Fatima, quand Jacinthe invite à prier pour le pape

Depuis sa naissance, l’Église n’a cessé de traverser des difficultés, d’avoir des périodes glorieuses et d’autres moins. Elle a subi bien des épreuves, des trahisons ; mais qu’elle soit dans une période sainte ou difficile, l’Église reste l’Église du Christ. Il faut prier pour elle, pour que ses chefs soient toujours dignes de la fonction qu’ils occupent.

Jacinthe eut une perception si profonde de cette impérieuse nécessité de prier pour le Saint-Père qu’elle eut l’audace de modifier une des prières enseignées par Notre-Dame le 13 juillet 1917 : «  Ô Jésus, c’est par amour pour Vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie » (Voir lettre de liaison n° 6).
En effet, voici ce que rapporte Lucie dans son premier mémoire à propos de leur emprisonnement à Vila Nova de Ourem en août 1917 :

En levant les yeux et les mains au ciel, il [François] fit cet acte d’offrande : « Ô mon Jésus ! C’est par amour pour vous et pour la conversion des pécheurs ! » Jacinthe ajouta : « C’est aussi pour le Saint-Père et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie ». (…)
Les joues baignées de larmes, levant les mains et les yeux au ciel, elle [Jacinthe] fit son acte d’offrande : « Ô mon Jésus ! C’est par amour pour vous et pour la conversion des pécheurs, pour le Saint-Père et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie ».

Et depuis ce moment, les petits voyants prirent l’habitude d’ajouter « et pour le Saint-Père » à la fin de la prière enseignée par Notre-Dame. Un peu plus tard, Notre-Dame gratifia Jacinthe de deux visions du Saint-Père, montrant ainsi que ce qu’elle avait proposé était bien conforme à sa volonté. Voici comment Lucie rapporte les faits dans son troisième mémoire :

https://ci5.googleusercontent.com/proxy/Me-j5y27mIS5il1bbX4jpN5afC4HpTG544kvSP_oQpM_-Us84-JgGRzpGMm426KeAHJMUx6N9f1N7uSqGzSY8VvslGMinscy5RQ=s0-d-e1-ft#http://www.fatima100.fr/images/images/francois_1.JPGJacinthe m’appela : « N’as-tu pas vu le Saint-Père ? Non ?Je ne sais pas comment cela s’est fait, mais j’ai vu le Saint-Père dans une très grande maison, à genoux devant une table, la tête dans les mains et pleurant. Au-dehors, il y avait beaucoup de gens et les uns lui lançaient des pierres, d’autres le maudissaient et lui disaient beaucoup de vilaines paroles. Pauvre Saint-Père. Il nous faut beaucoup prier pour lui ! » (…)

Dans une autre occasion, nous nous rendîmes à la “Lapa” du Cabeço. Arrivés là, nous nous sommes prosternés à terre pour réciter les prières de l’Ange. Au bout d’un certain temps, Jacinthe se releva et m’appela : « Ne vois-tu pas tant de routes, tant de chemins et de champs pleins de gens qui pleurent de faim et n’ont rien à manger ? Et le Saint-Père dans une église, devant le Cœur Immaculé de Marie, en prière ? Et tant de monde qui prie avec lui ? »

Il faut donc beaucoup prier pour le Saint-Père. Et il faut de façon de plus en plus urgente diffuser le message de Fatima dans son intégralité. C’est à nous qu’incombe cette tâche. Déjà en décembre 1956, sœur Lucie disait au père Fuentès : « Père, n’attendons pas que vienne de Rome un appel à la pénitence de la part du Saint-Père pour le monde entier ; n’attendons pas non plus qu’il vienne de nos évêques dans leur diocèse, ni non plus des congrégations religieuses. Non. Notre-Seigneur a déjà utilisé bien souvent ces moyens et le monde n’en a pas fait cas. C’est pourquoi maintenant, il faut que chacun de nous commence lui-même sa propre réforme spirituelle. Chacun doit sauver non seulement son âme, mais aussi toutes les âmes que Dieu a placées sur son chemin.  » (Voir de plus nombreux extraits de cet entretien ICI)

Alors, n’attendons pas ; n’attendons plus ! Diffusons autour de nous le message de Fatima. Prions et offrons des sacrifices pour le Saint-Père. L’année du centenaire est commencée, mais il n’est pas trop tard pour le faire. L’Évangile de ce jour (dans le rite extraordinaire) nous fait méditer sur les ouvriers de la onzième heure. Le projet Cap Fatima 2017 a déjà presque deux ans et il ne reste guère que huit mois d’ici la fin du centenaire. Ce n’est pas tout à fait la onzième heure, mais pas loin. Alors soyez nombreux à suivre l’exemple de ces ouvriers et à diffuser à vos proches tout ce que vous apprenez ou qui vous est rappelé dans les lettres de liaison. Et heureux les ouvriers de la onzième heure, car ils recevront autant que ceux de la première heure !

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.
Yves de Lassus

Extrait de la lettre du 13 février 2017

 

Comments are closed.