Face à la crise de l’Eglise les derniers mots du cardinal Caffarra auraient été : Les Apôtres étaient douze et le Seigneur recommencera avec quelques-uns.

De nombreux catholiques, ces dernières années, ont regardé le cardinal Carlo Caffarra comme l’une des rares lumières dans l’obscurité actuelle.

Un prêtre me confie qu’il y a quelques jours, il est allé lui dire sa douleur pour le désastre quotidien que l’on vit dans l’Église, lui rapportant plusieurs faits.

Le cardinal a fondu en larmes et lui a dit : « Le Seigneur n’abandonnera pas son Eglise. Les Apôtres étaient douze et le Seigneur recommencera avec quelques-uns. Imaginez la souffrance de Saint Athanase, qui a été laissé seul pour défendre la vérité par amour du Christ, de l’Eglise et des hommes. Nous devons avoir la foi, l’espoir et le courage ».

Ce prêtre me confie : « le cardinal était très peiné, mais il m’a transmis beaucoup de courage et beaucoup d’amour pour l’Eglise ».

La référence de Caffara à Saint Athanase [ndt: auquel Benoît XVI consacra sa catéchèse du 20 juin 2007, dans la série dédiée au Pères de l’Eglise, cf. beatriceweb.eu] renvoie au moment le plus sombre de l’histoire de l’Eglise. Quand les hérétiques ariens au quatrième siècle prirent le contrôle de l’Église .

Presque seule s’éleva la voix de l’évêque Athanase en défense de la vérité catholique. Il fut excommunié par le pape et subit quatre fois l’exil.

Mais peu de temps après, l’Eglise revint à la vraie foi et, à la suite, elle canonisa Athanase, le proclamant Père et Docteur de l’Eglise.

Le prêtre qui a parlé avec le cardinal répète qu’il était très peiné. On peut penser qu’il est mort d’avoir le cœur brisé. Certainement, dans le secret de la prière, il avait offert à Dieu sa vie pour cette pauvre chrétienté perdue.

Il était sûr que dans le monde et dans l’Eglise, à la fin, le Seigneur allait vaincre. Ainsi, au cours des dernières années, il s’est retrouvé protagoniste d’une défense puissante de la foi catholique et des sacrements face à l’Amoris laetitia du Pape Bergoglio .

Ce qui le réconfortait, dans ce témoignage, c’étaient les paroles prophétiques qu’il avait reçues des années plus tôt de Sœur Lucie de Fatima, dans une lettre dans laquelle elle lui avait écrit que « la bataille finale entre Dieu et Satan sera sur la famille et le mariage ».

Cette histoire – en plus de révéler à tous sa sagesse, sa foi et son courage – a mis aussi en lumière sa profonde humanité .

J’en ai un souvenir personnel. C’était le 15 Août 2010, fête de l’Assomption. Ma fille Catherine venait de se réveiller d’un coma et avait été admise à la « Maison des réveils », sur les collines de Bologne. Ce jour-là – à notre grande surprise – nous avons vu arriver, dans la chaleur, avec sa manière réservée et simple, le cardinal Carlo Caffara archevêque de Bologne. Il était venu voir Catherine, dont il avait suivi le drame (nous étions en contact indirect) et il est resté avec nous toute la journée . Il était habillé comme un simple prêtre. Il est aussi allé saluer et bénir tous les autres, les patients et leurs familles. Un véritable homme de Dieu. Je le connaissais jusque-là comme un théologien de grande épaisseur, ami et collaborateur de Jean-Paul II et Benoît XVI, qui le respectaient beaucoup. Mais ce jour-là – dans ce lieu de souffrance et d’espoir – je l’ai découvert comme un vrai père. Son humanité et sa sagesse paternelle m’ont frappé et je les ai entièrement retrouvées dans sa dernière mission pour l’Eglise.

 

Source

Comments are closed.