lu le texte en entier – indépendamment des décisions des Conférences épiscopales à ce sujet s’exprime de cette façon. Cela me dérange beaucoup. En fait, il dit que l’euthanasie devrait être possible. Cela m’a dérangé énormément. Il doit se rendre compte qu’il parle en tant qu’évêque “.

Continuer à se battre pour les valeurs fondamentales

Le Frère Stockman a également affirmé avoir agi en coulisses pour essayer d’ajuster la vision de la branche belge de sa congrégation. Dans un livre et dans une contribution au Katholiek Nieuwsblad, il a soutenu que le rôle de la psychiatrie est d’aider les gens qui souffrent psychologiquement, pas de mettre fin à leur vie, et que la vie doit être protégée à tout moment.

« Telle est l’essence et la mission de notre congrégation », dit Stockman. « Le Conseil général a exhorté le Conseil belge à se distancer formellement du document de perspective. Maintenant, c’est à eux de répondre ».

Le Supérieur général reste combatif : « Cette évolution confirme la nécessité de continuer à se battre pour des valeurs fondamentales. »

 

 Source

Comments are closed.