Inauguration d’un béguinage à Angers : vieillir dans un climat fraternel

Un nouveau béguinage,« Le Chêne de Mambré », est inauguré aujourd’hui, jeudi 11 mai, à Angers par Mgr Delmas. L’occasion pour nous de revenir sur ces lieux de vie qui répondent favorablement aux inquiétudes liées au vieillissement, mais qui offrent plus encore : un petit supplément d’âme. Un modèle qui tend à se développer.

Un béguinage est un ensemble de logements indépendants reliés les uns aux autres, accueillant des personnes retraitées dans un esprit d’entraide spirituelle et fraternelle. Cet habitat, construit sur le principe de la convivialité et de services partagés, est déjà en service depuis l’automne 2016 et accueille seize logements pour des laïcs et des prêtres, ainsi qu’une petite communauté religieuse.

La genèse du projet

« Il devenait de plus en plus difficile pour certaines de nos sœurs aînées de vivre en autonomie » explique Sœur André Laud, membre de la congrégation des Sœurs missionnaires de l’Evangile [1] et responsable du projet. Des religieuses vieillissantes dont la charge s’avère trop lourde pour les autres sœurs… en même temps, ces sœurs âgées ne sont pas suffisamment dépendantes pour entrer en Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Comment faire ? Sur le modèle de la ville de Perpignan qui a ouvert avec succès plusieurs béguinages, l’idée d’un mode de vie autonome s’appuyant sur la solidarité communautaire fait son chemin. pour aboutir au projet de création d’un béguinage il y a 5 ans.

Le premier coup de pioche est donné en septembre 2015 par un architecte angevin. Un an plus tard, les habitants s’installent dans ce bâtiment neuf au cœur du magnifique parc de Saint-Charles, qui accueille déjà un collège, un EHPAD et une congrégation religieuse.

L’entraide, c’est bon pour la santé !

Porté par une congrégation enracinée dans l’histoire, le béguinage du « Chêne de Mambré » de Saint-Charles s’inscrit dans la continuité des premières béguines apparues dans les Flandres au 12è siècle. Ces femmes, veuves, avaient choisi ce mode de vie pour continuer à vivre en autonomie tout en gardant un esprit communautaire à la lumière de l’Evangile.

Ainsi, choisir de vivre en béguinage, c’est adhérer à un certain nombre de valeurs communautaires : comme le rappelle la charte, « la vie en béguinage requiert de la part de chaque personne un ensemble d’attitudes visant à favoriser l’autonomie (…), la convivialité et l’ouverture à l’environnement social. » L’esprit d’Evangile peut se vivre par des temps de prières, chez soi, mais surtout…. on le ressent partout, dans des gestes, des regards, une attention.

Une solution qui permet donc à la fois de vivre chez soi, tout en bénéficiant de la présence sécurisante des autres. Vivre une vie ordinaire (vie de quartier, rentrer à la maison quand on veut, accueillir ses petits enfants, etc.) tout en gardant un œil bienveillant sur ses voisins, en ayant la possibilité de partager des moments conviviaux, repas, jeux…, en assurant également des services communs comme le nettoyage, le courrier, en veillant à une consommation raisonnable et en participant à l’aménagement du jardin, etc. « Au Béguinage (…) nous gardons notre totale liberté et notre indépendance, dans notre appartement, et chacun organise sa vie. Les jardins, la salle commune nous accueillent pour nos échanges spirituels parfois, amicaux toujours. » (Annie-Gabrielle, en béguinage à Perpignan)

Si le béguinage offre de belles perspectives de fraternité, il permet aussi aux personnes de se recentrer sur l’essentiel. « En vieillissant, on éprouve le besoin d’être plus au clair vis-à-vis de soi-même, plus près du Seigneur et plus léger, et cela dans un climat fraternel. Mon choix de béguinage correspond essentiellement à cela : être plus léger, moins encombré, plus facilement priant, à l’écoute et disponible aux initiatives de l’Esprit Saint. » (Gérard, en béguinage à Perpignan)

A Saint-Charles, des unités de vie missionnaires

Opération réussie pour ce béguinage qui répond favorablement aux inquiétudes liées au vieillissement, mais qui offre plus encore : un petit supplément d’âme. Un modèle à suivre.

Le béguinage d’Angers est situé à Saint-Charles, rue de la Meignanne. Son inauguration officielle en présence de Mgr Delmas a lieu ce jeudi 11 mai à 16h30.

Pour aller plus loin
Soeurs missionnaires de l’Evangile
Vivre en Béguinage, l’expérience de Perpignan

Source

Comments are closed.