Ils n’ont pas choisi Valérie…

Ils se sont donnés un magistère qui leur donne ce droit de tout juger. Ils prennent plaisir à critiquer tout ce qui n’est pas dans leur ligne. Ils se gardent, en revanche, de mettre en cause ce que notre société a de contestable. Ils restent d’un conformisme déroutant et – osons le dire – bien peu prophétiques. « Ils », c’est le Canard enchaîné, qui s’est récemment « offert » Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France. Le reproche ? Avoir contribué à financer des logements pour femmes souhaitant garder leur enfant…

Si on les comprend bien, l’avortement ne serait plus un droit, mais un devoir… Dans ce cas, à quoi bon prôner le libre choix, si c’est pour défendre la solution la plus radicale ? Curieuse logique chez certains partisans de l’avortement qui, paradoxalement, en viennent à oublier la femme qui est pourtant supposée être au cœur de la décision…

Des élus en perte de vitesse, préférant porter le sujet devant les médias, ont donc mis en cause une subvention de 200 000 euros à l’association Marthe et Marie. Cette dernière accueille « des femmes enceintes dans des appartements en colocation ». C’en est trop pour les opposants ! La région Île-de-France a répliqué en affirmant qu’elle « respecte la liberté de décision de chaque femme de garder son enfant ou d’avoir recours à une IVG ». « Elles ont toutes le droit d’être soutenues quelle que soit leur décision », affirme-t-elle, mettant également en balance son soutien à des actions visant à financer « à la fois le planning familial, des centres IVG (…), mais aussi des maisons de soutien aux femmes enceintes en difficulté et aux jeunes mères avec bébés ».

Valérie Pécresse n’est certainement pas à l’abri de tout reproche. Elle entend bien défendre l’avortement comme l’a rappelé son entourage. Elle a même fait beaucoup pour certaines causes à l’égard desquelles on ne peut être que circonspect. Mais, au moins, elle comprend aussi les opinions et les combats de ses électeurs. Elle joue ainsi franc-jeu. Et, visiblement, elle ne semble pas s’être pour le moment dégonflée, défendant même l’association soutenue. Ses partisans vont même, sur les réseaux sociaux, défendre la possibilité de ne pas recourir à l’avortement.

Enfin, dans le combat pour les chrétiens d’Orient, Valérie Pécresse organise une conférence internationale de soutien, qui se tiendra le mardi 11 décembre 2018. Cette réunion a notamment le soutien de Bruno Retailleau, sénateur de Vendée et président de Force républicaine. Plusieurs prélats et prêtres de rit oriental y sont notamment attendus. InfoCatho reviendra plus en détail sur cet événement

 

 

Comments are closed.